L’Autriche légalise la PMA pour les couples de femmes

Publié le 24 Jan 2014
L'Autriche légalise la PMA pour les couples de femmes L'Homme Nouveau

La Cour constitutionnelle d’Autriche a statué le 17 janvier dernier pour autoriser l’accès à la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour les couples de femmes. L’Autriche devient ainsi le dixième pays d’Europe à légaliser la PMA pour les couples homosexuels. La genèse de cette décision remonte à l’année 2010 lorsque deux femmes, liées par l’équivalent de notre PACS, ont porté plainte pour s’être vues refuser l’accès à la PMA, réservée en Autriche aux couples mariés ou vivant maritalement et pour lesquels tous les autres traitements possibles ont échoué à provoquer une grossesse.

Le dossier a fini par arriver devant la Cour suprême, qui a saisi la Cour constitutionnelle, laquelle a donc statué le 17 janvier en autorisant l’accès à la PMA aux couples de femmes. La Cour a non seulement déclaré que le refus de l’accès à la procréation pour les couples de femmes était une discrimination mais que l’impossibilité pour ces couples de concevoir un enfant naturellement était une forme de stérilité qui justifie l’accès à la PMA.

L’argument de la stérilité

Or les couples unisexes sont inféconds par nature et non stériles au même titre qu’un couple hétérosexuel. Pour les premiers, l’incapacité à engendrer vient de la nature même du couple, tandis que pour les seconds, elle est une pathologie. Cette extension abusive de la notion de stérilité crée finalement une autre discrimination : les couples unisexes accéderont plus facilement que les couples hétérosexuels à la PMA puisque, inféconds par nature, ils n’auront pas besoin d’effectuer les nombreux tests et traitements auxquels sont soumis les couples homme-femme avant de bénéficier d’une assistance médicale à la procréation.

Jurisprudence

Sans même parler de la gravité morale de cette décision et de l’avancée de la destruction de la famille dans la société occidentale, cette décision de la justice autrichienne révèle la perte de souveraineté des États membres de l’Union européenne. En février 2013, en effet, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) avait condamné l’Autriche pour la discrimination d’un couple de femmes qui désiraient adopter un enfant. La Cour avait jugé « les couples homosexuels et les couples hétérosexuels (…) tout aussi aptes ou inaptes » à l’adoption. Un arrêté lourd de conséquences, qui a largement influencé la décision de la Cour constitutionnelle. L’ingérence des instances européennes revêt les couleurs de la lutte contre la discrimination, elle est en réalité une arme d’uniformisation massive des législations des différents pays européens.

Nul doute que si, dans d’autres pays, des couples de femmes saisissaient la CEDH pour discrimination quant à l’accès à la PMA, la décision autrichienne ferait jurisprudence… En France, cela pourrait accélérer encore le processus, déjà bien engagé, de l’accès à la PMA pour les couples homosexuels.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement