L’introït Laetare

Publié le 07 Mar 2013
L'introït Laetare L'Homme Nouveau

Voilà à coup sûr un des sommets dans l’expression de la joie liturgique de l’Église. Il n’est pas difficile d’aimer ce chant d’entrée du 4e dimanche de Carême. Il respire le bonheur et le bonheur du Ciel, le bonheur de l’éternité, celui qui ne finira pas, celui vers lequel nous allons et auquel nous participons déjà dans l’intime de notre prière et de notre vie spirituelle comme dans la joie de nos moments communautaires.

Aujourd’hui, ce dimanche Lætare, comme on l’appelle (nom qui vient du premier mot de notre chant d’entrée) est situé en plein Carême. C’est un chant d’allégresse au milieu de l’austérité de nos pénitences. Mais autrefois, aux tout premiers siècles de l’ère chrétienne, le Carême ne durait que trois semaines. Du coup, le dimanche Lætare se trouvait être le premier dimanche de Carême. Ce n’était donc pas un jour d’oasis au milieu du désert, mais un dernier jour d’allégresse avant d’entrer au désert.

Et ce jour était alors en lien direct et plus explicite avec le jour de Pâques. Deux jours de joie et de triomphe encadraient donc les trois semaines de pénitence, et le premier évoquait le dernier. Un détail mélodique qui peut passer inaperçu aujourd’hui fournit une très ­suggestive illustration de ce lien entre ces deux jours de joie. Les premiers intervalles de l’introït Lætare sont exactement les mêmes que les derniers de l’alléluia de la vigile pascale. On était ainsi d’emblée orienté vers la joie pascale, expression la plus pure de ce que sera notre joie au Ciel.

Pour écouter l’ Introït Laetare et l’Alleluiade la vigile pascale.

Ce billet est extrait du dernier numéro de L’Homme Nouveau que vous pouvez commander à nos bureaux (10 rue Rosenwald, 75015 Paris. Tél. : 01 53 68 99 77, au prix de 4 euros), ou télécharger directement sur ce site en cliquant sur le lien ci-dessous.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCulture

Que la Croix demeure ! Les aventures de SOS Calvaires, et autres récits

Recensions adultes | La Rédaction de L'Homme Nouveau vous propose une page culture, avec un choix de quelques récits comme Que la Croix demeure ! SOS Calvaires au secours du patrimoine ou bien Des gens sans importance. Petits récits du grand âge, ou encore En Provence sur les traces de Marie Madeleine, mais aussi quelques livres religieux, essais, CD ou DVD. Paru dans le n° 1810.

+

livres récit
Culture

Charette revisité

ENTRETIEN | Revenue sur le devant de la scène au moment de la sortie du film Vaincre ou Mourir, la figure de Charette, général de la Vendée militaire, vient de faire l’objet d’une nouvelle biographie par Anne Bernet. Entretien avec l’auteur sur un personnage clé de l’épopée contre-révolutionnaire, passionnant, controversé, héroïque et qui cache encore quelques mystères.

+

charette
CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten