La Sainte Famille ne lâche rien

Publié le 23 Déc 2013
La Sainte Famille ne lâche rien L'Homme Nouveau

Alors que pleuvent les taxes et qu’un vent froid a soufflé sur le mariage, la bonne nouvelle de cette année 2013, qui joue en ce moment ses dernières notes, c’est le retour en force de la famille. Attaquée, moquée, elle a retrouvé paradoxalement droit de cité et une jeune génération s’est levée pour la défendre et, mieux, en revendiquer la nécessité et la bonté.

Une grande aventure spirituelle

Hasard ? Au commencement de cette grande aventure spirituelle qu’est le christianisme, nous retrouvons le mariage et la famille. Dieu ne joue jamais contre ses propres lois. Au cœur du message chrétien, Dieu s’est fait enfant, entouré de sa Mère et de son père protecteur. Tout comme la société s’appuie sur la famille, le plan divin lui-même s’est appuyé sur la Sainte Famille.

Le modèle de la Sainte Famille

Au pied de la crèche, dans quelques jours, nous viendrons d’abord adorer Dieu, rendre grâce pour son Incarnation et nous puiserons force et exemple auprès de la Sainte Famille. Elle nous rappelle notamment que la victoire chrétienne ne s’obtient pas à coups d’exaspération, de provocation et de cet activisme qui est une véritable contrefaçon de l’action chrétienne. Il n’y a pas de victoire chrétienne sans le travail lent, patient, humble de celui qui doit agir pour imiter le Christ. La Sainte Famille n’a jamais connu la gloire de la victoire mondaine, des applaudissements, du triomphe immédiat, mais l’isolement et le froid. En revanche, superbe reflet divin dans cette humanité entourée de gris, elle a incarné mieux que tout cette idée qu’il ne faut jamais rien lâcher. Saint et Joyeux Noël à toutes les familles.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour
Éditorial

Notre quinzaine : L’espérance peut-elle être politique ?

Le Christ, notre véritable espérance, est ressuscité. Alléluia ! Nous venons à nouveau de proclamer cette bonne nouvelle qui n’est pas seulement celle d’un jour et d’une fête, fût-elle la plus grande du calendrier chrétien, mais celle qui rejaillit et irrigue constamment notre vie. Nous ne pouvons pas perdre de vue la finalité ultime d’un vrai combat politique qui est le règne du Christ sur les personnes, les familles et la société. Ne perdons pas courage ! Le but est lointain mais nous devons œuvrer à son avènement car notre espérance se fonde sur le Christ, mort et ressuscité.

+

espérance