« Je veux voir Dieu ! » (2) : Un regard chrétien sur la mort 

Publié le 03 Mar 2024
mort je veux voir dieu
L’aumônier de « Notre-Dame de Chrétienté » nous éclaire sur le sens du mot « fin ».  Selon l’enseignement de l’Église, la mort n’est pas seulement la fin de la vie terrestre, mais elle est aussi la rencontre décisive avec Dieu. Toute notre existence est donc une préparation à cet enjeu vraiment décisif.

  Tout homme est un pèlerin. Pèlerin vient du latin peregrinus, qui signifie étranger ; car l’homme est de passage dans ce monde, destiné à retourner dans sa patrie qui se trouve dans les cieux. En prenant pour thème du Pèlerinage de Chrétienté 2024 le titre « Je veux voir Dieu », nous reprenons à sainte Thérèse d’Avila le cri qui fut le sien lorsque, jeune enfant, elle dut expliquer à ses parents inquiets pourquoi elle avait fui la maison à la recherche du martyre : « Je suis partie parce que je veux voir Dieu, et pour le voir il faut mourir ! » Naïveté de l’enfant, certes, car Dieu seul est maître de la vie. Mais signe précoce de cet héroïsme qui fait les saints, animé par le désir véritable du Ciel, qui seul permet de poser un regard ajusté sur la mort.  

Penser à la mort pour mieux vivre

Parler des fins dernières, c’est avoir le courage de contempler la mort en face. C’est à cela que nous invite le rit inaugural du Carême au mercredi des Cendres : « Homme, souviens-toi que tu es poussière, et que tu retourneras en poussière. » Pensée morbide ? Non : « Ce qui est vraiment morbide, ce n’est pas de parler de la mort, mais de se taire à son sujet, comme on le fait aujourd’hui. » (1) Car seule la pensée de la vie éternelle, et donc du passage obligé de la mort, donne du sens, de l’épaisseur à nos œuvres terrestres, à nos travaux, à nos combats. On raconte ainsi l’histoire de saint Sylvestre abbé : jeune, promis à un avenir brillant, voilà qu’il perd un oncle à lui ; veillant sa dépouille, il entend une voix venir du cercueil :« Ce que tu es, je l’étais ; ce que je suis, tu le seras. »  Il se convertit et se consacre au Seigneur. « La vie de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Abbé Jean de Massia

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau
ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas