Notre quinzaine : Mais délivrez-nous de la peur !

Publié le 29 Juin 2021
Notre quinzaine : Mais délivrez-nous de la peur ! L'Homme Nouveau

Une crise morale et spirituelle

Alors que l’année scolaire vient de se terminer et que le temps des vacances arrive, il n’est peut-être pas inutile de regarder un peu en arrière. Après 2020 et la grande surprise d’une société entièrement mise sous cloche, 2021 a suivi à peu près le même chemin. Beaucoup pensent déjà que la rentrée offrira à son tour le retour vers une sorte de confinement. Là où nous avions naguère des saisons liées aux cycles de la nature, aurons-nous demain une temporalité entièrement dépendante du besoin de protection sanitaire des populations ?

La santé est devenue, en effet, l’horizon indépassable de notre humanité. À tel point que nous ne demandons plus notre pain quotidien, mais la santé assurée. Et pas n’importe laquelle ! Celle que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a définie comme étant le « bien-être » et non la simple absence de pathologie.

Dans un article publié sur un blog italien (1), le père Giulio Meiattini, bénédictin et professeur à l’Université Saint-Anselme de Rome, souligne que le problème principal soulevé par la crise sanitaire est d’ordre moral et spirituel. Nous avons peur. Et cette peur prend sa source non seulement dans le manque d’éducation à affronter les maux que nous rencontrons mais aussi parce que l’individu n’a d’autres perspectives que lui-même. Plus de cause à défendre, plus d’enfants à élever et à faire grandir, plus de patrie à aimer, plus de Dieu à servir.

Réhabiliter la vertu de force

Dans l’éditorial du dernier numéro de la revue Catholica, son directeur souligne que la peur « peut aussi se dominer »?(2). Comment ? En prenant d’abord conscience qu’elle nous paralyse trop souvent. En posant ensuite, selon l’adage des pères spirituels, des actes contraires qui s’appuient, comme l’indique saint Thomas d’Aquin, sur la vertu de force et sur celle d’espérance.

Naguère, dans son Saint Thomas moraliste, Étienne Gilson rappelait que : « L’homme vraiment fort est l’homme qui aime ce qu’il faut aimer, et qui craint ce qu’il faut craindre, mais qui se redresse contre cette crainte et se retourne contre le danger » (3). Avons-nous vraiment aimé ce que nous devons aimer et servir en premier ? Ou lui avons-nous préféré notre bien-être ? La réponse différera selon les individus. Mais socialement, elle est évidente. La tentation de l’homme contemporain se trouve bien du côté de la peur avec son lot d’effets psychologiques pervers : paralysie, silence, démission.

La générosité toujours active

La peur n’est heureusement pas la seule réalité qui habite nos contemporains. La générosité continue d’irriguer les décisions et les actions de certains d’entre nous. Tout récemment, les ordinations de jeunes hommes dans les diocèses ou les communautés cléricales et religieuses en apportent une preuve flagrante. Je sais que le chiffre des nouveaux prêtres est encore à la baisse. Non pas que le Seigneur n’appelle plus à se mettre à son service, mais que la réponse tarde ou n’est plus aussi importante. Comment ne pas penser à l’épisode du jeune homme riche de l’Évangile qui ne se met pas à la suite du Christ parce qu’il « avait de grands biens » ?

Pour autant, ceux qui répondent le font avec courage, générosité, en surmontant certainement la peur de l’inconnu, afin de se mettre au service de Dieu et de l’Église. Certains s’apprêtent à entrer à la rentrée prochaine au séminaire ou dans une communauté religieuse quand d’autres prononcent leurs vœux ou reçoivent soutane ou habit. Pensons aussi aux religieuses, sentinelles souvent cachées, aux avant-postes de l’oblation et de la prière. La chute des vocations n’est d’ailleurs pas inéluctable, même si la société nous est contraire. Dans un de ses ouvrages, l’historien Dominique Avon, s’appuyant sur les chiffres donnés par Paul Vigneron dans Histoire des crises du clergé français contemporain, indique 1 733 ordinations en 1901 contre… 152 en 1918 avant de remonter ensuite. En 2021, l’Église de France recense 130 ordinations. On trouvera une photographie générale de la vitalité des paroisses françaises, dans le dernier hors-série de L’Homme Nouveau, réalisé avec foi et passion par Adélaïde Pouchol et Odon de Cacqueray (4). Chaque page est une surprise. La lecture de votre été ?

1. https://www.sabinopaciolla.com/la-paura-che-uccide-e-il-coraggio-che-manca/

2. https://www.catholica.presse.fr/2021/04/05/numero-151-le-temps-de-la-peur/

3. Étienne Gilson, Saint Thomas moraliste, Vrin, 1974, p. 322.

4. Grande Enquête sur les paroisses de France, hors-série n° 44, 68 p., 8 €.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun