La France de Charlie et le pari de la distance

Publié le 31 Jan 2015
La France de Charlie et le pari de la distance L'Homme Nouveau

Comprendre ! Ne pas se laisser submerger par l’émotion ! Prendre le temps de la réflexion ! Depuis les débuts, c’est l’une des vocations de L’Homme Nouveau et nous avons tenté d’y être fidèle à l’occasion des récents évènements tragiques qui ont touché la France. Dans une société de l’immédiateté, qui impose à tous de réagir, non pas seulement vite, mais dans l’instant même, c’est presque un pari suicidaire pour un organe de presse que de prendre de la distance. En tous les cas, c’est ramer à contre-courant dans un effort constant pour offrir autre chose aux lecteurs.

Ce numéro, justement, vous propose cet « autre chose » à travers deux enquêtes de fond. La première concerne la question de l’unité nationale afin de savoir si elle est possible (sommaire ci-dessous). Plusieurs intellectuels offrent des pistes de réflexion à ce sujet. C’est aussi l’occasion pour moi d’annoncer que le jeune philosophe Thibaud Collin, déjà bien connu de nos lecteurs, rejoint nos colonnes comme éditorialiste. Vous le retrouverez désormais tous les deux numéros.

Notre deuxième thème d’enquête concerne la question de la violence religieuse sur lequel nous avons déjà publié un livre important (William Cavanaugh, Le Mythe de la violence religieuse, éditions de L’Homme Nouveau, 384 p., 29 €.). Là aussi, plusieurs analystes livrent leur réflexion, puisée à l’aune de leur spécialité (sommaire ci-dessous). Le réel étant complexe, il s’agit pour nous de donner à nos lecteurs des éléments de réflexion et non pas de les obliger à marcher au pas derrière un slogan. Plus que jamais, la situation implique la liberté de l’intelligence et la quête de la vérité.

Quelle unité nationale aujourd’hui ? 

Avec les réponses de Jean de Viguerie (Le citoyen est plus manipulable que jamais); Xavier Martin (face à l’unanimisme obligatoire); Bernard Dumont (Les voies de l’unité).

Et si la violence religieuse était un mythe ?

Avec les réponses de William Cavanaugh (Les Lumières possèdent leur propre violence messianique); Olivier Hanne (Violence et religion : à qui la palme ?); Miguel Ayuso (L’impasse de l’unité religieuse), Danilo Castellano (Remarques sur les récents actes de terrorisme); Père Christian Venard (La violence vient du cœur de l’homme); Jean-Marc Berthoud (Dictature ou pourriture : destinée de la France ?); Père Louis-Marie de Blignières (La violence des islamistes a-t-elle un fondement dans le Coran ?)

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun