L’Autriche de « la culture dominante »

Publié le 22 Avr 2024
Autriche

Klaudia Tanner, ministre autrichienne de la Défense, préparait les esprits dès janvier à une alliance du gouvernement avec le FPÖ, classé à l'extrême droite. © CCBY 2.0, BKA

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Tout le monde comprend qu’il s’agit de dire quelle est la culture de la majorité et, partant de là, on pourrait en arriver à parler d’encadrement des cultures considérées comme étrangères. Dans nos démocraties occidentales, en Autriche plus qu’ailleurs, personne n’aime lever le tapis pour découvrir la poussière qui s’y cache. En général, les partis qualifiés d’extrémistes, principalement l’extrême droite, tendent à se réserver cette tâche. Mais, héritier du Parti chrétien-social, déclaré libéral-conservateur, l’ÖVP n’appartient pas à cette catégorie. Mieux, aujourd’hui au pouvoir, il gouverne avec les Verts, positionnés à gauche. On comprend qu’en fait cette bombe en chute libre annonce un séisme. Déjà, le 11 janvier, l’ÖVP faisait une préparation d’artillerie. Klaudia Tanner, l’un de ses membres, et en outre ministre de la Défense, laissait entendre à mi-mot que son parti pourrait former un gouvernement avec le FPÖ (le parti de la Liberté d’Autriche), classé à l’extrême droite. Il faut dire le FPÖ a le vent en poupe. À quelques mois des élections, il affiche 30 % dans les sondages. Aussi, dans une certaine mesure, la création d’une commission sur « la culture dominante » en Autriche ressemble-t-elle à une manœuvre de rapprochement avec une tendance jusqu’ici dénigrée. Constatant la poussée de l’extrême droite, le gouvernement autrichien cherche à s’allier à elle quand, face à celle-ci, dans d’autres pays d’Europe, le pouvoir en place cherche désespérément à renforcer une ligne de défense qui s’effondre. L’expérience autrichienne pourrait servir de référence à toute l’Europe occidentale où, sous la poussée migratoire, les repères culturels sont de plus en plus remis en question. Sans aller loin, la France nous en offre un excellent exemple. Nos élites politiques au pouvoir ont beau rabâcher comme des leitmotivs les mots « démocratie » et « laïcité », elles sont de moins en moins écoutées par un nombre croissant d’allogènes et de plus en plus discréditées dans la population de souche. Certes, l’expression « culture dominante » a, dans sa formulation, quelque chose d’oppressif. Peut-être les mots « culture de fait de la majorité » auraient-ils été plus proches de la réalité et moins rugueux. Car l’idée, après tout, devrait être de séduire, et non pas de stigmatiser. Du moins pour tous ceux, parmi les populations allogènes, qui acceptent les coutumes…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran