Notre quinzaine : David 3.0 contre les Goliath modernes…

Publié le 24 Oct 2022

Alors que la rentrée est maintenant bien entamée, il est peut-être temps de s’extraire du commentaire de l’actualité pour évoquer… L’Homme Nouveau. Nous assistons en effet actuelle­ment en spectateurs obligés à une véritable mutation et, même, à un changement de civilisation. De manière accélérée, depuis plusieurs années, l’ère Gutenberg subit son grand remplacement par l’ère numérique. De ce fait, notre rapport à l’écrit, aux livres et aux journaux en est profondément affecté. Et, bien évidemment, une publication comme L’Homme Nouveau ne se situe nullement en dehors de ce contexte.

Un effort indispensable

Nous sommes pourtant de ceux qui pensent que la lecture d’un livre ou d’un journal reste indispensable pour entretenir un certain rapport au réel, favoriser la réflexion et même, dans certains cas, ouvrir la voie à la méditation. Il ne suffit pas, en effet, de recevoir une information de manière passive, à la manière d’un éclat de lumière. Encore faut-il la saisir, l’ayant saisie la comprendre et l’ayant comprise, s’en imprégner et établir les rapports nécessaires avec d’autres données. Pour ce faire, l’homme s’inscrit dans le temps et assimile plus ou moins lentement. De ce point de vue, l’écrit papier reste indispensable, surtout dans la perspective qui est la nôtre de participer à la reconstruction d’une société normale, conforme aux besoins de l’âme humaine évoqués par la philosophe Simone Weil, soucieuse du respect de la nature de l’homme, des médiations nécessaires, et ouverte à notre destinée éternelle.

Il ne faut pourtant pas se voiler la réalité du moment. À ce sujet, il suffit d’emprunter les transports en commun pour trouver un condensé de celle-ci. Dans le train, le tram ou le métro, la plupart des voyageurs sont aujourd’hui comme des insectes attirés par la lumière, penchés sur les écrans de leurs téléphones mobiles. Ils lisent des nouvelles, regardent des vidéos, écoutent de la musique ou échangent avec leurs proches. En revanche, si quelques lecteurs de livres subsistent en petit nombre comme les rescapés d’un monde englouti, leurs équivalents pour les journaux ou les revues ont disparu.

Il y a pourtant une autre facette. Des lecteurs existent encore. Et, surtout, une jeunesse catholique ardente n’hésite pas à exprimer son besoin d’information et de formation. Dans un monde en profonde mutation, cette partie de la jeune génération s’inquiète et cherche à comprendre. L’inquiétude peut être mère de la paralysie, du décourage­ment et du repli sur soi. Elle peut être aussi le tremplin pour affronter une situation contraire et décider de ne plus la subir en permanence.

Répondre à la soif contemporaine

Face à une telle situation, comment se situe L’Homme Nouveau ? À notre place, plutôt que de continuer à nous lamenter devant une situation considérée comme inexorable, nous entendons répondre à cette soif de comprendre, de connaître et d’agir. Résolument, nous continuons à le faire à travers le papier, lequel offre au lecteur la possibilité du recul et de la réflexion. À ce titre, L’Homme Nouveau se déploie à travers un magazine bimensuel, des hors-série, la lettre Reconstruire et deux marques de livres. Dans ce cadre, nous publierons début novembre un nouveau hors-série dirigé par le professeur Philippe Pichot-Bravard et consacré à la belle figure de saint François de Sales, à l’occasion des quatre cents ans de son rappel à Dieu. Dans cette même perspective est déjà disponible aux Éditions de L’Homme Nouveau une nouvelle édition des Entretiens spirituels du même saint, spécialement conçue à destination des laïcs. Ce livre s’ajoute à la récente sortie du très réussi Christianisme en histoire(s) du professeur Philippe Roy-Lysencourt. En complément de ces publications, les Éditions Hora Decima sortent S’ouvrir à la métaphysique de Jean-Marie Vernier et Descartes. Philosophe de la modernité de Marcel De Corte. Comme on le voit, il est hors de question de se laisser abattre par des vents contraires.

Parallèlement, nous entendons toucher aussi un public plus jeune, plus pressé, plus attaché aux formes actuelles d’information et de formation. Début novembre, si tout se passe bien, un nouveau site de L’Homme Nouveau sera disponible. Il s’agit d’une plate-forme qui offrira aussi bien des articles à lire que des vidéos à regarder (dont le fameux « Club des Hommes en noir ») ou des podcasts à écouter. Il est évidemment hors de question pour nous d’abandonner notre devoir d’évangélisation. À la manière du jeune (et petit) David armé de sa seule fronde, nous sommes bien décidés à ne pas nous laisser submerger par tous les Goliath d’une modernité destructrice. Serez-vous avec nous ?

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour