La Bible et les femmes

Publié le 07 Août 2023
femmes

À l’heure d’un féminisme exacerbé, quoi de plus simple que de jeter le blâme sur l’Ancien et le Nouveau Testament des chrétiens… Pourtant, c’est à travers le regard du Christ que la considération de la femme a évolué, dans ces sociétés historiquement patriarcales. Il a bravé les tabous et bouleversé les codes pour celles qui ont été créées à son image.   Dans la société d’aujourd’hui, la Bible se trouve exposée à toutes sortes de fausses rumeurs, dont l’accusation de misogynie, portée sur l’ensemble du livre, et tout particulièrement sur l’apôtre Paul, bouc émissaire tout désigné en la matière. Certes, les textes bibliques, surtout l’Ancien Testament, ont été produits dans le cadre de sociétés à forte dominante masculine. Dès lors, il pourrait paraître inconvenant de projeter sur les livres anciens une grille de lecture contemporaine, forcément sensible aux revendications féminines, sinon féministes. Mais, on le sait bien aussi, les grands textes de la littérature, dont la Bible, ne sont pas les réservoirs d’un sens premier acquis une fois pour toutes, mais constituent une source inépuisable et sans cesse enrichie, au gré des lectures opérées au cours des siècles. Il n’est pas étonnant que des lecteurs d’aujourd’hui s’intéressent à la situation des femmes dans la Bible. Il ne s’agit pas pour autant de jeter la pierre à nos prédécesseurs qui, en d’autres temps, ne se préoccupaient guère de la question féminine et pouvaient se satisfaire d’interprétations privilégiant le point de vue masculin. Il n’est pas étonnant que l’Ancien Testament soit le reflet de sociétés dominées par les hommes, surtout lorsqu’on monte dans la hiérarchie des pouvoirs politiques et religieux. Cette image négative mérite cependant quelques corrections. Ainsi, face au trio des patriarches Abraham, Isaac et Jacob, se tiennent les quatre épouses, parfois qualifiées de « matriarches » : Sarah, Rébecca, Léa et Rachel, figures lumineuses, non dénuées de caractère. À leur suite, de nombreuses femmes se trouveront engagées dans l’histoire du peuple élu : la sœur et l’épouse de Moïse au temps de l’Exode, Rahab à l’heure de la conquête, Déborah parmi les « juges » établis en terre de Canaan ou bien, beaucoup plus tard, les héroïnes du combat pour la survie d’Israël, tant Esther que Judith. Mais il y en a tant d’autres qui, participant à l’histoire sainte, servent ainsi le dessein de Dieu. Citons Agar, la seconde épouse d’Abraham, Tamar l’astucieuse bru de Jacob, Hulda la prophétesse auprès du roi Josias, Ruth l’étrangère aïeule…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Père Yves-Marie Blanchard, Professeur honoraire de l’Institut Catholique de Paris

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
EgliseEglise de France

Notre-Dame de Boulogne, bientôt basilique ?

Une église qui va devenir une basilique ! Le 22 mars dernier, la conférence des évêques de France a changé l’histoire fabuleuse de Notre-Dame de Boulogne-Billancourt, en donnant son accord à Mgr Rougé pour engager les démarches auprès du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements afin de conférer le titre de basilique mineure à l’église Notre-Dame-de-Boulogne.

+

Boulogne