L’identité pour tous

Publié le 23 Oct 2014
L’identité pour tous L'Homme Nouveau

L’Europe a renoncé à ses formes anciennes d’identité, celles qui assuraient le lien des individus entre eux et avec la communauté élargie, qu’il s’agisse de la religion, de la nation ou de l’origine ethnico-familiale.

Bientôt les racines

Le tronc culturel a été émondé et la cognée s’apprête à attaquer les racines. Le nouvel « homme hors-sol » est métissé, connecté, beaucoup plus libre que son ancêtre, libre de ses racines et de sa dette envers le groupe. Les barrières ont sauté. Les revendications des uns sont aussitôt adoptées par les autres. C’est le temps des mouvements « pour tous » : mariage pour tous, euthanasie pour tous, crémation pour tous, et même manif pour tous. Il n’y a aucune raison que cette course si bien commencée se termine rapidement. À moins d’un sursaut…

Le réveil

Celui-ci pourrait nous être imposé de l’extérieur par un ennemi de l’Europe, qu’elle soit chrétienne ou laïque : l’État islamique. En effet, le Califat est un incroyable promoteur d’une « identité pour tous ». Tous les musulmans, même éloignés de la pratique cultuelle, même les banlieusards éduqués au rap et à la marijuana, sont invités à rejoindre les territoires de l’État islamique et à retrouver une identité mythifiée, mêlée d’arabisme, d’islam rigoriste, de solidarité tribale, ces trois aspects trouvant leur unité dans le retour de la fierté et la création d’un nouveau destin.

Le vide pour tous ?

Face à un État islamique qui défend sa vision de l’identité pour tous, l’Europe ne présente plus rien que le « vide pour tous » : néant des idées et des responsabilités, vacuité des engagements sociaux et individuels, mensonges des droits et des démocraties. Faudra-t-il un choc de brutalité pour réveiller les consciences comme l’a fait l’État islamique ? L’Europe renouera-t-elle avec ses racines lorsqu’elles seront abattues ? Les catholiques rejettent le recours à la violence, mais il est temps de redécouvrir la force comme vertu cardinale.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement