Notre quinzaine : À la manière de Péguy, s’il le faut !

Publié le 01 Sep 2017
Notre quinzaine : À la manière de Péguy, s’il le faut ! L'Homme Nouveau

Les grandes manœuvres

Comme chaque année, nous aurions tous aimé que l’actualité prenne cet été des chemins de traverse et qu’enfin elle aborde les questions essentielles afin de nous reposer du matraquage médiatique habituel. Ce ne fut pas exactement le cas. Pour alimenter journaux, radios et télévisions, il y a eu le bras de fer entre la Corée du Nord et les États-Unis, les affrontements mortels de Charlottesville aux États-Unis et l’attentat contre nos militaires à ­Levallois-Perret et ceux de Barcelone et de Cambrils.

À son tour, la rentrée s’annonce chaude avec la Loi Travail, qui devrait être adoptée définitivement en conseil des ministres, à la fin du mois de septembre, avant d’être soumise à ratification des parlementaires en octobre prochain. En outre, le gouvernement entend également faire adopter la Procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes. L’heure est donc aux grandes manœuvres, dans une perspective libérale-libertaire qui s’inscrit parfaitement, tout en l’amplifiant, dans la logique du précédent quinquennat.

On pourrait désespérer devant une telle projection. Ce serait l’erreur. Ces projets semblent plutôt être les signes d’une modernité plus agonisante que sûre d’elle-même. Le doute s’est installé, les belles promesses n’ont pas été remplies, le monde meilleur n’est pas advenu, l’inquiétude ronge le plus souvent le cœur et les esprits.

Les attentats islamistes soulignent à leur manière ce retour au réel. À quoi bon vivre confortablement, englué dans le quotidien du matérialisme, si c’est pour risquer de mourir, victime d’une voiture transformée en engin de mort afin d’imposer le règne d’Allah à un Occident perverti ? Matérialisme et relativisme culturel, voire religieux, ne constituent pas une réponse adéquate aux menaces du moment. S’en rendre compte, c’est déjà opérer ce retour au réel si nécessaire.

Euthanasie d’hier et d’aujourd’hui

Il peut être profitable de lire parfois la presse bobo. Dans son numéro du 17 août dernier, L’Obs consacrait tout un dossier aux médecins nazis et à leurs folles expérimentations. Ceux qui ont lu le livre de Götz Aly, Les Anormaux (Flammarion) ou celui de Frédéric Rouvillois, Crime et utopie. Une nouvelle enquête sur le nazisme (Flammarion), deux livres présentés dans nos colonnes, n’ont certes pas appris grand-chose. Götz Aly a détaillé et expliqué le plan d’éradication des « inutiles » lancé par les nazis et leur programme d’euthanasie, plus connu sous son nom de code Aktion T4. Pour sa part, Rouvillois a montré combien le nazisme s’inscrivait dans une certaine modernité, rencontrant un accueil enthousiaste chez une majorité de médecins allemands. Selon Götz Aly, « 45 % des médecins ont même adhéré au parti nazi ».

Au milieu des horreurs rapportées par L’Obs, il y a cette réaction d’une femme dont une grande partie de la famille a été supprimée en raison de malformations génétiques. Elle-même n’a pas voulu avoir d’enfant. Mais quand des médecins lui ont proposé le diagnostic préimplantatoire, qui permet justement de déceler les anomalies génétiques et de supprimer les embryons défectueux conçus après une fécondation in vitro, elle a refusé. « Pas question, explique-t-elle. C’est de l’eugénisme. Et ça montre à quel point nous ne sommes pas si différents des médecins nazis. »

Il faut bien l’admettre, notre société n’est pas si différente que nous voudrions le croire des folies nazies. Certes, les critères raciaux ne sont pas à l’œuvre. Certes, les modes opératoires sont plus raffinés, plus discrets et visent au respect de l’individu et de ses droits plutôt qu’à une politique de régénération de la société. Mais, après ? Notre confort, individuel et collectif, est visé. L’aspect économique n’est pas absent non plus. Les « inutiles » du temps d’Hitler sont devenus les « fardeaux » d’aujourd’hui, dans un monde qui se mire chaque jour dans son propre reflet, cherchant à répercuter les critères de la perfection plastique imposée par l’air du temps.

Face aux urgences

Il y a donc urgence à défendre la vie. Celle de l’embryon comme celle du vieillard. Celle du pauvre, de la veuve et de l’orphelin, qui ne sont pas seulement des échos du passé (le Moyen Âge), mais aussi des réalités d’aujourd’hui, aux visages multiples et différents. Le nombre de pauvres augmente, comme celui des femmes abandonnées sur le chemin de l’existence sans parler des enfants privés de Dieu et de la vérité. Si nous ne pouvons pas à nous seuls transformer le monde qui nous entoure, nous pouvons continuer à proclamer le Christ et les principes de vérité qui permettront de le sauver. En cette rentrée, L’Homme Nouveau entend bien poursuivre cette tâche. À la manière de Péguy s’il le faut : « Qui ne gueule pas la vérité, quand il sait la vérité, se fait le complice des menteurs et des faussaires ! » (Lettre du provincial).

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour