La démographie française à la loupe

Publié le 15 Oct 2013
La démographie française à la loupe L'Homme Nouveau

Les omissions des démographes officiels français cachent le chiffre élevé des victimes de l’avortement ainsi que celui des naissances parmi les populations immigrées opérant silencieusement le glissement d’une population autochtone vieillissante vers un changement de civilisation.

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), il y avait 63,7 millions d’habitants en France métropolitaine au 1er janvier 2013. Avec 792 000 naissances hexagonales en 2012 au lieu de 793 000 en 2011, la France a ainsi connu une légère baisse de sa natalité, confirmée par celle du taux de fécondité, passé de 2,02 en 2010 à 2,00 en 2012.

Avec près de 560 000 décès hexagonaux la même année (25 000 en plus par rapport à 2011), le solde naturel s’est limité à plus de 230 000 personnes, ce qui, avec un solde migratoire évalué à plus de 62 000 se traduit par une augmentation de la population française de quelque 300 000 personnes au cours de l’année 2012.

Un grand oubli…

Manque à l’appel, comme d’habitude, le nombre des « avortués » : 225 000 en France en 2010. Par une omission délibérée et une dissimulation idéologique, ce chiffre de génocide, malgré sa réalité tragique et pérenne, n’entre pas dans les calculs des « soldes », les cases et autres diagrammes de l’Institut national d’études démographiques (Ined), encore moins dans ses raisons, explications et autres prospectives…

Le dernier taux de la fécondité française demeure néanmoins l’un des plus élevés d’Europe, après l’Irlande (2,1), à peu près égal à celui du Royaume Uni. Il est nettement supérieur à celui de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne, de la Pologne, du Portugal, de la Serbie (chacun inférieur ou égal à 1,4)…

Ces données pèchent aussi cependant par omission dans la mesure où la fécondité des Françaises de souche n’est pas la même que celle des Françaises d’origine étrangère surtout ­extra-européenne. Dans la fécondité de la France, il faut distinguer celle des personnes de souche et celle des allogènes.

Un dixième de la population

Selon le démographe, économiste et géopoliticien Yves-Marie Laulan, la population immigrée et issue de l’immigration (autrement dit les…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage