La Hongrie au ban de l’Europe

Publié le 14 Déc 2022
Hongrie

Le 30 novembre, la Commission européenne entamait la procédure de gel de 13,3 milliards d’euros de fonds européens promis à la Hongrie. Pourquoi ? Selon Bruxelles, le système politique hongrois est basé sur la corruption. Les passations de marchés publics manqueraient de clarté et les proches de Viktor Orban, le Premier ministre, s’enrichiraient aux dépens du pays. D’autre part, le système judiciaire manquerait d’indépendance vis-à-vis de l’exécutif qui pèserait sur les juges pour protéger ses clients. Nous sommes bien incapables de confirmer ou d’infirmer pareilles accusations. En revanche, dans tous les pays, il existe une certaine dose de corruption. L’ONG Transparency International, de renommée mondiale, publie tous les ans un tableau des pays, étalonnés de 0 à 100, pour indiquer leur degré de résistance à la corruption. Ceux qui sont les plus proches de la « note » 100, sans jamais l’atteindre, sont réputés les plus vertueux. Par contraste, les plus vénaux reçoivent les appréciations les plus basses. Pour 2021, sur cette échelle, figure en tête de liste la Nouvelle-Zélande (88), suivie de peu par la Norvège (85). Le Royaume-Uni (78) devance la France (71) et l’Espagne se contente d’un 61. La Syrie ferme le ban avec un 13 peu élogieux. La Hongrie certes ne décroche qu’un 43 mais elle est devant la Bulgarie (42). Or ce dernier pays, préservé des foudres de la Commission, est pourtant membre de l’Union européenne. Petit détail croustillant, l’Ukraine, dont sont vantées aujourd’hui les vertus, n’a qu’une note de 32. Devoir de s’aligner sur l’idéologie bruxelloise Le quotidien Le Monde, au détour d’un article, dévoile ce qui pourrait être la véritable raison du courroux de Bruxelles à l’égard de Budapest. La Hongrie s’opposerait « à de nouvelles sanctions contre la Russie, avec laquelle elle maintient des liens, et reste le seul pays de l’Otan, avec la Turquie, à ne pas avoir ratifié l’adhésion à cette alliance de la Suède et de la Finlande ». Bien sûr, il y a des impératifs stratégiques engendrés par l’agression de la Russie contre l’Ukraine. Néanmoins, le refus de verser des sommes dues à la Hongrie sous des prétextes divers sert aussi de moyen pour obtenir un alignement de ce pays sur l’idéologie prônée à Bruxelles. Au point, et c’est là le plus grave, qu’aurait eu lieu un vote par les 27 : une législation spécifique destinée à aire céder idéologiquement la seule Hongrie et plus marginalement la Pologne.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche