Notre quinzaine : Du sparadrap du capitaine Haddock et de la religion

Publié le 08 Mar 2018
Notre quinzaine : Du sparadrap du capitaine Haddock et de la religion L'Homme Nouveau

 Une chimère ?

C’est un peu le sparadrap du célèbre capitaine Haddock ! On voudrait bien, mais impossible de s’en défaire. Et même quand on semble y être parvenu, il revient de manière aussi surprenante qu’il était parti. Que les lecteurs ne m’en veuillent pas de commencer par un rapprochement aussi trivial. Depuis plus de deux cents ans, la religion subit, en France, des attaques sans nombre, aussi bien de la part de l’État que des beaux penseurs. Après l’avoir chassée des institutions, lui avoir interdit l’entrée dans les universités et les écoles, la grande affaire fut de l’extirper des mœurs, des modes de vie et, finalement, des consciences. À ce stade, plus besoin de guerre ouverte, de transports de troupes, de barbelés et de miradors. Il suffisait de créer un environnement qui distrait la population de Dieu. La société matérialiste de l’abondance s’y est entendue. À coups de télévision (spectacle offert toute la journée), d’internet (« les autoroutes du péché » comme le soulignait un prêtre récemment) et de l’ensemble des gadgets que la technologie peut mobiliser, le pari était d’avance gagné. Dieu, renvoyé au rang des chimères, la religion, désignée comme la cause de toutes les violences, connaîtraient enfin leurs dernières heures. 

Le matérialisme en crise

C’était compter sans la crise du matérialisme lui-même. Son horizon plat ne parvient pas à mobiliser devant les doutes existentiels des adultes ou la soif d’idéal de la jeunesse. Dans les banlieues, on regarde du côté du jihâd, version armée d’une religion qui s’exporte à coups d’appels à la haine. Ailleurs, le christianisme, aujourd’hui minoritaire en Occident, ne répugne plus à ceux qui ne se contentent pas de pain et de jeux. Il ne s’agit pas simplement de « conserver » un patrimoine légué par des parents ou de lointains ancêtres. Plus fondamentalement, il consiste à mettre ses pas dans ceux du Christ, de conformer sa vie à la sienne et, pourquoi pas, de tenter, selon le mot de Jean-Paul II paraphrasant sainte Catherine de Sienne, « de mettre le feu au monde ». Le feu de la foi, de l’espérance et de la charité ! Pas celui du compromis, de la facilité et de l’abandon. 

Un pluriel source de confusion

La religion, pourtant, est un mot-valise. On y met aisément ce que l’on trouve et l’on mélange facilement le tout au gré de ses humeurs. Longtemps, en France, la religion, entendue dans son sens générique, concernait le catholicisme. Il fut même une époque, encore plus ancienne, où le mot désignait tout simplement la vie religieuse. Et, aujourd’hui ? Comme tout se vaut et se dévalue très vite, le mot religion rassemble aussi bien le christianisme que l’islam et les courants spirituels orientaux, quand on ne lui assimile pas les totalitarismes du XXe siècle. Soyons précis ! Dans le langage de notre époque, qui a le culte apparent de la pluralité, la religion s’affiche forcément au pluriel. En évoquant les religions, on dénonce à la fois plus facilement et on assimile encore plus commodément. Bienvenue dans le règne de la confusion. 

C’est justement tout le mérite du dernier livre de Rémi Brague, sobrement intitulé Sur la religion1, de tenter de nous en sortir. Lui aussi constate que ce que l’on appelle le « retour du religieux » n’est qu’un faux-semblant. Celui-ci a surtout disparu du cerveau des cercles germanopratins ! Il a pu évoluer, s’émanciper des règles traditionnelles, mais il est toujours là. Surtout, Rémi Brague s’élève, arguments à l’appui, contre le confusionnisme ambiant qui assimile toutes les religions. Il insiste sur le fait que la peur commande surtout cet emploi du pluriel et cette assimilation des religions entre elles. La peur, mais la peur de quoi ? Tout simplement de l’islam, si présent aujourd’hui à l’intérieur comme à l’extérieur de nos frontières et face auquel la laïcité à la française se trouve en désarroi.

Dans une longue rencontre qu’il a bien voulu nous accorder, pour les lecteurs de L’Homme Nouveau, Rémi Brague s’est entretenu avec nous de ce sujet si important et si actuel. Avec le philosophe Thibaud Collin, nous avons pu approfondir ce sujet qui, s’il confirme la spécificité de l’islam et les contradictions de la modernité (ainsi que sa proximité sur certains points avec la religion de Mahomet), réaffirme aussi la singularité du christianisme. 

1. Rémi Brague, Sur la religion, Flammarion, 254 p., 19 e.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (2)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 3 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.Faisant un mauvais procès au christianisme, Nietzsche l’accuse d’être une religion de failles, accusation démontée par la vie même du Christ, celle de saint Paul et celle que mènent les moines. Troisième volet de notre présentation de la philosophie nitzschéenne (article 1 et article 2 à retrouver sur notre site).

+

Friederich Nietzsche
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle