Notre quinzaine : Entre la tentation victimaire et la théorie du cliquet

Publié le 11 Juin 2016
Notre quinzaine : Entre la tentation  victimaire et la théorie du cliquet L'Homme Nouveau

Le grand éparpillement

En quelques semaines, nous sommes passés d’une France agitée par la peur du terrorisme à une France paralysée par les grèves. D’un pays s’unissant sous l’effet de la menace à un pays se dissolvant pris dans la nasse. D’une nation retrouvant (un peu…) l’attrait du bien commun à une nation retombant dans son égoïsme individualiste : chacun pour soi et l’État fera le reste.

Hier, le temps était à l’union nationale, à la Marseillaise et à la levée en masse contre le terrorisme. La France et plus encore la République étaient en danger. La police se découvrait acclamée, adulée et sortait de son statut de paria social, de cette image glauque qui lui collait à la peau depuis Mai 1968.

Quelques mois plus tard, les voitures de police brûlent, les forces de l’ordre sont constamment agressées et la CGT, premier syndicat minoritaire de France, bloque les raffineries d’essence, les centrales nucléaires, réduit la circulation ferroviaire et promet de continuer la lutte jusqu’au retrait de la loi Travail.

Tranquillement, comme s’il ne s’était rien passé ces derniers mois, les Français ont repris leurs habits de victimes. C’est à vrai dire le seul qui leur convienne. Victimes des attentats ; victimes de l’État. Victimes des mauvaises lois et du temps qui passe. Responsables de rien, mais surtout victimes de tout. Ayant abandonné notre destin dans d’autres mains « expertes », nous oscillons entre la peur de la mort et le défilé unitaire des manifestations. Dans le grand système démocratique de l’éparpillement individualiste, la responsabilité a disparu. Reste cette philosophie victimaire qui campe dans nos esprits.

Tu seras diaconesse, ma fille…

Les féministes ont bien compris ce qu’elles pouvaient en retirer. Elles ont commencé par détourner la notion de la lutte des classes marxiste à leur profit. À la révolution prolétarienne contre l’oppression bourgeoise, elles ont substitué la libération de la femme contre l’oppres­sion patriarcale. La lutte des sexes plutôt que la lutte des classes. Bien vu ! Avec cette nouvelle forme de lutte, c’est toute l’histoire de l’humanité qui est revisitée et une cible éternelle qui est désignée : l’homme, au sens du masculin, que l’on recouvre par effet dialectique du terme générique de « pouvoir patriarcal ».

Ne croyons pas qu’il s’agisse d’un danger à venir. Le féminisme a déjà gagné. Pas seulement chez les tenants de la parité, du travail des femmes, de la libération sexuelle, etc. Il campe dans nos esprits, règne sur nos habitudes, contrôle nos émotions et nos désirs. Même chez les « cathos » ? Principalement chez les « cathos » qui ont toujours peur d’être en retard d’un train et qui ne voudraient surtout pas apparaître comme des ennemis du progrès.

Dernier exemple en date : la deman­de faite au Pape François par les supérieures majeures réunies en congrès d’étendre le diaconat aux femmes. Il est vrai que dans les premiers temps de l’Église, des diaconesses ont existé. On cite notamment l’exemple des baptêmes par immersion totale qui nécessitait d’être effectués par des femmes par respect de la pudeur. Mgr Martimort, un des tenants de la réforme liturgique, avait dans les années 1980 publié une étude historique sur le sujet (1). Il montrait que le terme diaconesses recouvrait en fait des situations très différentes et qu’il n’est pas possible de les identifier aux diacres ordonnés masculins. Il écrivait ainsi : « Jamais pour ordonner une diaconesse on n’a utilisé le même texte que pour le diacre, mais un texte différent (…) Enfin, il faut rappeler qu’à la diaconesse on ne laisse pas espérer, à la différence du diacre, la possibilité d’accéder à un degré supérieur ».

Encore la théorie du cliquet

C’est bien l’enjeu qui est sous-jacent dans la demande faite par les supérieures majeures au Pape François et qui illustre la théorie du cliquet dont nous parlions dans un numéro précédent. Ce qui semble en vue ce n’est pas tant le diaconat féminin que celui-ci vu comme une étape en vue de l’ordination sacerdotale des femmes.

Il n’est jamais inutile de se poser des questions, à condition que ce soit pour repartir du bon pied. À trop vouloir l’identification systématique de l’homme et de la femme, on risque de les transformer l’un et l’autre en victimes véritables de la modernité dont le féminisme n’est au fond qu’un des derniers avatars, même s’il s’agit d’un avatar d’une puissance redoutable. Plutôt qu’à son discours victimaire, en forme d’opposition s’appuyant sur la notion de pouvoir, il serait préférable de recourir à la notion chrétienne de vocation. À s’y refuser, le monde s’enfonce de plus en plus dans le chaos et la destruction. On peut espérer – d’une espérance vraiment surnaturelle – que l’Église ne prenne pas le même chemin.

1. Aimé-Georges Martimort, Les diaconesses. Essai historique, CLV Edizioni Liturgiche, Roma, 1982, 277 p.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour
Éditorial

Notre quinzaine : L’espérance peut-elle être politique ?

Le Christ, notre véritable espérance, est ressuscité. Alléluia ! Nous venons à nouveau de proclamer cette bonne nouvelle qui n’est pas seulement celle d’un jour et d’une fête, fût-elle la plus grande du calendrier chrétien, mais celle qui rejaillit et irrigue constamment notre vie. Nous ne pouvons pas perdre de vue la finalité ultime d’un vrai combat politique qui est le règne du Christ sur les personnes, les familles et la société. Ne perdons pas courage ! Le but est lointain mais nous devons œuvrer à son avènement car notre espérance se fonde sur le Christ, mort et ressuscité.

+

espérance
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Avortement : il est urgent de remonter à la source

Lettre Reconstruire n°34 – Edito | Le lundi 4 mars, le droit à l’avortement est officiellement entré dans la Constitution de la République française. Votée en 1975 comme une dépénalisation et une exception, la loi libéralisant l’avortement s’est muée au fil du temps en un véritable droit positif dont la remise en cause s’est vue de plus en plus entravée. Sans aucun doute, cette défaite pour la vie et pour le militantisme anti-avortement aura des conséquences dans les mois ou les années à venir. Un examen de conscience et une remise en cause des méthodes employées et de la doctrine sur laquelle se fonde ce combat sont nécessaires.

+

constitutionnalisation avortement
ÉditorialBioéthique

Notre quinzaine : La vérité, à temps et à contretemps

Édito du Père Danziec | Dans sa fameuse lettre Que dire à un jeune de vingt ans, Hélie de Saint Marc suggère à son jeune lecteur de « ne pas s’installer dans sa vérité et de vouloir l’asséner comme une certitude »mais lui conseille plutôt de « savoir l’offrir en tremblant comme un mystère ». Permettez-moi, à l’occasion de cet éditorial, de me plier à une rapide étude de la citation d’Hélie de Saint Marc en tentant de l’appliquer au drame de la constitutionnalisation de l’avortement qui fait la couverture de ce numéro.

+

vérité
ÉditorialCarême

Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Edito du Père Danziec | La correspondance de dates entre la Saint-Valentin le 14 février et le mercredi des Cendres permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, l’homme est constitutivement fait pour l’amour.

+

carême amour gratuité