Le travail 4/4 : un simple épanouissement ou la participation à une œuvre ?

Publié le 20 Jan 2023
travail

Injonctions à l’épanouissement, développement du télétravail, « job idéal », importante grandissante du tertiaire… Les formes contemporaines du travail tendent à s’éloigner de plus en plus de l’idéal qu’en propose l’Église. Pour quelles raisons ? Comment penser le travail de nos jours ? Témoignage d’un officier pour qui le travail au sein de l’armée est un laboratoire du sens du travail en général.   « Le bon profil c’est la compétence », dit un slogan publicitaire sur un réseau social professionnel bien connu, rompant ainsi avec le discours convenu sur « l’épanouissement au travail », du talent ou du « déploiement d’un génie créatif » qui semble parfois l’objectif ultime de toute vie professionnelle. C’est la question de l’épanouissement dans le travail ; il est un dogme désormais établi que chacun exercera plusieurs métiers au gré des âges de la vie pour être considéré comme une personne accomplie, qu’il est désormais préférable de travailler de chez soi que dans un bureau et il s’agirait par ailleurs « d’inventer son propre métier de demain » (sic). La vie militaire a ceci d’intéressant au plan strictement professionnel, qu’on peut y découvrir et y vivre mille métiers, de tireur d’élite à secrétaire, de mécanicien à chef de quart d’un porte-avions. Et cette vie est exaltante. Au moins en apparence. La vie de soldat peut faire rêver, elle peut impressionner, être un repoussoir, mais elle laisse rarement indifférent. C’est aussi un laboratoire, si l’on veut, sur le sens du travail. L’on s’engage par idéal, par goût de l’aventure, par nécessité ou par vocation, et l’on découvre le règlement, l’attente, les petits tracas des chefaillons, la solitude du chef, les affres du climat. La réalité vécue par nombre de soldats est fort différente des images fantastiques diffusées par les romans ou la cinématographie guerrière. Il s’agit bien souvent d’un quotidien simple et parfois pénible que décrivait déjà Alfred de Vigny dans Servitudes et Grandeur militaires. Difficile pour la sentinelle transie de froid de mesurer son degré d’épanouissement au travail alors qu’elle scrute seule un horizon noir et glacial qui ne recèle absolument rien. Pas simple d’imaginer une opération extérieure en télétravail. Et pourtant, les soldats d’aujourd’hui reçoivent la même injonction que l’ensemble de la société à donner du sens, à la responsabilité sociale ou sociétale de leur entreprise, à l’épanouissement personnel. Ce paradoxe a-t-il une issue ? Ou les armées sont-elles condamnées à vivre en marginales d’une modernité dans laquelle un petit nombre de prescripteurs indiquent « la vie…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Pierre-Henri Aubry, officier et père de famille

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie