Notre quinzaine : À la manière de Péguy, voir ce que l’on voit…

Publié le 12 Nov 2021
Notre quinzaine : À la manière de Péguy, voir ce que l’on voit… L'Homme Nouveau

Alors que nous approchons à grands pas de la fête de Noël, une question s’invite dans le quotidien des catholiques français. Y a-t-il encore une place pour le catholicisme dans notre pays ? L’historien Guillaume Cuchet pose la question d’une manière un peu différente en titre de son dernier livre : Le catholicisme a-t-il encore de l’avenir en France ?

Quoi qu’il en soit de la forme de la question, ce qui était hier encore une évidence n’apparaît plus du tout aujourd’hui comme une certitude. Les mœurs de la majorité des Français ne sont plus façonnées par le christianisme. Leurs modes de vie, leurs références, leurs modèles, leurs réflexes se trouvent ailleurs. La question des abus sexuels n’améliore évidemment en rien cette situation. Pourtant, il y a quelques décennies, ces mêmes Français rencontraient encore l’Église à leur naissance (baptême) et à leur mort (funérailles). Ils avaient encore un rapport avec elle pour la première communion. Et s’ils décrochaient souvent après la profession de foi, ils la retrouvaient le temps du mariage.

Cette structuration du parcours social de la foi semble avoir explosé. Guillaume Cuchet le montre dans son dernier essai. D’autres auteurs le décrivent, comme Jérôme Fourquet de l’Ifop, chiffres à l’appui, dans ses récents ouvrages, L’Archipel français (Le Seuil) et En immersion (Le Seuil). La philosophe Chantal Delsol se plaît, elle, à proclamer « la fin de la chrétienté », selon le titre de son dernier livre (Le Cerf). Faut-il répondre pour autant comme une autre philosophe, Aline Lizotte, sur son site « Smart Reading Press » que « les réflexions de Guillaume Cuchet et de Chantal Delsol ne sont en fait que des redondances » ?

Peut-être ? Il est vrai que la proclamation de la fin du christianisme n’est pas nouvelle. Nietzsche avait annoncé son épuisement et même clamé la mort de Dieu. Il est vrai également que le christianisme aurait pu sombrer à plusieurs reprises et ce, dès la mort du Christ. Je me permets à ce sujet de renvoyer au livre de Didier Rance au titre si évocateur, L’Église peut-elle disparaître ? (Mame) qui aborde ces différents moments historiques.

Prendre la mesure du réel

Reste que si les antécédents historiques et la certitude surnaturelle se conjuguent pour affirmer la continuité de l’Église et de la foi chrétienne, rien n’empêche d’essayer de prendre la mesure la plus précise possible de la situation actuelle. Celle-ci se caractérise par le fait que le catholicisme est devenu comme un corps étranger pour nombre de nos contemporains. Pour tenter de saisir ce phénomène, nous avons invité Guillaume Cuchet et Yvon Tranvouez, auteur de L’Ivresse et le Vertige (Artège) – un livre très intéressant que j’ai déjà évoqué rapidement ici. Si le premier porte son analyse principale­ment sur les manifestations actuelles de la désappropriation du catholicisme, le second s’intéresse à différents faits s’inscrivant dans le contexte de Vatican II et de Mai 68. Auprès d’eux nous ne sommes allés chercher ni des vérités de foi ni des solutions mais plutôt des éléments d’appréciation d’une situation qui s’ancre dans un passé récent qui ne peut être révoqué d’un simple geste de la main. Venus d’horizons différents du nôtre, ils ont accepté de se prêter à cet échange, réalisé en toute liberté. Je tiens ici à les remercier sincèrement de nous avoir accordé leur temps et leur réflexion. À chacun de nos lecteurs maintenant de s’en nourrir.

Vivre de la foi, de l’espérance et de la charité

La logique de notre démarche s’appuie sur l’exigence de Péguy : « Il faut toujours dire ce que l’on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit. » (Notre Jeunesse). On rétorquera que les propos rapportés reposent sur un fond bien pessimiste. Mais là aussi, là encore, pourrait-on se défaire une fois pour toutes de ces catégories séculières inopérantes ? Un chrétien, un simple chrétien comme nous le sommes, ne vit pas d’optimisme ou de pessimisme. Il ne vient pas chercher d’abord auprès de l’Église un réconfort psychologique et sensible, à coups de chants et de farandoles.

Un chrétien, un simple chrétien comme nous le sommes tous, demande à l’Église la foi, pleine et entière. Il n’attend pas autre chose, ou alors, par surcroît. Et il ne vit donc pas d’optimisme ou de pessimisme ou de la palette des impressions psychologiques qui forment l’entre-deux. Il vit ou doit vivre de la foi, de l’espérance et de la charité. Si l’on veut qu’il y ait un avenir pour le catholicisme en France, on ne pourra faire l’économie, sur le plan naturel, d’un bilan intellectuel des raisons du désastre actuel, tout en proposant la foi chrétienne dans sa totalité.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun