Macron en Chine : l’empire du Milieu déborde

Publié le 12 Avr 2023
Chine

Du 5 au 8 avril, Emmanuel Macron a effectué une visite d’État en République populaire de Chine. Les interviews qu’il a données dans l’avion au retour lui ont valu des volées de bois vert émanant des sphères atlantistes, à commencer par la presse française, très alignée sur Washington. Créé par Anne Sinclair et proche du Monde, le Huffington Post français a été jusqu’à écrire, parlant du président Macron et de son voyage : « Pathétique, comme d’habitude », citant avec délectation les commentaires de Garry Kasparov, le champion d’échecs opposant de Poutine. Que s’est-il donc passé ? Tout a bien commencé. Emmanuel Macron s’était adjoint la présence d’Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. C’était donner de l’ampleur à sa représentation, l’élargissant à l’Europe. Il restait néanmoins le grand invité, le protocole de réception étant réservé aux seuls chefs d’État. Concernant l’Ukraine, on n’attendait aucun progrès. C’est l’intérêt de la Chine de voir la Russie devenir exsangue. Un service minimum a néanmoins été fait, promettant un hypothétique appel téléphonique de Xi Jinping, le président chinois, à Volodymyr Zelensky, son homologue ukrainien. Sur le plan de nos exportations, venus dans les bagages d’Emmanuel Macron, les représentants d’Airbus, d’EDF pour le nucléaire, CMA-CGM pour le transport maritime et quelques autres ont signé des contrats. Airbus va même doubler sa capacité en Chine. Nous connaissons néanmoins la perversité de ces pratiques : nous cédons de la technologie. Pour le dossier de Taïwan, le président français s’est bien gardé d’agacer son interlocuteur, même s’il a plaidé pour le maintien du statu quo. Certes, Xi Jinping n’a lancé ses manœuvres militaires autour de Taïwan qu’une fois son invité français parti. Un geste de courtoisie à la chinoise. Cependant, il les a quand même réalisées, avec 11 bateaux de guerre et 70 avions de l’armée de l’air. Sur le chemin du retour, Emmanuel Macron a tenté d’expliquer sa position dans une interview accordée aux Échos et à Politico. « S’il y a une accélération de l’embrasement du duopole, a-t-il dit parlant de la Chine et des États-Unis, nous n’aurons pas le temps ni les moyens de financer notre autonomie stratégique et deviendrons des vassaux alors que nous pouvons être le troisième pôle si nous avons quelques années pour le bâtir ». On comprend le projet : faire de l’Europe une puissance indépendante. Problème, dans une logique atlantiste, Ursula von der Leyen pense clairement…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche