Laïcité oblige

Publié le 09 Nov 2012
Laïcité oblige L'Homme Nouveau

D’aucuns rient lorsque les défenseurs du vrai mariage objectent que si toutes les formes d’amour sont permises, on aboutira, peu après le « mariage » entre deux personnes du même sexe, à la polygamie. Le polyamour plutôt. Car l’amour est très important dans toute cette histoire : sincère ou non, il est en tout cas le fondement revendiqué et brandi de ces couples nouveaux qui voudraient que l’Etat bénisse leurs sentiments… Au Brésil, il a fallu un an tout juste entre la légalisation du « mariage » homosexuel et la célébration du premier « mariage » à trois, par le notaire de Tupa, Claudia do Nascimento Domingues. Que l’on ne nous fasse pas croire que les Français seront plus raisonnables que les Brésiliens.

Ce bouleversement de civilisation est un engrenage, une folle machine qu’on n’arrête que très difficilement. C’est la légalisation du Pacs qui a préparé les mentalités au débat sur le « mariage » homosexuel, et c’est ledit mariage qui préparera les mentalités aux ménages à trois ou plus. La disparition des termes de père et mère au profit de celui de « parent » rend de toute façon la chose assez simple à mettre en place.

La revanche est des plus jouissives pour la minorité homosexuelle et militante, trop heureuse de renverser l’ordre hétérosexuel, patriarcal et dominant. Trop heureuse aussi de mettre à bas l’héritage judéo-chrétien. Réflexe infantile de rejet brut de ce qui est édicté par l’autorité du simple fait qu’il émane justement de cette autorité. Le mariage serait fondé sur un ordre transcendant ? A la poubelle donc !

Faudra-t-il continuer de jeter, un par un, tous les commandements du Décalogue, du simple fait qu’ils aient été donnés par Dieu à Moïse ? L’interdit de tuer, l’interdit de l’adultère aussi, ont déjà été bravés depuis longtemps. Mais combien de temps la société laïque pourra-t-elle souffrir l’interdit du vol et du mensonge, donnés, de la même manière, par Dieu ? Tout de même, on ne rigole pas avec ça ! Dans un pays où le voile intégral et les crucifix à l’école sont interdits, il serait de bon ton que l’on travaille le dimanche, que l’on vole, que l’on mente, que l’on tue… Il ne s’agit pas seulement de laisser libre court à l’humaine bassesse, la logique voudrait que ces préceptes figurent dans les lois de la République française. Laïcité oblige.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« Les Survivants » : lutter sans renforcer le système ?

La récente action d’éclat du collectif anti-avortement « Les Survivants » a eu essentiellement comme effet la fermeture de son site Internet. Reposant sur un « coup de com », elle pourrait coûter cher à certains militants. L’occasion de se poser la question des moyens, des fins et des résultats de la lutte contre l'avortement de ces cinquante dernières années.

+

survivants
A la uneChroniquesSociété

Providence, conversion et nature politique

L'Essentiel de Joël Hautebert | Ainsi que le disait Jeanne d’Arc elle-même, « les hommes d’armes combattent et Dieu donne la victoire », nous exhortant par là à résister à la décadence contemporaine sans attendre de miracle ni espérer de renversement immédiatement visible. Car c’est ainsi que fonctionnent la nature et la grâce, dans les individus comme dans les civilisations.

+

providence nature politique
SociétéÉducation

L’Institut Saint-Joseph : éduquer les enfants, épauler les parents

Initiatives chrétiennes | S’appuyant sur les principes de l’éducation intégrale, un nouveau collège a vu le jour en Provence en septembre. Ses fondateurs ont la volonté de développer la personne dans toutes ses dimensions, en particulier spirituelle, et de se faire les relais de l’éducation familiale. Entretien avec Louis et Sophie Olivier, fondateurs de l’Institut Saint-Joseph au Barroux.

+

institut saint-joseph école