Le travail 4/4 : un simple épanouissement ou la participation à une œuvre ?

Publié le 20 Jan 2023
travail

Injonctions à l’épanouissement, développement du télétravail, « job idéal », importante grandissante du tertiaire… Les formes contemporaines du travail tendent à s’éloigner de plus en plus de l’idéal qu’en propose l’Église. Pour quelles raisons ? Comment penser le travail de nos jours ? Témoignage d’un officier pour qui le travail au sein de l’armée est un laboratoire du sens du travail en général.   « Le bon profil c’est la compétence », dit un slogan publicitaire sur un réseau social professionnel bien connu, rompant ainsi avec le discours convenu sur « l’épanouissement au travail », du talent ou du « déploiement d’un génie créatif » qui semble parfois l’objectif ultime de toute vie professionnelle. C’est la question de l’épanouissement dans le travail ; il est un dogme désormais établi que chacun exercera plusieurs métiers au gré des âges de la vie pour être considéré comme une personne accomplie, qu’il est désormais préférable de travailler de chez soi que dans un bureau et il s’agirait par ailleurs « d’inventer son propre métier de demain » (sic). La vie militaire a ceci d’intéressant au plan strictement professionnel, qu’on peut y découvrir et y vivre mille métiers, de tireur d’élite à secrétaire, de mécanicien à chef de quart d’un porte-avions. Et cette vie est exaltante. Au moins en apparence. La vie de soldat peut faire rêver, elle peut impressionner, être un repoussoir, mais elle laisse rarement indifférent. C’est aussi un laboratoire, si l’on veut, sur le sens du travail. L’on s’engage par idéal, par goût de l’aventure, par nécessité ou par vocation, et l’on découvre le règlement, l’attente, les petits tracas des chefaillons, la solitude du chef, les affres du climat. La réalité vécue par nombre de soldats est fort différente des images fantastiques diffusées par les romans ou la cinématographie guerrière. Il s’agit bien souvent d’un quotidien simple et parfois pénible que décrivait déjà Alfred de Vigny dans Servitudes et Grandeur militaires. Difficile pour la sentinelle transie de froid de mesurer son degré d’épanouissement au travail alors qu’elle scrute seule un horizon noir et glacial qui ne recèle absolument rien. Pas simple d’imaginer une opération extérieure en télétravail. Et pourtant, les soldats d’aujourd’hui reçoivent la même injonction que l’ensemble de la société à donner du sens, à la responsabilité sociale ou sociétale de leur entreprise, à l’épanouissement personnel. Ce paradoxe a-t-il une issue ? Ou les armées sont-elles condamnées à vivre en marginales d’une modernité dans laquelle un petit nombre de prescripteurs indiquent « la vie…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Pierre-Henri Aubry, officier et père de famille

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Crise agricole, les raisons de la colère (1/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 1/3 | Dans cet entretien, Yann de Kérimel dresse le tableau sombre d’une agriculture profondément détraquée, entre le mauvais rôle des institutions censées représenter le secteur, les exigences absurdes et contradictoires de l’Union européenne et des choix de consommation déraisonnables.

+

crise agricole
A la uneSociétéLectures

Juan Branco ou la préparation du coup d’État

L’avocat Juan Branco monopolise l’actualité entre ses prises de position radicales et ses mésaventures dignes d’un « people » : affaire de mœurs, démêlés judiciaires, rivalité entre lui et le nouveau Premier ministre, Gabriel Attal. Un traitement médiatique de ce type mérite sans doute qu’on s’attarde sur le personnage. À 34 ans, Branco possède un parcours étonnant. Son dernier livre, Coup d’État, manuel insurrectionnel, paru en 2023, apporte un éclairage intéressant sur sa pensée.

+

juan branco
SociétéDoctrine socialeLettre Reconstruire

L’Église face au nazisme et au fascisme (II)

Lettre n°33 de Reconstruire - Parmi les tentations totalitaires, le fascisme vient historiquement avant le nazisme et n’a pas exactement connu les mêmes dérives odieuses. Pour autant, il s’insère bien dans une conception non chrétienne de l’homme et de l’État, qui doit tout à la modernité. Cette synthèse du professeur argentin Carlos Sacheri (1933-1974) est extraite de son livre (non publié en français) El Orden natural (1975).

+

fascisme mussolini
Société

Le Rocher, une antidote à la fracture sociale

Initiative chrétienne | Les émeutes violentes de l’été dernier ont tiré une fois de plus la sonnette d’alarme sur l’état de certains quartiers en France. Association qui se consacre à tisser des liens avec les habitants des « banlieues », Le Rocher fait vivre des familles, des étudiants ou des retraités à leur contact. Pierre Thomas, responsable d’Antennes à Roubaix (Nord), explique les objectifs de l’association. 

+

le rocher banlieue cité