Notre choix : un peu plus qu’une conviction personnelle !

Publié le 28 Jan 2019
Notre choix : un peu plus qu’une conviction personnelle ! L'Homme Nouveau

Ça y est, nous l’avons fait, nous avons marché pour la vie le 20 janvier dernier. Le lendemain, une chroniqueuse de France Inter, Sophia Aram, confiait sur l’antenne publique avoir passé « un dimanche pourri » parce qu’il y avait « plein de familles (…) qui sautillaient partout avec des enfants ». Et ça, c’est horrible à tel point que, Sophia Aram le dit, cette Marche pour la vie lui donne une « envie irrépressible » de mettre fin à la sienne. 

Bref, comme d’habitude, la Marche pour la vie a donné lieu à de nombreux commentaires et si, étonnement, certains médias ont su traiter l’information avec une certaine objectivité, la Marche a été l’occasion, comme chaque année, de quelques jours de commentaires trempés dans l’acide, d’invectives et de manœuvres politiques. Que l’on ne s’y trompe pas, le fait que plusieurs dizaines de milliers de personnes soient capables, en dépit de la pression médiatique et politique, de remettre en cause l’avortement et tout ce qu’il implique sur les plans politique et moral est loin d’être anecdotique. Au fond, ce n’est pas seulement la loi Veil qui est mise en cause mais, plus largement, une certaine vision de ce que sont l’homme et la liberté. Si bien que les mêmes qui affirment que l’avortement est un acquis incontesté et incontestable se pressent de s’offusquer de la Marche pour la vie et de s’inquiéter de ce qu’ils considèrent comme une menace pour les droits des femmes. Et ils ont raison de s’inquiéter, pas pour les femmes évidemment, mais parce que la remise en cause de l’avortement est aussi une remise en cause de la logique individualiste et libertaire qui l’a rendu possible.

Plus encore, et depuis des années, l’avortement est l’un des points de crispation, la limite extrême à ne pas franchir pour demeurer dans le camp des gens fréquentables. Même l’immigration, question pourtant à haute tension elle aussi, est largement plus débattue dans la presse et sur les plateaux de télévision.

Nous avons donc assisté sans surprise, au lendemain de la Marche pour la vie, à une série de tentatives de diabolisation, d’une part, et de justifications hasardeuses, de l’autre. Comment faire en effet, lorsque l’on a une carrière à suivre, une réputation à tenir et que, parce que l’on est associé à la « droite catho », on est soupçonné d’être contre l’IVG ? Que faire quand, sans oser s’afficher à la Marche pour la vie, on la soutient quand même un peu parce que l’on sent bien que l’avortement est un problème mais qu’on ne peut le formuler ainsi ? Il y a deux options possibles. La première, c’est la formule « Banalisation », un peu bancale mais qui peut faire ses preuves pourvu que l’on ne vienne pas chercher de trop près la petite bête de la cohérence. Elle consiste à s’exclamer en disant qu’effectivement l’embryon est un être humain digne de respect dès sa conception mais que l’on n’est vraiment pas du tout contre le progrès ni contre les femmes et qu’à ce titre, on n’est évidemment pas pour l’abrogation de la loi veil mais seulement contre la banalisation de l’avortement. Ce qui revient, soyons honnêtes, à dire que l’on peut tuer des gens innocents mais seulement si c’est exceptionnel. À partir de combien d’avortements par an l’acte passe d’exceptionnel à banal ? La question reste entière à ce jour…

La deuxième option, chérie des politiques, est celle de la conviction personnelle. Une formule qui passe assez bien dans une société laïcarde mais qui finit toujours mal parce que, toutes personnelles qu’elles puissent être, certaines convictions ne sont décidément pas permises si l’on veut exister publiquement en France. Cela consiste à dire que l’on est contre l’avortement mais que c’est seulement une conviction personnelle, sous-entendu, une conviction que l’on s’efforcera d’oublier dans nos actes et nos discours publics. De deux choses l’une : ou bien l’on considère effectivement que l’avortement supprime une vie innocente, auquel cas l’on s’efforce de faire évoluer la société vers un vrai respect de la vie humaine parce que ne rien dire relève en réalité de la non-assistance à personne en danger, ou bien l’on considère que l’acte même de l’avortement est trop anodin pour être porté dans le débat public, auquel cas il est carrément inutile de prendre la peine d’être contre, même à titre personnel. 

Nous choisissons résolument une autre voie, celle de la cohérence, une cohérence anthropologique, politique, spirituelle même, quoiqu’il puisse nous en coûter. Et nous songerons à notre réputation dans une autre vie !

Retrouvez ici le dicours d’ouverture de la Marche pour la vie par Adélaïde Pouchol.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : L’enjeu de véritables vacances

Édito du Père Danziec (n° 1812) | À l’heure où vous tiendrez ce magazine entre vos mains, les mois chauds et sympathiques des vacances se seront de nouveau installés. Voici venu le temps de nous délasser des labeurs et des fatigues de l’année académique ! Comment donc ne pas vous souhaiter, chers lecteurs de L’Homme Nouveau, de véritables semaines d’été reposantes ! Car oui, le repos est sacré !

+

vacances
ÉditorialLettre Reconstruire

Retrouver le sens de la vérité

Lettre Reconstruire n° 38 (Juillet 2024) | Éditorial | Dans les moments de trouble comme nous en vivons actuellement, dans les périodes d’accélération dans les remises en cause de tous ordres, il faut au moins, individuelle­ment et familialement, se raccrocher aux points de repère certains aux plans naturel et surnaturel. Contre le doute, il faut entretenir en soi la recherche permanente de la vérité.

+

france 4684488 1280 vérité
Éditorial

Notre quinzaine : Dieu se rit…

Éditorial de Philippe Maxence | Où va la France ? Cette question, nous sommes beaucoup à nous la poser depuis le résultat des élections européennes et la dissolution de l’Assemblée nationale. Ce choix présidentiel, prévu par la Constitution, a entraîné une accélération de l’histoire dont nous ne savons pas où elle mènera notre pays. Bossuet écrit que « Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? quand on l’approuve et qu’on y souscrit, quoique ce soit avec répugnance. »

+

dieu droite gauche
ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres