Le piège du Ralliement s’est refermé sur les évêques ou la grande peur des bien-pensants

Publié le 04 Mai 2017
Le piège du Ralliement s'est refermé sur les évêques  ou la grande peur des bien-pensants L'Homme Nouveau

Depuis le Ralliement (1892), les évêques français ne se déterminent plus en fonction du bien commun ni de l’enseignement de l’Église, mais au regard de l’idéologie ambiante.

Une parole neutralisée

Bien qu’officiellement non liés à l’État, comme l’Église l’était clairement sous la monarchie, ils sont obligés de consentir à ne pas déplaire aux gouvernants du moment au risque de voir se lézarder le fragile édifice qui maintient l’Église dans la société. Leur parole est neutralisée. Au fil du temps, leur pensée l’a été aussi, à quelques exceptions près sur lesquels le bon peuple catholique se raccroche pour ne pas désespérer. De la majorité des évêques français, déférence mise à part, on pourrait reprendre le propos de Thierry Le Luron à propos de son personnage Adolf Benito Glandu : « pétainiste sous Pétain, Gaulliste sous le général, et socialiste du 10 au 11 mai ».

L’Église, quelle doctrine ?

À part ceux qui vivent dans des réflexes préconciliaires, la plupart des laïcs catholiques ne suivent les recommandations politiques épiscopales que dans la mesure où elles correspondent à leur propre choix. Dans un discours à l’hypocrisie typiquement ecclésial, beaucoup d’évêques invitent sans le dire à voter pour Emmanuel Macron en mettant en avant l’Union européenne, canonisée de facto, ou l’accueil de l’étranger, oubliant d’un même mouvement les dangers de la GPA/PMA, du transhumanisme, la défense de la famille, de la vie, de l’école catholique. Quand ils dénoncent Marine Le Pen, ce n’est même pas en raison de son laïcisme, de son jacobinisme et d’autres points noirs de son programme au regard de la doctrine sociale de l’Église, mais uniquement en reprenant les propos à la mode.

Georges Bernanos, qui manque cruellement aujourd’hui, a qualifié cette attitude d’un mot : la grande peur des bien-pensants.

Pour aller plus loin sur le Ralliement :

Le Ralliement de Léon XIII, Roberto de Mattei, éditions du Cerf.

Notre entretien avec Roberto de Mattei sur son livre.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle