La martingale migratoire italienne

Publié le 12 Mar 2024
italie

Giorgia Meloni, faite Premier ministre en Italie sur la promesse de réduire l'immigration, a-t-elle trouvé la solution miracle ? ©VoxEspaña

Fin janvier, l’Italie a déclaré l’ouverture d’un centre d’enregistrement et d’hébergement des demandeurs d’asile, en Albanie mais géré par l’Italie.

  Le 29 janvier, la Cour constitutionnelle albanaise approuvait un projet d’ouverture de centres d’accueil pour migrants, gérés sur le territoire de l’Albanie par les autorités italiennes et aux frais de celles-ci. Il s’agit, d’une part, d’un centre d’enregistrement des demandeurs d’asile risquant de se noyer dans les eaux territoriales italiennes. D’autre part, d’un centre d’hébergement où ils attendront une réponse à leur démarche. Ces deux structures permettraient de recevoir simultanément 3 000 personnes et d’en traiter 39 000 par an. L’accord entre les deux pays avait été bloqué le 14 décembre dernier à la suite d’un recours devant la Cour constitutionnelle de Tirana déposé par l’opposition albanaise. Cette dernière avait affirmé l’accord violant la Constitution et les conventions internationales. Elle était soutenue par les ONG spécialisées dans l’aide aux migrants.  

Une promesse vaine ?

Parmi celles-ci, Amnesty International qui, de manière choquante, a été jusqu’à produire un communiqué en décalage avec la réalité. Ainsi lit-on que le projet consiste « à transférer le contrôle des frontières et le traitement des demandes d’asile à des pays tiers ». Ce qui est faux puisque la police italienne assurera elle-même la sécurité à l’intérieur du périmètre des deux centres d’accueil en Albanie. Ce n’est, dans ce communiqué, que l’une des perles révélatrices de la mauvaise foi, dans cette affaire, de certaines ONG engagées (1). Le 24 janvier, les députés italiens ont néanmoins adopté l’accord par 155 voix contre 115, dont deux abstentions. Il faut dire que le Premier ministre, Giorgia Meloni, dispose de la majorité à la Chambre. De plus, c’est sur la promesse de réduire l’immigration que son parti a été élu en 2022. Or, en septembre 2023, elle avait avoué qu’elle aurait aimé « faire mieux » en matière de contrôle de l’immigration irrégulière. Son pays enregistrait 130 000 migrants illégaux depuis le début de l’année, contre 70 000 pendant les neuf premiers mois de 2022. Mais la solution imaginée permettra-t-elle pour autant de juguler le déferlement migratoire sur l’Italie ? Nous pouvons en douter. Pour une raison simple. L’accord autorise bien sûr les autorités italiennes à renvoyer dans leurs pays les migrants déboutés de leur demande d’asile. Mais comment si, comme ils le font souvent, leurs propres pays refusent de les recevoir ? Il faut savoir…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche