L’Afrique du Sud entre passion et raison

Publié le 07 Juin 2024
Afrique du Sud

Ancien président de la République, condamné pour détournement de fonds, Jacob Zuma est arrivé troisième aux élections générales. © Kremlin.ru, CC BY 4.0

Les élections générales en Afrique du Sud avaient lieu fin mai. Le Congrès national africain (ANC), parti historique de Nelson Mandela et au pouvoir depuis 1994, reste premier, mais avec seulement 40 % des voix. Le deuxième parti est dirigé par un Blanc, et le troisième par Jacob Zuma, ancien président du pays. les représentants élus doivent ensuite élire le président de la République. 

  Le 29 mai, les Sud-Africains se prononçaient démocratiquement pour désigner leurs représentants provinciaux et ceux de l’Assemblée nationale qui, dans un deuxième temps, désigneront le futur président de la République. C’était un nouveau test pour ce pays qui est sorti du régime d’apartheid il y a une trentaine d’années. Pour l’ANC (African National Congress), c’était la claque. Hissé au pouvoir en 1994 par Nelson Mandela, premier président noir du pays, ce parti faisait depuis lors la pluie et le beau temps. Rien ne semblait pouvoir remettre en cause son hégémonie et lui faire perdre sa majorité de 230 sièges sur 400 au Parlement. Il se retrouve pourtant avec 40 % des voix et seulement 159 sièges. S’il reste le parti le plus fort, il ne peut plus prétendre à décider seul de la destinée du pays. Permettant à l’ANC de tirer son épingle du jeu, on constate néanmoins l’éparpillement de l’opposition. Pour donner une idée, les partis ayant obtenu plus de 0,15 % des suffrages, pour ne parler que d’eux, sont au nombre de 19. Deux arrivent néanmoins en position respectable. D’abord l’Alliance démocratique, avec un score de 22 % et 87 sièges au Parlement. Ce résultat n’est pas sans signification dans un pays où les Blancs ne représentent que 7 % de la population. En effet, ce parti, d’idéologie libérale, est dirigé par un Blanc, John Steenhuisen. Le résultat prouve qu’un nombre élevé de « non-Blancs » ont voté pour lui. Tout le monde n’a cependant pas le même réflexe. Ainsi, un certain Jacob Zuma fait lui aussi un résultat remarqué, avec 14,5 % des voix, mettant en évidence la persistance des choix ethniques et claniques. La position de Zuma, troisième en ordre décroissant des scores, est d’autant plus affligeante que l’homme jouit d’un pedigree peu glorieux. À plus de 82 ans, on le croyait pourtant sans avenir politique. Cet ancien de la branche armée de l’ANC, qui combattait le régime d’apartheid, a été démis de ses fonctions de vice-président de l’Afrique du…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneInternational

L’Iran : un preneur d’otages non déclaré

Le jeudi 13 juin, le Français Louis Arnaud était libéré des prisons iraniennes et rentrait en France. Son nom ne dit pas grand-chose au public. Touriste de passage en terre perse, il était pourtant détenu depuis deux ans par le régime iranien, arrêté avec des compagnons de voyage européens sous le prétexte qu’ils auraient participé à des manifestations de l’opposition locale.

+

iran otage
International

Le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile

Décryptage | Le 10 avril, le Parlement européen adoptait un nouveau règlement pour gérer l’immigration : « le Pacte sur la migration et l’asile » dans l’Union européenne. Le 14 mai, les chefs d’État de l’Union le validaient en grande pompe. Sans être complètement mauvais, on peut douter que le pacte suffise à gérer la pression démographique exercée sur l’Union européenne. Simplement parce qu’il ne comble pas, ou mal, les failles du dispositif législatif en vigueur. Néanmoins, la vraie nouveauté est l’installation d’un système de filtrage aux frontières extérieures de l’Europe, y compris dans les aéroports.

+

Hongrie migration
International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran