Notre quinzaine : Demain se prépare aujourd’hui

Publié le 30 Avr 2020
Notre quinzaine : Demain se prépare aujourd'hui L'Homme Nouveau

Pour la troisième fois, nous publions un numéro de L’Homme Nouveau alors que la France et une grande partie du monde se trouvent confinées, l’activité économique sérieusement ralentie – et nos églises et les sacrements hors de portée. Cette situation porte aussi avec elle une forme de violence. Il ne s’agit pas ici d’abord de celle liée au Covid-19, mais d’une violence plus sournoise, plus corrosive, qui délite l’âme, obscurcit la vision, défait les liens sociaux et enferme les catholiques dans leurs maisons, en les soumettant jusque dans le culte à rendre à Dieu aux hasards et aux griffes de la technologie.

Sortir du confinement moral et intellectuel

S’il est impossible de prédire l’avenir, il est clair, en revanche, qu’il nous faut tous le préparer. Depuis le début du confinement, nous le disons sur notre site Internet ou dans nos « lettres de confinement »1 : « Demain se prépare aujourd’hui. » Au-delà de la formule, qui pourrait laisser penser à un mauvais slogan électoral, l’idée est de réaffirmer notre vocation qui consiste à donner des clefs de compréhension du monde qui nous entoure, puisées dans les principes de l’enseignement permanent de l’Église et dans les trésors de la philosophie réaliste et classique.

Par quels biais cette préparation peut-elle se faire ? Trois autres formules permettent également d’en donner une idée : « dépister le mensonge » ; « se décontaminer intellectuellement et moralement » et, enfin, « sortir du confinement moral et intellectuel ». Tous ces éléments impliquent par-dessus tout de faire reposer notre existence sur une vie de prière ainsi que sur un effort de réflexion associé à la maîtrise de notre sensibilité. Dans un contexte aussi difficile et avec des perspectives d’avenir a priori peu réjouissantes, il est en effet tentant de consentir au découragement, au laisser-aller, ou encore de sur-réagir constamment contre des événements que l’on ne maîtrise pas ou de se perdre dans la distraction permanente.

Au regard de ce dernier aspect, la chaîne Netflix, par exemple, s’est vue saluer comme une véritable bouée de secours en période de confinement. De même, le 7 avril, le lancement de Disney?+ sur la chaîne cryptée Canal?+ a non seulement entravé le bon fonctionnement de cette dernière en raison d’une demande trop importante, mais a conduit à une avalanche de plaintes d’utilisateurs privés de leurs distractions.

L’Homme aboli

On sait depuis longtemps que « le pain et les jeux » sont un moyen de contrôler les masses 2. En situation de crise, il est en effet tentant de vouloir anesthésier les intelligences et les volontés. C’est d’ailleurs une pente obligée de la philosophie moderne qui régit nos sociétés et qui ne reconnaît au final que le règne de l’individu. Le sociologue allemand Friedrich H. Tenbruck, dans l’essai que nous avons publié en 2017, a montré qu’après avoir contrôlé la nature par la physique, puis la société par la sociologie, il ne restait plus qu’à exercer la même maîtrise sur les individus. Ce n’est d’ailleurs pas sans raison que cet ouvrage s’intitule L’Homme aboli 3.

La crise actuelle permet d’accélérer cette dernière étape. Dans Le Figaro du 13 avril dernier, le commissaire européen Thierry Breton affirmait ainsi que huit pays européens travaillent à une application de traçage pour lutter contre le virus. Le même numéro du quotidien indiquait également qu’Apple et Google, jusqu’ici concurrents, se sont alliés pour mettre au point une telle application. Malheureusement, le passé a montré ce qu’il advient des décisions prises dans l’urgence pour répondre à une situation de crise et sur lesquelles on ne revient jamais par la suite.

Catholiques en milieu difficile

Devant cette situation, prier, réfléchir, se former, se soutenir, travailler pour demain deviennent encore plus nécessaire. Plus que jamais, L’Homme Nouveau entend aller dans ce sens. S’il est encore trop tôt pour dire ce que sera demain, il n’est pas trop tôt pour s’y préparer. Dans la panoplie de campagne du catholique en milieu hostile, ou pour le moins difficile, le soutien de votre magazine, de nos livres et de notre effort pour comprendre et transmettre ne seront certainement pas de trop. Notre joie ne consiste pas seulement à travailler pour demain, mais dans l’assurance que Celui pour lequel nous œuvrons a déjà remporté la victoire. Vous le savez, le Christ est ressuscité ! Et, franchement, il s’agit là d’un gage insurpassable d’espérance.

1. Si vous ne les recevez pas, adressez-nous un courriel à : communication@hommenouveau.fr

2. Sur ce sujet, voir le dossier de la revue Catholica que nous présentons p. 27.

3. Friedrich H. Tenbruck, L’Homme aboli, Éditions de L’Homme Nouveau, 264 p., 19 €.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : L’enjeu de véritables vacances

Édito du Père Danziec (n° 1812) | À l’heure où vous tiendrez ce magazine entre vos mains, les mois chauds et sympathiques des vacances se seront de nouveau installés. Voici venu le temps de nous délasser des labeurs et des fatigues de l’année académique ! Comment donc ne pas vous souhaiter, chers lecteurs de L’Homme Nouveau, de véritables semaines d’été reposantes ! Car oui, le repos est sacré !

+

vacances
ÉditorialLettre Reconstruire

Retrouver le sens de la vérité

Lettre Reconstruire n° 38 (Juillet 2024) | Éditorial | Dans les moments de trouble comme nous en vivons actuellement, dans les périodes d’accélération dans les remises en cause de tous ordres, il faut au moins, individuelle­ment et familialement, se raccrocher aux points de repère certains aux plans naturel et surnaturel. Contre le doute, il faut entretenir en soi la recherche permanente de la vérité.

+

france 4684488 1280 vérité
Éditorial

Notre quinzaine : Dieu se rit…

Éditorial de Philippe Maxence | Où va la France ? Cette question, nous sommes beaucoup à nous la poser depuis le résultat des élections européennes et la dissolution de l’Assemblée nationale. Ce choix présidentiel, prévu par la Constitution, a entraîné une accélération de l’histoire dont nous ne savons pas où elle mènera notre pays. Bossuet écrit que « Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? quand on l’approuve et qu’on y souscrit, quoique ce soit avec répugnance. »

+

dieu droite gauche
ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres