Notre quinzaine : L’Europe, c’est Notre-Dame de Paris

Publié le 17 Mai 2019
Notre quinzaine : L’Europe, c’est Notre-Dame de Paris L'Homme Nouveau

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Europe a un sérieux mal de crâne. À quelques jours des élections des députés européens, la vieille idée européenne ne fait plus rêver. Signe d’affrontement électoral, – dis-moi quelle Europe tu espères, je te dirais qui tu es ! –, elle semble être devenue aussi celui du désenchantement. Si les Allemands conduits par Angela Merkel la font marcher au pas, les Britanniques ont tenté de la fuir à toutes jambes. Pour leur part, les Français sont surtout désillusionnés. Pour eux, l’Europe est surtout le prétexte rêvé de relancer les vieilles chamailleries nationales. C’est plus que jamais le moment de pasticher l’anglais Chesterton en évoquant une vieille idée chrétienne devenue folle.

Au commencement : Athènes, Rome et Jérusalem

Au commencement était un héritage qui puisait aux sources d’Athènes, de Rome et de Jérusalem, unies par le christianisme. Venait ensuite une expérience, longue et douloureuse. Malgré cette civilisation commune, les nations européennes s’étaient au long des siècles fait la guerre. Avec l’apparition de l’idéologie et de la modernité technologique, ces guerres avaient franchi un seuil critique. On savait désormais non seulement que les civilisations étaient mortelles, mais que l’humanité pouvait s’autodétruire. Belle avancée, en vérité !

Dès lors, l’Europe pouvait constituer une solution. À l’apport – décisif – de la civilisation commune, il suffisait, pensait-on, d’apporter des modes d’organisation sociales puisés dans la doctrine sociale de l’Église : respect de la dignité de la personne, application du principe de subsidiarité ordonné à la fois au respect des nations et à la primauté du bien commun.

Le rêve européen de la papauté

Européen convaincu, certainement en raison des échecs rencontrés pendant la Première Guerre mondiale et plus encore par le constat des destructions engendrées par le second conflit mondial, Pie XII n’a cessé d’encourager à l’union européenne. Dans ses diverses interventions à ce sujet, il a souligné à plusieurs reprises la somme de sacrifices que nécessitait un tel projet. Mais constamment, il a prévenu également : l’Europe ne pourra se bâtir que sur le socle de la civilisation chrétienne. « Si donc l’Europe veut en sortir [de ses déchirements], s’exclame-t-il ainsi en 1948, ne lui faut-il pas rétablir, chez elle, le lien entre la religion et la civilisation ? » S’il insiste à nouveau en 1957 sur le patrimoine chrétien du continent, il rappelle aussi que pour parvenir à une Europe unie « il ne s’agit pas d’abolir les patries […] ».

On dira que, faute d’avoir écouté la voix des papes, l’Europe s’est fourvoyée dans un projet constructiviste, essentiellement techno-économique, loin, en tout cas, de l’idéal de Pie XII. Peut-être que l’Église n’a pas pris suffisamment en compte la « weltanschauung » moderne?(1). Était-il vraiment possible d’espérer des États modernes issus de la Révolution française ce que l’on avait pu entreprendre avec les vieux États chrétiens ? Avec le recul que ne pouvait avoir Pie XII, il semble que la réponse à cette question soit négative.

La jonction du Ciel et de la terre

Au fond, l’Europe se trouve aujourd’hui comme Notre-Dame de Paris. Si les fondements semblent encore tenir, la flèche a été emportée par les flammes. Les projets de reconstruction sont nombreux et suscitent l’inquiétude des hommes de l’art (voir à ce sujet la tribune publiée dans Le Figaro par 1 170 conservateurs et professionnels du patrimoine, qui demandent le respect de la loi en la matière). 

Toutes proportions gardées et dans les limites de l’analogie, il en va de même de l’Europe. Elle est emportée dans un emballement qui la détourne de sa vocation et de sa mission. Il faudra certes reconstruire, et Notre-Dame de Paris et la cathédrale européenne. Pas n’importe comment, bien sûr ! Beaucoup de leviers nous échappent, comme beaucoup de leviers manquaient aux douze hommes qui, au lendemain de la Pentecôte, partirent conquérir le monde pour le Christ. 

On pourra au moins commencer par prendre des forces spirituelles. Par exemple, en allant de Paris à Chartres avec Notre-Dame de Chrétienté lors de la Pentecôte. À l’heure où le point de départ de ce grand pèlerinage (Notre-Dame de Paris) est inaccessible, il est plus que jamais nécessaire de témoigner de la finalité spirituelle de cet édifice qui résume à lui seul la jonction du Ciel et de la terre dont l’Europe fut longtemps la plus belle des incarnations. En route !

1. C’est-à-dire la conception du monde, la vision totale.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour