L’imposture du féminisme

Publié le 24 Avr 2023
féminisme

Idéologie à la mode et très répandue chez les jeunes, le féminisme repose en fait sur des erreurs de raisonnement et une certaine malhonnêteté intellectuelle : slogans faussement altruistes et confusion dans les termes, des idées à déconstruire.   Nous souhaitons proposer une réflexion logique sur cette réalité qu’est le féminisme afin d’en comprendre les contours et aussi les errances. « Imposture » se définit comme une action de tromper par de fausses apparences ou des allégations mensongères, de se faire passer pour ce qu’on n’est pas. Or notre thèse est que le féminisme trompe sur ce qu’il est par de fausses apparences, revêtant un habit rationnel et altruiste, entraînant l’adhésion automatique et dogmatique de nos jeunes contemporains. Ce faisant, les féministes sont victimes de paralogismes*, et, pour les plus idéologues, sont coupables de sophismes*. Les féministes combattent pour « la femme » contre le « patriarcat ». De cette proposition il nous faut définir les termes. Le « patriarcat » se définit comme « une forme d’organisation sociale et juridique fondée sur la détention de l’autorité par les hommes, à l’exclusion explicite des femmes » (1). Il va sans dire que le patriarcat ne semble pas aussi explicite aujourd’hui qu’à certaines époques. Bien sûr, l’Histoire a connu des évolutions sur la manière dont « se vivaient » les femmes. Rien qu’en France, la fin du Moyen Âge, le début de la Renaissance, la Révolution française, le napoléonisme et le XIXe siècle ont été globalement des périodes de recul pour la condition féminine. Mais le combat des féministes actuels porte davantage, selon leurs dires, sur une situation larvée d’un patriarcat non explicite. La difficulté est alors de distinguer entre l’interprétation d’un fait jugé comme misogyne et la réalité du fait même. Un exemple flagrant est la galanterie. Tenir la porte ou porter une poussette peut être jugé comme un service ou bien comme la proclamation non explicite de l’infériorité de la femme. Tout dépendra de l’interprétation que l’on peut faire d’un acte posé. Laissons là la question pour nous concentrer sur la première partie de la phrase. Lorsqu’il est question de définir ce qu’est une « femme », une grande perplexité émerge. En effet, soit « la femme » peut être définie et donc nous sommes capables de proposer une « essence féminine » mais alors cela viendrait limiter les individus « femmes » à cette essence, soit « la femme » ne doit…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

François-Marie Portes, Directeur de l'Ircom-Lyon

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
SociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement