Notre quinzaine : Mais délivrez-nous de la peur !

Publié le 29 Juin 2021
Notre quinzaine : Mais délivrez-nous de la peur ! L'Homme Nouveau

Une crise morale et spirituelle

Alors que l’année scolaire vient de se terminer et que le temps des vacances arrive, il n’est peut-être pas inutile de regarder un peu en arrière. Après 2020 et la grande surprise d’une société entièrement mise sous cloche, 2021 a suivi à peu près le même chemin. Beaucoup pensent déjà que la rentrée offrira à son tour le retour vers une sorte de confinement. Là où nous avions naguère des saisons liées aux cycles de la nature, aurons-nous demain une temporalité entièrement dépendante du besoin de protection sanitaire des populations ?

La santé est devenue, en effet, l’horizon indépassable de notre humanité. À tel point que nous ne demandons plus notre pain quotidien, mais la santé assurée. Et pas n’importe laquelle ! Celle que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a définie comme étant le « bien-être » et non la simple absence de pathologie.

Dans un article publié sur un blog italien (1), le père Giulio Meiattini, bénédictin et professeur à l’Université Saint-Anselme de Rome, souligne que le problème principal soulevé par la crise sanitaire est d’ordre moral et spirituel. Nous avons peur. Et cette peur prend sa source non seulement dans le manque d’éducation à affronter les maux que nous rencontrons mais aussi parce que l’individu n’a d’autres perspectives que lui-même. Plus de cause à défendre, plus d’enfants à élever et à faire grandir, plus de patrie à aimer, plus de Dieu à servir.

Réhabiliter la vertu de force

Dans l’éditorial du dernier numéro de la revue Catholica, son directeur souligne que la peur « peut aussi se dominer »?(2). Comment ? En prenant d’abord conscience qu’elle nous paralyse trop souvent. En posant ensuite, selon l’adage des pères spirituels, des actes contraires qui s’appuient, comme l’indique saint Thomas d’Aquin, sur la vertu de force et sur celle d’espérance.

Naguère, dans son Saint Thomas moraliste, Étienne Gilson rappelait que : « L’homme vraiment fort est l’homme qui aime ce qu’il faut aimer, et qui craint ce qu’il faut craindre, mais qui se redresse contre cette crainte et se retourne contre le danger » (3). Avons-nous vraiment aimé ce que nous devons aimer et servir en premier ? Ou lui avons-nous préféré notre bien-être ? La réponse différera selon les individus. Mais socialement, elle est évidente. La tentation de l’homme contemporain se trouve bien du côté de la peur avec son lot d’effets psychologiques pervers : paralysie, silence, démission.

La générosité toujours active

La peur n’est heureusement pas la seule réalité qui habite nos contemporains. La générosité continue d’irriguer les décisions et les actions de certains d’entre nous. Tout récemment, les ordinations de jeunes hommes dans les diocèses ou les communautés cléricales et religieuses en apportent une preuve flagrante. Je sais que le chiffre des nouveaux prêtres est encore à la baisse. Non pas que le Seigneur n’appelle plus à se mettre à son service, mais que la réponse tarde ou n’est plus aussi importante. Comment ne pas penser à l’épisode du jeune homme riche de l’Évangile qui ne se met pas à la suite du Christ parce qu’il « avait de grands biens » ?

Pour autant, ceux qui répondent le font avec courage, générosité, en surmontant certainement la peur de l’inconnu, afin de se mettre au service de Dieu et de l’Église. Certains s’apprêtent à entrer à la rentrée prochaine au séminaire ou dans une communauté religieuse quand d’autres prononcent leurs vœux ou reçoivent soutane ou habit. Pensons aussi aux religieuses, sentinelles souvent cachées, aux avant-postes de l’oblation et de la prière. La chute des vocations n’est d’ailleurs pas inéluctable, même si la société nous est contraire. Dans un de ses ouvrages, l’historien Dominique Avon, s’appuyant sur les chiffres donnés par Paul Vigneron dans Histoire des crises du clergé français contemporain, indique 1 733 ordinations en 1901 contre… 152 en 1918 avant de remonter ensuite. En 2021, l’Église de France recense 130 ordinations. On trouvera une photographie générale de la vitalité des paroisses françaises, dans le dernier hors-série de L’Homme Nouveau, réalisé avec foi et passion par Adélaïde Pouchol et Odon de Cacqueray (4). Chaque page est une surprise. La lecture de votre été ?

1. https://www.sabinopaciolla.com/la-paura-che-uccide-e-il-coraggio-che-manca/

2. https://www.catholica.presse.fr/2021/04/05/numero-151-le-temps-de-la-peur/

3. Étienne Gilson, Saint Thomas moraliste, Vrin, 1974, p. 322.

4. Grande Enquête sur les paroisses de France, hors-série n° 44, 68 p., 8 €.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialCarême

Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Edito du Père Danziec | La correspondance de dates entre la Saint-Valentin le 14 février et le mercredi des Cendres permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, l’homme est constitutivement fait pour l’amour.

+

carême amour gratuité
ÉditorialBioéthiqueDoctrine socialeLettre ReconstruireMagistère

Face à l’avortement et à l’euthanasie

Lettre Reconstruire n°33 - Edito | Le thème de la constitutionnalisation de l’avortement en France et le projet de légalisation de l’euthanasie ont réactivé de manière frappante la question de la légitimité d’un État institutionnalisant ces formes de meurtres. Dans son encyclique Evangelium Vitae (25 mars 1995), le pape Jean-Paul II avait abordé ces deux thèmes en les liant justement à la moralité des lois édictées et à leur légitimité. Comme éditorial, nous proposons plusieurs extraits de cette encyclique, hélas toujours d’actualité. 

+

avortement
ÉditorialSociété

Notre quinzaine : La beauté sauvera nos âmes

Dans le monde actuel, il peut sembler normal de désespérer. Mais c'est justement dans ces moments d'affaiblissement, que la beauté doit pouvoir nous redonner espoir, et sauver nos âmes. Oui, offrir de la beauté autour de nous, devenir ses artisans devient de plus en plus impératif pour tenter de guérir ce monde assoiffé de transcendance.

+

beauté