Le fruit de nos entrailles, un spectacle entre humour, danse et spiritualité sur le mystère du couple

Publié le 28 Fév 2019
Le fruit de nos entrailles, un spectacle entre humour, danse et spiritualité sur le mystère du couple L'Homme Nouveau

La pièce s’ouvre sur de longues minutes de danses et de mimes, tantôt démesurément lents, tantôt pressés comme peut l’être la vie elle-même. Dans ce théâtre de l’Essaïon, une scène assez intime dans cave voutée toute de pierres apparentes, on se demande si, finalement, Max et Louison vont finir par nous dire quelque chose. Max et Louison ? Ce sont les deux personnages avec qui, pendant une bonne heure de bonheur, on explorera le mystère du couple et de ses tribulations à l’ombre de la Croix.

Max et Louison se rencontrent, se marient, vivent, enfantent, se disputent, s’éloignent puis se retrouvent… Rien que de très humain au fond, rien que de très naturel. Mais ce qu’a voulu dire Sophie Galitzine en écrivant et en jouant ce texte, c’est que la nature humaine n’est jamais autant elle-même que transcendée par la Grâce. Et de la grâce, il y en a dans ce spectacle, dans tous les sens du terme. Il y a celle de Sophie Galitzine, d’abord, légère, solaire, qui danse comme elle respire et qui semble danser même quand elle ne fait que respirer, très bien accompagnée par Fitzgerald Berthon. Et puis il y a la Grâce divine, bien sûr, le troisième personnage de la pièce, celui qu’on n’avait pas annoncé mais qui, Dieu merci, sait s’inviter quand même. Alors, évidemment, Le fruit de nos entrailles a les forces et les faiblesses d’une pièce qui porte un message et qui veut raconter plus qu’une simple histoire. Les ficelles sont parfois un peu grosses et certains dialogues semblent un prétexte à peine déguisé à un cours de catéchisme. Et pourtant… On passe un délicieux moment à rire, à s’émouvoir, à méditer sur les ombres et les lumières de l’amour conjugal. 

Au théâtre de l’Essaïon, du jeudi au samedi à 19h45
Jusqu’au 30 mars 2019

Écrit par Sophie Galitzine, avec Sophie Galitzine et Fitzgerald Berthon
Mise en scène : Florence Savignat
Danse : Marc Silvestre

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc