Le sultan turc face à l’Europe

Publié le 06 Avr 2017
Le sultan turc face à l’Europe L'Homme Nouveau

Plusieurs meetings politiques turcs interdits en Allemagne et aux Pays-Bas sont la cause de fortes tensions entre ces pays et Ankara. L’Europe paie pour les illusions de ses dirigeants politiques à l’égard d’une Turquie restée majoritairement islamiste. Mais aussi de leurs errements en matière d’immigration.

Nous assistons à une escalade de tensions entre la Turquie et les pays européens, nourrie par Recep Tayyip Erdogan. Le Président turc veut en effet renforcer un peu plus ses pouvoirs, en changeant la constitution par référendum le 16 avril prochain. Pour ce faire, il ne dédaigne pas les voix des importantes communautés de migrants turcs installées en Europe, principalement en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique et en France.

Des émissaires déboutés

Dépêchés dans ces pays pour exhorter leurs compatriotes à voter oui au projet présidentiel, certains membres du gouvernement se sont heurtés à un refus. Dès le début du mois de mars, plusieurs villes allemandes ont interdit les meetings prévus. Le 11 mars, Mevlut Cavusoglu, ministre des Affaires étrangères turc, et Fatma Betül Sayan Kaya, ministre de la Famille, étaient expulsés des Pays-Bas.

La réaction des Néerlandais et de nos cousins Germains est à la hauteur du mécontentement montant contre la Turquie. Aux yeux de nos gouvernements, non seulement elle fricote avec Moscou mais, de plus, elle organise un régime aux airs de parti unique sous coloration islamiste renforcée. Qu’elle embastille du même coup opposants et journalistes, sous prétexte de complots ourdis contre l’État, ne fait qu’amplifier le schisme avec les pays européens.

Dans ces conditions on s’étonne qu’à Metz, le 12 mars, le chef de la diplomatie turque ait pu participer à un rassemblement public avec ses compatriotes. La France, il est vrai, est très engagée en Syrie contre ­Daech. Suscitant l’hostilité d’Erdo?an, elle risquait de perdre un accès essentiel au champ de bataille pour ses services de renseignements. En clair, d’affaiblir ses soldats présents sur le terrain.

L’impossibilité à gérer notre relation avec Ankara est le fruit de notre inconséquence. Avoir fermé les yeux sur les pulsions impérialistes et islamistes de la Turquie, sous couvert de la prétendue laïcité d’une minorité et pour se donner le prétexte de la faire entrer dans l’Europe, relevait de la folie furieuse.

Aujourd’hui, nous payons au prix fort cette aberration qui s’ajoute à une autre, notre politique migratoire. Ligotés par des traités et des directives européennes, nos pays ne peuvent même plus s’opposer efficacement à des vagues migratoires non désirées. Pour ralentir celles venant de Syrie, voire d’Irak et même d’Afghanistan, nous avons fait appel à la Turquie. Du même coup, nous sommes devenus les otages de ce pays.

À cela s’ajoute la présence d’au moins trois millions et demi de Turcs sur le sol européen. Dont 800 000 en France si l’on en croit le journal turc Zaman du 20 janvier 2014 (Le journal Zaman France et son site Internet ont cessé leur parution depuis le 29 août 2016 afin de ne « plus alimenter le prétexte d’une importation en France de la politique turque et de ses règlements de compte » ndlr). Or, cette population apparaît très encadrée par Ankara, autant par le personnel religieux envoyé par le ministère compétent que par les associations nationalistes. On l’a bien vu à Rotterdam où, après l’annulation du meeting en faveur d’Erdo?an, la police a dû intervenir avec des canons à eau pour démanteler une manifestation d’un millier de Turcs en colère.

Quand nous entendons Erdo­?an lancer des insultes contre l’Allemagne et les Pays-Bas, les accusant de se comporter en nazis et d’abriter des terroristes anti-turcs, le pire est à craindre. D’abord en raison de la sensibilité de la fibre nationaliste turque. Ensuite parce que nous pouvons assister à une réédition de la mobilisation islamiste organisée par l’Iran en Europe au début des années quatre-vingt.

Or, en France, nous sommes dans un contexte de forte tension sociale, avec toute une partie de la population musulmane prête à descendre dans la rue pour casser. Nous l’avons vu dans l’affaire du jeune Théo. Erdo?an peut allumer la mèche et, au nom d’un islam sunnite identitaire, mettre en mouvement des milliers d’Africains et de Maghrébins, nous acculant à une véritable guerre civile.

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche