La bataille de Waterloo ou la chute de l’Aigle

Publié le 19 Sep 2015
La bataille de Waterloo ou la chute de l’Aigle L'Homme Nouveau

On a célébré en juin dernier l’emblématique bataille de Waterloo. Elle avait déjà inspiré nombre de peintres et d’écrivains. Marquant la fin de l’épopée napoléonienne, elle suscita en 1970 le grand film Waterloo, gigantesque reconstitution historique servie par une pléiade d’acteurs prestigieux et tournée par le grand réalisateur russe Sergueï Bondartchouk.

 «Waterloo ! Waterloo ! Waterloo ! Morne plaine !

Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine,

dans ton cirque de bois, de coteaux, de vallons,

la pâle mort mêlait les sombres bataillons ».

Quand on pense que Victor Hugo passa plusieurs jours sur le champ de bataille alors qu’il écrivait Les Misérables, on peut se demander comment il a pu pondre un quatrain qui réussit la performance d’être superbe à l’oreille, grotesque dans les termes et complètement faux dans la description.

Je n’insisterai pas sur l’image douteuse d’une onde qui se met à bouillir dans une urne remplie à ras bord, pour préciser que Waterloo est tout sauf un cirque.

Après avoir repris nos esprits, nous allons évoquer la dernière bataille de Napoléon au travers du plus grand film qui ait été consacré aux guerres de l’Empire : Waterloo, tourné en 1970 par Sergueï Bondartchouk.

Né en 1920, mort en 1994, Bondartchouk fut un grand réalisateur du cinéma soviétique. C’est ainsi que dans les années soixante, il s’attaqua au monstre sacré du roman russe : Guerre et Paix. Il en tira un film d’une beauté formelle à couper le souffle. Le succès mérité de cette réalisation eut pour effet secondaire le tournage de Waterloo.

Le film des superlatifs

Le producteur Dino de Laurentiis approcha en effet les Soviétiques et signa un accord historique : le cinéma brejnévien allait collaborer avec la racaille capitaliste par excellence pour réaliser un film qui allait présenter deux particularités.

Tout d’abord, il serait international, ce qui constituait une grande première pour les Moscovites.

Ensuite il serait tourné en Russie, ce qui constituait une grande première pour…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création
CultureLectures

Guerre, propagande et politique

Lectures | Deux livres rédigés par d'anciens militaires et s'intéressant à la propagande dans le contexte de la guerre en Ukraine viennent de paraître. Il s'agit de L’Art de la guerre russe, par Jacques Baud, ancien membre du renseignement stratégique suisse, et de La Guerre en Ukraine, par Jacques Hogard, ancien officier français reconverti dans l’intelligence stratégique.

+

propagande