Ils n’ont rien lâché : notre dernier hors série

Publié le 11 Mar 2014
Ils n'ont rien lâché : notre dernier hors série L'Homme Nouveau

Nous sommes des chrétiens habitués, estimait Georges Bernanos devant l’inertie de ses contemporains face aux ravages de la modernité et des idoles du moment. Aujourd’hui, nous sommes aussi (car l’un n’empêche pas forcément l’autre) des chrétiens bousculés, retrouvant ainsi la situation « normale » d’une chrétienté qui doit toujours refuser de se laisser séduire et occuper par les mirages du monde.

Les illusions de la modernité tardive ne manquent pas. Au nom de la raison des prétendues Lumières, on déraisonne sans cesse sur la nature même de l’homme en s’emballant dans un constructivisme permanent. De la redéfinition du lien entre mariage et procréation aux expérimentations génétiques en passant par l’avortement ou l’euthanasie, les exemples abondent et peuplent l’actualité de cette déraison en acte qui sait se couvrir des plus beaux et plus généreux motifs qui soient.

Il est dans la vocation du chrétien de résister dès lors que la Création, œuvre de Dieu, est mise en cause et à mal. Il est dans la vocation du chrétien d’élever un « non possumus » quand le monde entend le pousser à adorer les nouvelles idoles du moment, voire le contraindre à mettre son Dieu et sa foi dans sa poche, avec son mouchoir relativiste par-dessus. Il est dans la vocation du chrétien de travailler, à temps et à contretemps, à l’édification d’une société respectueuse de la nature humaine et ordonnée à Jésus-Christ.

Depuis les origines, les chrétiens ont été en butte aux persécutions, aux mensonges, aux calomnies et aux appareils d’État prétendant les briser. En face de ce déferlement de haine, les premiers chrétiens n’ont pas bougé d’un iota dans la foi en Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, malgré le scandale et les mises à mort. Les catholiques anglais n’ont pas varié dans leur fidélité à la messe et au pape tout comme dans le respect de l’autorité qui leur imposait pourtant un nationalisme religieux. Confrontée à la marée conquérante de l’Islam, la chrétienté a su s’unir et se battre pour permettre à l’Église de continuer son œuvre d’évangélisation. Désignés comme les ennemis du genre humain, les Vendéens ont trouvé dans la défense de leur foi, de leurs familles et de leur terre le motif d’un légitime soulèvement armé que l’on retrouvera, avec des causes similaires, dans le Mexique des années 1920. Et que dire de cette innombrable cohorte de résistants, le plus souvent inconnus, qui à travers le monde n’a pas cru dans les mirages du communisme, préférant Jésus-Christ et son règne, au système totalitaire broyeur des âmes et des corps ?

Des situations variées dans le temps et l’espace. Une même foi et une même détermination. Des modèles à méditer et à suivre. Ils n’ont rien lâché. Ne lâchons rien à notre tour. C’est le thème du dernier hors série de L’Homme Nouveau dont on trouvera ci-dessous le sommaire détaillé. Un hors série qui est en vente sur ce site et auprès de nos bureaux (01 53 68 99 77). 

Première partie : Pour l’honneur de Dieu et de l’Église

Saint Maurice, le glaive de l’obéissance, par Paul Piccarreta

Premiers chrétiens, la foi jusqu’à la mort, par Yves Chiron

La sagesse de Pothin et le sourire de Blandine, par Yves Chiron

Thomas More, le rire couperet, par Paul Piccarreta

Angleterre, pourquoi ils ont dit non !, par Éric Picard

Mariage pour un roi, persécution pour tous, par Philippe Maxence

Géry Ghysel, le martyr inconnu, par Jean Vallier

De 1905 à 1914, le laïcisme en marche, entretien avec Jean Vallier

Pistes de lecture

Deuxième partie : Pour le Christ-Roi

Bienheureux Noël Pinot, sur l’autel du sacrifice, par Philippe Kersantin

Contre les Bleus, un soulèvement populaire, par Reynald Secher

Les guerres de Vendée, un génocide organisé, entretien avec Reynald Secher

José Sánchez del Río, petit soldat, grand martyr par Adélaïde Pouchol

Cristeros, les chouans du Nouveau Monde, par Hugues Kéraly

Le porte-parole de l’insurrection cristeros, par Hugues Kéraly

Pistes de lecture

Troisième partie : Face au totalitarisme

Marco d’Aviano, la bure et l’épée, par Philippe Kersantin

La Croix face à l’islam conquérant, par Alfred de Falloux

La chrétienté a rendez-vous à Lépante, par Alfred de Falloux

Sophie Scholl, l’Antigone allemande, par Philippe Maxence

Pour l’honneur de la Sainte Allemagne, par Christophe Carichon

Le séminariste qui voulait tuer Hitler, par Christophe Carichon

Alexandre Soljénitsyne, l’exigence de la vérité, par Philippe Maxence

Ni rouge, ni mort, par Alain Sanders

Mgr Van Thuân, témoin de l’espérance, par un moine bénédictin

Pourquoi on ne lâche toujours rien, par Philippe Maxence

Pistes de lecture

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorialCarême

Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Edito du Père Danziec | La correspondance de dates entre la Saint-Valentin le 14 février et le mercredi des Cendres permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, l’homme est constitutivement fait pour l’amour.

+

carême amour gratuité
ÉditorialBioéthiqueDoctrine socialeLettre ReconstruireMagistère

Face à l’avortement et à l’euthanasie

Lettre Reconstruire n°33 - Edito | Le thème de la constitutionnalisation de l’avortement en France et le projet de légalisation de l’euthanasie ont réactivé de manière frappante la question de la légitimité d’un État institutionnalisant ces formes de meurtres. Dans son encyclique Evangelium Vitae (25 mars 1995), le pape Jean-Paul II avait abordé ces deux thèmes en les liant justement à la moralité des lois édictées et à leur légitimité. Comme éditorial, nous proposons plusieurs extraits de cette encyclique, hélas toujours d’actualité. 

+

avortement
ÉditorialSociété

Notre quinzaine : La beauté sauvera nos âmes

Dans le monde actuel, il peut sembler normal de désespérer. Mais c'est justement dans ces moments d'affaiblissement, que la beauté doit pouvoir nous redonner espoir, et sauver nos âmes. Oui, offrir de la beauté autour de nous, devenir ses artisans devient de plus en plus impératif pour tenter de guérir ce monde assoiffé de transcendance.

+

beauté