Notre quinzaine : Je parie sur Pascal

Publié le 08 Mar 2023

Pascal ? Oui Pascal !  Il fut, en effet, une période où les plus grandes signatures se battaient pour des questions relatives à la foi. On discutait à tout rompre au sujet de la grâce, de la liberté ou de la prédestination. On scrutait les Écritures que l’on considérait vraiment comme saintes pour y puiser les arguments et les fondements d’une pensée qui déterminait une vie. On avait avec les textes révélés, de l’Ancien comme du Nouveau Testament, non seulement une connaissance certaine, mais souvent intime, puisée dans le silence d’une méditation quotidienne, voire pour certains dans la contemplation même de Dieu. Non seulement on se battait, mais pour les plus ardents on allait même jusqu’à s’enfermer entre des murs froids, s’adonnant à la prière, à la méditation et la pénitence, alors même que le monde que l’on quittait était autrement moins confortable que celui dans lequel nous sommes engoncés.

Le siècle de Pascal

Ce siècle, cette époque furent le temps de Pascal ! Bien sûr, on ne peut éviter de parler de celui-ci comme d’un génie. Dans le hors-série que L’Homme Nouveau sort le 25 mars prochain, il est rappelé la précocité de l’enfant découvrant seul une proposition d’Euclide. Il est souligné son inventivité – machine à calculer ou carrosse de transport en commun – et son peu de réussite commerciale. Le génie joue, semble-t-il, quelque peu avec ceux qu’il honore pourtant.

Mais ce que nous avons souhaité, avant tout, c’est scruter, trouver, découvrir, saisir, et pourquoi pas comprendre, le chrétien derrière le génie, l’homme de prière et de contemplation derrière le mathématicien ou l’inventeur. Ne pas regarder d’abord la réussite mondaine, mais celle de Dieu.

C’est cette aventure particulière, étrange d’une certaine manière en un XXIe siècle si peu porté sur la destinée humaine, que nous proposons à nos lecteurs et à ceux qui voudront bien se laisser tenter par le périple.

Pascal, chrétien ? Mais de quel christianisme et, partant, de quelle foi ? Pas si simple de répondre. Il aurait pu être de ceux dont on fait instinctivement des saints ; sans hésitation, débats ou polémiques. L’Histoire avec un grand H, et son histoire à lui, qui d’une certaine manière n’est pas moins grande, auront fait qu’il fut pris dans la querelle janséniste dont on a eu raison de dire que, jusqu’à un certain point, le terme a plus embrouillé le tableau qu’il ne l’a véritablement éclairé.

Des insuffisances ?

N’empêche ! Pascal, l’homme d’une nuit décisive, l’homme du Mémorial ou celui, touchant et d’une belle élévation, de la Prière pour le bon usage des maladies s’est jeté dans la bataille et n’a pas facilité lui non plus la perception de l’exact tableau.

Naguère Claudel voyait surtout en lui un convertisseur pour ceux du dehors : « il leur ouvre les yeux, il les saisit, il les empoigne, il reprend le fil du discours du vieux Job ». Mais, comme son grand adversaire Maurras (voir son Pascal puni), il lui prêtait « une influence extrêmement funeste ».

De son côté, Maritain saluait aussi chez Pascal le combattant pour la vérité mais critiquait l’insuffisance métaphysique du jansénisme et l’aversion pour la philosophie (Pascal et l’Église catholique, 1923).

On pourra le regretter, bien sûr, mais on peut aussi saisir l’occasion pour replonger dans les vraies questions qui touchent à la destinée humaine – la nôtre, la vôtre, la mienne – celles du Salut, de la Grâce, de la réponse à l’appel constant et infini de Dieu, nous qui sommes des êtres finis, blessés et qui faisons tout pour l’oublier.

Ce hors-série bientôt chez vous, ou bientôt à votre disposition si vous n’êtes pas abonné (déjà disponible en fait sur notre boutique), n’est pas seulement une aventure pour plonger en ce temps de carême et de 400e anniversaire de la naissance de Pascal dans les questions essentielles. C’est aussi un pari.

Notre pari

Comment pourrait-il en être autrement avec celui qui a su renverser la proposition des libertins en montrant que l’homme avait tout à gagner en postulant Dieu ?

Notre pari, pour n’être pas aussi élevé, n’en est pas moins important.

Il ne s’agit point d’un pari économique, financier, voire journalistique, mais d’un pari sur le mystère, celui de Pascal, qui le concerne au premier chef et nous touche aussi comme homme et comme chrétien. Un pari car l’évidence qui plaît tant aux esprits cartésiens n’est pas forcément au rendez-vous, mais au contraire une certaine forme d’incertitude qui peut être maîtresse d’inquiétude.

Un pari personnel enfin : êtes-vous prêt, cher lecteur, à vous confronter avec Pascal, que vous l’appréciiez ou non, qu’il vous dérange ou vous emporte, qu’il vous ralentisse ou, au contraire, vous élève ?

 

 

Pour acheter le hors-série en prévente, rendez-vous sur notre boutique.

 

Philippe Maxence

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

Éditorial

Notre quinzaine : L’espérance peut-elle être politique ?

Le Christ, notre véritable espérance, est ressuscité. Alléluia ! Nous venons à nouveau de proclamer cette bonne nouvelle qui n’est pas seulement celle d’un jour et d’une fête, fût-elle la plus grande du calendrier chrétien, mais celle qui rejaillit et irrigue constamment notre vie. Nous ne pouvons pas perdre de vue la finalité ultime d’un vrai combat politique qui est le règne du Christ sur les personnes, les familles et la société. Ne perdons pas courage ! Le but est lointain mais nous devons œuvrer à son avènement car notre espérance se fonde sur le Christ, mort et ressuscité.

+

espérance
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Avortement : il est urgent de remonter à la source

Lettre Reconstruire n°34 – Edito | Le lundi 4 mars, le droit à l’avortement est officiellement entré dans la Constitution de la République française. Votée en 1975 comme une dépénalisation et une exception, la loi libéralisant l’avortement s’est muée au fil du temps en un véritable droit positif dont la remise en cause s’est vue de plus en plus entravée. Sans aucun doute, cette défaite pour la vie et pour le militantisme anti-avortement aura des conséquences dans les mois ou les années à venir. Un examen de conscience et une remise en cause des méthodes employées et de la doctrine sur laquelle se fonde ce combat sont nécessaires.

+

constitutionnalisation avortement
ÉditorialBioéthique

Notre quinzaine : La vérité, à temps et à contretemps

Édito du Père Danziec | Dans sa fameuse lettre Que dire à un jeune de vingt ans, Hélie de Saint Marc suggère à son jeune lecteur de « ne pas s’installer dans sa vérité et de vouloir l’asséner comme une certitude »mais lui conseille plutôt de « savoir l’offrir en tremblant comme un mystère ». Permettez-moi, à l’occasion de cet éditorial, de me plier à une rapide étude de la citation d’Hélie de Saint Marc en tentant de l’appliquer au drame de la constitutionnalisation de l’avortement qui fait la couverture de ce numéro.

+

vérité
ÉditorialCarême

Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Edito du Père Danziec | La correspondance de dates entre la Saint-Valentin le 14 février et le mercredi des Cendres permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, l’homme est constitutivement fait pour l’amour.

+

carême amour gratuité
ÉditorialBioéthiqueDoctrine socialeLettre ReconstruireMagistère

Face à l’avortement et à l’euthanasie

Lettre Reconstruire n°33 - Edito | Le thème de la constitutionnalisation de l’avortement en France et le projet de légalisation de l’euthanasie ont réactivé de manière frappante la question de la légitimité d’un État institutionnalisant ces formes de meurtres. Dans son encyclique Evangelium Vitae (25 mars 1995), le pape Jean-Paul II avait abordé ces deux thèmes en les liant justement à la moralité des lois édictées et à leur légitimité. Comme éditorial, nous proposons plusieurs extraits de cette encyclique, hélas toujours d’actualité. 

+

avortement