États-Unis : des élections qui ne changent rien

Publié le 28 Nov 2022

Les États-Unis votaient le 8 novembre dernier pour renouveler les 435 sièges de la Chambre des représentants et 35 des 100 sièges du Sénat. 39 États élisaient également leur gouverneur alors que se déroulaient aussi d’autres scrutins.

Les États-Unis votaient le 8 novembre dernier pour renouveler les 435 sièges de la Chambre des représentants et 35 des 100 sièges du Sénat. 39 États élisaient également leur gouverneur alors que se déroulaient aussi d’autres scrutins. Ces élections à mi-mandat (midterms) ont vu les Démocrates conserver la majorité au Sénat alors que les Républicains ont emporté d’une courte majorité la Chambre des représentants. Mais pour quel avenir ?

  Où vont les États-Unis ? C’est la question que certains se posent au lendemain des élections de mi-mandat du 8 novembre, renouvelant le Congrès, soit l’ensemble des 435 députés et un tiers des 100 sénateurs. Pouvoir législatif et pouvoir exécutif dans le même camp – celui de la gauche – depuis deux ans, que beaucoup espéraient voir rééquilibrés. Or, contre toute attente, le Sénat restera en janvier, lors de l’inauguration du nouveau Congrès, aux mains des Démocrates car le parti républicain n’a obtenu qu’une infime majorité, insuffisante pour agir de façon décisive.

Une grande déception

La déception ici est immense. Les électeurs traditionnels du parti républicain – celui qui s’efforçait encore récemment de défendre la foi, la vie, le mariage, les frontières, celui d’où Donald Trump, malgré tous ses défauts, avait jailli pour s’opposer à la tyrannie mondialiste – espéraient renverser le courant. Cela aurait permis de lancer des enquêtes parlementaires et, peut-être, d’enrayer la corruption qui s’étend. Car depuis que Joe Biden, 80 ans, a été propulsé à la Maison Blanche il y a deux ans, depuis que ses troupes, majoritaires à la fois au Sénat et à la Chambre des représentants, imposent à tous leur vision de plus en plus « woke », la nation agonise. L’inflation galope, la criminalité et la drogue aussi, le prix de l’essence décolle, les enfants n’apprennent plus rien à l’école. La guerre en Ukrai -ne a vidé les coffres, la dette dépasse 31 000 milliards de dollars, la Chine menace. L’idéologie LGBT/transgenre bâillonne les parents, mutile la jeunesse, tue le bon sens. Face à cette caricature tragique de l’Amérique, le rejet aurait dû, logiquement, être spectaculaire. Et puis non… Au milieu de ce désastre, le peuple américain a choisi non pas de changer de cap mais de rester sur la même voie. Comment expliquer un tel choix ? Au-delà des possibilités de tricherie qu’a facilitée indéniablement le recours routinier au vote par correspondance, au-delà des accusations de fraude qu’il ne faut pas…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Armelle Signarnout, notre correspondante aux États-Unis

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche