Notre quinzaine : Demain se prépare aujourd’hui

Publié le 30 Avr 2020
Notre quinzaine : Demain se prépare aujourd'hui L'Homme Nouveau

Pour la troisième fois, nous publions un numéro de L’Homme Nouveau alors que la France et une grande partie du monde se trouvent confinées, l’activité économique sérieusement ralentie – et nos églises et les sacrements hors de portée. Cette situation porte aussi avec elle une forme de violence. Il ne s’agit pas ici d’abord de celle liée au Covid-19, mais d’une violence plus sournoise, plus corrosive, qui délite l’âme, obscurcit la vision, défait les liens sociaux et enferme les catholiques dans leurs maisons, en les soumettant jusque dans le culte à rendre à Dieu aux hasards et aux griffes de la technologie.

Sortir du confinement moral et intellectuel

S’il est impossible de prédire l’avenir, il est clair, en revanche, qu’il nous faut tous le préparer. Depuis le début du confinement, nous le disons sur notre site Internet ou dans nos « lettres de confinement »1 : « Demain se prépare aujourd’hui. » Au-delà de la formule, qui pourrait laisser penser à un mauvais slogan électoral, l’idée est de réaffirmer notre vocation qui consiste à donner des clefs de compréhension du monde qui nous entoure, puisées dans les principes de l’enseignement permanent de l’Église et dans les trésors de la philosophie réaliste et classique.

Par quels biais cette préparation peut-elle se faire ? Trois autres formules permettent également d’en donner une idée : « dépister le mensonge » ; « se décontaminer intellectuellement et moralement » et, enfin, « sortir du confinement moral et intellectuel ». Tous ces éléments impliquent par-dessus tout de faire reposer notre existence sur une vie de prière ainsi que sur un effort de réflexion associé à la maîtrise de notre sensibilité. Dans un contexte aussi difficile et avec des perspectives d’avenir a priori peu réjouissantes, il est en effet tentant de consentir au découragement, au laisser-aller, ou encore de sur-réagir constamment contre des événements que l’on ne maîtrise pas ou de se perdre dans la distraction permanente.

Au regard de ce dernier aspect, la chaîne Netflix, par exemple, s’est vue saluer comme une véritable bouée de secours en période de confinement. De même, le 7 avril, le lancement de Disney?+ sur la chaîne cryptée Canal?+ a non seulement entravé le bon fonctionnement de cette dernière en raison d’une demande trop importante, mais a conduit à une avalanche de plaintes d’utilisateurs privés de leurs distractions.

L’Homme aboli

On sait depuis longtemps que « le pain et les jeux » sont un moyen de contrôler les masses 2. En situation de crise, il est en effet tentant de vouloir anesthésier les intelligences et les volontés. C’est d’ailleurs une pente obligée de la philosophie moderne qui régit nos sociétés et qui ne reconnaît au final que le règne de l’individu. Le sociologue allemand Friedrich H. Tenbruck, dans l’essai que nous avons publié en 2017, a montré qu’après avoir contrôlé la nature par la physique, puis la société par la sociologie, il ne restait plus qu’à exercer la même maîtrise sur les individus. Ce n’est d’ailleurs pas sans raison que cet ouvrage s’intitule L’Homme aboli 3.

La crise actuelle permet d’accélérer cette dernière étape. Dans Le Figaro du 13 avril dernier, le commissaire européen Thierry Breton affirmait ainsi que huit pays européens travaillent à une application de traçage pour lutter contre le virus. Le même numéro du quotidien indiquait également qu’Apple et Google, jusqu’ici concurrents, se sont alliés pour mettre au point une telle application. Malheureusement, le passé a montré ce qu’il advient des décisions prises dans l’urgence pour répondre à une situation de crise et sur lesquelles on ne revient jamais par la suite.

Catholiques en milieu difficile

Devant cette situation, prier, réfléchir, se former, se soutenir, travailler pour demain deviennent encore plus nécessaire. Plus que jamais, L’Homme Nouveau entend aller dans ce sens. S’il est encore trop tôt pour dire ce que sera demain, il n’est pas trop tôt pour s’y préparer. Dans la panoplie de campagne du catholique en milieu hostile, ou pour le moins difficile, le soutien de votre magazine, de nos livres et de notre effort pour comprendre et transmettre ne seront certainement pas de trop. Notre joie ne consiste pas seulement à travailler pour demain, mais dans l’assurance que Celui pour lequel nous œuvrons a déjà remporté la victoire. Vous le savez, le Christ est ressuscité ! Et, franchement, il s’agit là d’un gage insurpassable d’espérance.

1. Si vous ne les recevez pas, adressez-nous un courriel à : communication@hommenouveau.fr

2. Sur ce sujet, voir le dossier de la revue Catholica que nous présentons p. 27.

3. Friedrich H. Tenbruck, L’Homme aboli, Éditions de L’Homme Nouveau, 264 p., 19 €.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Éditorial

Notre quinzaine : L’espérance peut-elle être politique ?

Le Christ, notre véritable espérance, est ressuscité. Alléluia ! Nous venons à nouveau de proclamer cette bonne nouvelle qui n’est pas seulement celle d’un jour et d’une fête, fût-elle la plus grande du calendrier chrétien, mais celle qui rejaillit et irrigue constamment notre vie. Nous ne pouvons pas perdre de vue la finalité ultime d’un vrai combat politique qui est le règne du Christ sur les personnes, les familles et la société. Ne perdons pas courage ! Le but est lointain mais nous devons œuvrer à son avènement car notre espérance se fonde sur le Christ, mort et ressuscité.

+

espérance
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Avortement : il est urgent de remonter à la source

Lettre Reconstruire n°34 – Edito | Le lundi 4 mars, le droit à l’avortement est officiellement entré dans la Constitution de la République française. Votée en 1975 comme une dépénalisation et une exception, la loi libéralisant l’avortement s’est muée au fil du temps en un véritable droit positif dont la remise en cause s’est vue de plus en plus entravée. Sans aucun doute, cette défaite pour la vie et pour le militantisme anti-avortement aura des conséquences dans les mois ou les années à venir. Un examen de conscience et une remise en cause des méthodes employées et de la doctrine sur laquelle se fonde ce combat sont nécessaires.

+

constitutionnalisation avortement
ÉditorialBioéthique

Notre quinzaine : La vérité, à temps et à contretemps

Édito du Père Danziec | Dans sa fameuse lettre Que dire à un jeune de vingt ans, Hélie de Saint Marc suggère à son jeune lecteur de « ne pas s’installer dans sa vérité et de vouloir l’asséner comme une certitude »mais lui conseille plutôt de « savoir l’offrir en tremblant comme un mystère ». Permettez-moi, à l’occasion de cet éditorial, de me plier à une rapide étude de la citation d’Hélie de Saint Marc en tentant de l’appliquer au drame de la constitutionnalisation de l’avortement qui fait la couverture de ce numéro.

+

vérité
ÉditorialCarême

Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Edito du Père Danziec | La correspondance de dates entre la Saint-Valentin le 14 février et le mercredi des Cendres permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, l’homme est constitutivement fait pour l’amour.

+

carême amour gratuité
ÉditorialBioéthiqueDoctrine socialeLettre ReconstruireMagistère

Face à l’avortement et à l’euthanasie

Lettre Reconstruire n°33 - Edito | Le thème de la constitutionnalisation de l’avortement en France et le projet de légalisation de l’euthanasie ont réactivé de manière frappante la question de la légitimité d’un État institutionnalisant ces formes de meurtres. Dans son encyclique Evangelium Vitae (25 mars 1995), le pape Jean-Paul II avait abordé ces deux thèmes en les liant justement à la moralité des lois édictées et à leur légitimité. Comme éditorial, nous proposons plusieurs extraits de cette encyclique, hélas toujours d’actualité. 

+

avortement