L’Iran : un preneur d’otages non déclaré

Publié le 21 Juin 2024
iran otage

Manifestation anti-régime en Iran, comme celle à laquelle l'otage libéré était accusé d'avoir participé. © CC BY-SA4.0, Darafsh

Le jeudi 13 juin, le Français Louis Arnaud était libéré des prisons iraniennes et rentrait en France.  Son nom ne dit pas grand-chose au public. Touriste de passage en terre perse, il était pourtant détenu depuis deux ans par le régime iranien, arrêté avec des compagnons de voyage européens sous le prétexte qu’ils auraient participé à des manifestations de l’opposition locale. Cependant, alors que les autres étaient rapidement libérés, il passait en justice et écopait de cinq ans de prison ferme pour « propagande et atteinte à la sécurité de l’État ». D’un point de vue occidental, on se demande pourquoi. Le Quai d’Orsay estime qu’Arnaud et trois autres Français sont encore détenus comme « otages d’État », incarcérés arbitrairement pour exercer un « chantage» sur notre pays. Mais pour obtenir quoi ? Certes, les autorités iraniennes veulent dissuader les Occidentaux de s’approcher des manifestations anti-régime déclenchées par la mort de Mahsa Amini, décédée le 16 septembre 2022 entre les mains de la police. De toute évidence, elles craignent l’extension à leur pays, avec le soutien de l’étranger, des révolutions orange, comme autrefois en Ukraine ou en Géorgie.   

Les contentieux France-Iran

Néanmoins, il existe aussi de nombreux contentieux entre la France et l’Iran. Ils vont du dossier nucléaire au rôle pervers joué par les groupes militaro-politiques alliés de l’Iran comme le Hezbollah libanais ou les Houthis yéménites. Sans oublier les ingérences de Téhéran frôlant la sédition au Maghreb, principalement au Maroc, jusqu’en Afrique noire et même chez nous en France [1]. Du reste, la France n’est pas seule sur la sellette. Au total, on compte une dizaine d’autres Occidentaux incarcérés. L’un d’eux pourrait être un droit commun. Mais la plupart, comme ce diplomate suédois de l’Union européenne, sont clairement détenus sous des prétextes fallacieux. Alors oui, l’accusation de prise d’otages portée par le Quai d’Orsay et rapportée plus haut ne nous apparaît pas excessive. On se demande donc pourquoi l’Iran ne s’en ouvre pas plus clairement en reconnaissant dans sa pratique l’utilisation de captifs à des fins politiques. Parce que les temps ont changé. C’était autrefois monnaie courante, à la guerre, que de réduire les vaincus à l’état d’otages. On voyait même là un moyen de forcer l’ennemi à appliquer les termes d’un traité de reddition en retenant chez soi ses enfants. C’était aussi un procédé pour arracher une rançon contre la libération des otages. Ainsi Guy de Lusignan, roi…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias 

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

L’Afrique du Sud entre passion et raison

Les élections générales en Afrique du Sud avaient lieu fin mai. L'African National Congress, parti historique de Nelson Mandela et au pouvoir depuis 1994, reste premier, mais avec seulement 40 % des voix. Le deuxième parti est dirigé par un Blanc, et le troisième par Jacob Zuma, ancien président du pays.

+

Afrique du Sud
International

Le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile

Décryptage | Le 10 avril, le Parlement européen adoptait un nouveau règlement pour gérer l’immigration : « le Pacte sur la migration et l’asile » dans l’Union européenne. Le 14 mai, les chefs d’État de l’Union le validaient en grande pompe. Sans être complètement mauvais, on peut douter que le pacte suffise à gérer la pression démographique exercée sur l’Union européenne. Simplement parce qu’il ne comble pas, ou mal, les failles du dispositif législatif en vigueur. Néanmoins, la vraie nouveauté est l’installation d’un système de filtrage aux frontières extérieures de l’Europe, y compris dans les aéroports.

+

Hongrie migration
International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran