Le Père Sevin bientôt vénérable

Publié le 12 Jan 2012
Le Père Sevin bientôt vénérable L'Homme Nouveau

Depuis quelque temps, le bruit courait de la reconnaissance des vertus héroïques du père Jacques Sevin, l’un des fondateurs des Scouts de France. Le 10 janvier dernier, les évêques et cardinaux membres de la Congrégation pour les Causes de saints ont reconnu officiellement ses vertus. Le statut de vénérable sera probablement accordé fin juin lorsque le Pape Benoît XVI autorisera la publication du décret reconnaissant les vertus héroïques de Jacques Sevin. C’est donc une nouvelle étape franchie en vue de la béatification.

Sevin 2

Né à Lille en 1882, décédé à Boran-sur-Oise au sein de la congrégation contemplative et missionnaire fémine de la Sainte-Croix de Jérusalem qu’il avait fondée, le père Sevin rencontre Robert Baden-Powell en 1913 et développe dès lors sa connaissance du scoutisme naissant. Il publie notamment un livre fondateur intitulé Le Scoutisme.

En 1920, il prend part à la création de la Fédération des Scouts de France, réunissant les différentes expériences de scoutisme catholique existant alors en France. Il donne à la nouvelle association non seulement toute son énergie, mais il la dote également de ses fondements pédagogiques par l’association des vertus du scoutisme et de celles de l’Évangile, dans une perspective catholique missionnaire et chevaleresque.

Ce fils de saint Ignace transmet la prière du saint aux scouts, développe la loi scoute de Baden-Powell, oriente le texte de la promesse dans un sens catholique et, plus généralement, constitue la base doctrinale du scoutisme catholique. Il forme à Chamarade une célèbre école de formation des chefs puis la Conférence internationale catholique du scoutisme.

En 1933, des luttes de personnes mais aussi des oppositions à son projet d’Ordre scout font qu’il est démis de ses fonctions au sein des Scouts de France. L’Ordre scout voit pourtant une première réalisation en 1944 par la fondation de la branche féminine de la Sainte-Croix de Jérusalem, engagée dans l’éducation des jeunes, à l’école de saint Ignace, des deux saintes Thérèse et du scoutisme. À la fin de sa vie, le père Sevin confie à Mgr Rupp la tâche de fonder la branche masculine, ce que réalisera le père Revet avec la Sainte-Croix de Riaumont.

La pédagogie développée par le père Sevin ainsi que les textes qu’il a fournis au scoutisme (promesse, prière scoute, loi scoute, etc.) forment aujourd’hui le bien commun de l’ensemble des associations de scoutisme catholique françaises, bien au-delà de l’Association des scouts et guides de France. Si ceux-ci ont abandonné la loi et la promesse formulée par le père Jacques Sevin, et jusqu’à la structure même organisant la pédagogie scoute héritée de Baden-Powell, les associations de scoutisme classique (Scouts d’Europe, Scouts unitaires de France, Europa-Scouts, Scouts de Riaumont, Scouts de Doran, etc.) continuent de les utiliser.

Introduite en 1989, la cause de béatification du père Sevin vient de franchir une nouvelle étape avec cette reconnaissance des vertus héroïques. 

Pour aller plus loin :

– S’il plait à Dieu, toujours du père Alain Hocquemiller de la Sainte-Croix de Riaumont.

Jacques Sevin de Mère Madeleine de la Sainte-Croix de Jérusalem.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place