La République et l’islam : un gouvernement sans tête

Publié le 01 Mar 2023
islam

Rongé par les dissensions, tiraillé entre les influences étrangères, le Conseil français du Culte musulman vient d’être détrôné par le Forum de l’islam de France comme  partenaire privilégié de la République pour représenter les musulmans. Une solution viable ?   Le 16 février dernier, une nouvelle étape a été franchie dans les efforts entrepris par l’État français en vue de doter les musulmans établis dans l’Hexagone d’une représentation officielle. En recevant ce jour-là à l’Élysée les membres du Forum de l’islam de France (Forif), Emmanuel Macron confirmait la fin définitive du Conseil français du Culte musulman (CFCM) comme interlocuteur du gouvernement, décision qui avait été annoncée par son ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, le 12 décembre 2021. Le CFCM n’a cependant pas été dissous et continue donc de fonctionner. Il a d’ailleurs tenu une assemblée générale extraordinaire le 19 février pour se réorganiser dans ce nouveau contexte où il se trouve en situation de concurrence avec le Forif, la faveur ostensible de l’État pour ce dernier compromettant sa représentativité et son efficacité. Quant au Forif, il est sans doute prématuré de le considérer comme l’organe définitif responsable du culte musulman dans tous ses aspects. En fait, la question de l’émergence d’un « islam de France » n’a pour l’heure pas trouvé de solution stable. Que s’est-il passé depuis le 20 décembre 2002, date de l’annonce de la création du CFCM par Nicolas Sarkozy, qui était alors ministre de l’Intérieur ? La conception à deux niveaux, national et régional, de cette institution semblait pouvoir répondre aux besoins d’organisation de l’islam dont le nombre de fidèles ne cessait de croître : au premier, organe politique et décisionnaire, renouvelé par élections, incombait la mission de définir la ligne générale à suivre par les musulmans ; le second, composé de vingt-cinq conseils, était chargé de négocier avec les préfets tout ce qui concerne l’organisation pratique du culte. Cependant, dès le début, l’action de l’organe national a été entravée par une crise chronique qui est allée croissant. Celle-ci reposait sur les divergences et dissensions entre ses différentes composantes, les fédérations de mosquées (algérienne, marocaine, turque, africaine) et certains mouvements idéologiques (Frères musulmans, Millî Görüş turc, Tabligh indo-pakistanais), les uns et les autres étant soumis à des mainmises politiques ou dotations financières étrangères. Ainsi, plusieurs projets annoncés par le CFCM sont demeurés sans lendemain : création d’un « Conseil théologique…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Annie Laurent

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
A la uneSociété

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture