Notre quinzaine : Connaissez-vous L’Homme Nouveau ?

Publié le 28 Août 2023

Connaissez-vous L’Homme Nouveau ? Connaissez-vous bien L’Homme Nouveau ? La question paraîtra certainement étonnante à un certain nombre de nos lecteurs. Elle s’est imposée à moi au cours de cet été 2023, à la suite du véritable feuilleton qu’a représenté l’arrivée de Geoffroy Lejeune à la tête du Journal du Dimanche (JDD).

Peut-être que certains de nos lecteurs, préservés du bruit médiatique, n’ont eu qu’un faible écho de cette affaire. Directeur de la rédaction de Valeurs actuelles jusqu’en juin dernier, Geoffroy Lejeune a été remercié par le propriétaire de cet hebdomadaire qui jugeait le journaliste trop engagé en faveur d’Éric Zemmour et d’une ligne trop droitière. Peu de temps après ce limogeage, Geoffroy Lejeune a été propulsé à la tête du Journal du Dimanche, hebdomadaire centriste, généralement agréé par les membres du gouvernement.

 

Le feuilleton de l’été

Lejeune, qui incarne une droite conservatrice décomplexée, n’a évidemment pas changé de ligne. L’explication de son arrivée se trouve ailleurs, précisément dans le rachat du JDD par Vincent Bolloré.

L’histoire aurait pu en rester là. Mais la nouvelle à peine connue et confirmée, la rédaction du Journal du Dimanche et l’immense majorité du personnel se sont mis en grève, refusant en bloc le nouveau patron de la rédaction. Ils ont aussitôt reçu le soutien du monde politique et médiatique, dressé comme un seul homme contre l’arrivée de « l’extrême droite » à la tête du JDD. Comme il fallait s’y attendre, les semaines de grève se sont conclues par un accord qui permettra aux journalistes de partir avec de solides indemnités.

Ce feuilleton estival pourrait n’être qu’une péripétie parmi d’autres des heurs et malheurs d’une publication.

Plus largement, il indique le poids que conserve encore la presse, en termes d’influence et donc d’enjeu idéologique. Il montre également que la finance pèse encore lourdement sur l’avenir de journaux qui se targuent si souvent d’être libres et indépendants. Enfin, il n’a représenté qu’un épisode supplémentaire du besoin de se créer un ennemi pour continuer à exister, quitte à hystériser les positions au-delà de tout rapport avec le réel.

La « Machine » génère en permanence son système d’auto-défense dès lors qu’elle se croit menacée, à tort ou à raison.

 

L’Homme Nouveau : un service permanent

Le rapport avec L’Homme Nouveau ? Le magazine que vous avez en main n’appartient à aucune grande fortune ni à aucun groupe de presse.

Il a cette spécificité unique d’être la propriété de ses collaborateurs et de ses lecteurs. Quand ces derniers ont pris une part dans le capital des éditions de L’Homme Nouveau, ils n’espèrent pas toucher des dividendes. Il s’agit d’un acte militant, reposant sur la certitude que le catholicisme français a besoin d’une voix différente pour préparer les matériaux nécessaires à l’éclosion d’une société où le Christ doit occuper la première place.

L’Homme Nouveau, contrairement à d’autres de ses honorables confrères, n’est pas un journal d’opinion. Nonobstant la faiblesse et les limites de ceux qui le font, le plus souvent avec un dévouement exemplaire, il ne s’appuie que sur l’enseignement de l’Église, sur sa Tradition et sur le grand apport, trop largement inexploré, de la philosophie politique classique et catholique. De ce fait, il est évident que nous nous trouvons un peu à côté ou en marge d’un monde, y compris au sein du catholicisme français, qui ne repose que sur la confrontation des opinions. Pour notre part, nous essayons de nous enraciner le mieux possible et le plus possible dans cette « joie de la vérité » dont parlait saint Augustin.

 

Suivre le Christ

Ce faisant, il est évident que nous ne rencontrons pas les acclamations du monde. Comment ne pas nous en réjouir, en nous souvenant de l’impérieuse demande du Christ nous enjoignant de pas goûter à l’esprit du monde tout en agissant en son sein ? Il ne s’agit ni d’une posture ni d’un choix, mais d’une réalité qui découle de notre volonté de mettre nos pas dans ceux du Christ, de ses Apôtres, des saints et des martyrs.

C’est peut-être beaucoup demandé à une simple publication. Mais, justement, L’Homme Nouveau n’est pas une simple publication, un simple magazine, une simple équipe de journalistes, au milieu d’autres publications, d’autres magazines et d’autres journalistes. L’Homme Nouveau est un « service » permanent, celui du Christ Roi et de son royaume, service qui s’incarne à travers plusieurs facettes différentes mais complémentaires : le magazine, les éditions de livres, les hors-série, la lettre Reconstruire, le site Internet et le Club des Hommes en noir.

En cette fin de période de vacances, à l’aurore d’une nouvelle rentrée, avec une actualité qui s’annonce difficile pour l’Église, il me semblait nécessaire de rappeler, à un moment où les Français ont assisté aux fluctuations de leur presse, que L’Homme Nouveau est au service de Dieu, l’Église, notre pays. Et, bien sûr, de ses lecteurs.

 

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun