Notre quinzaine : Ne pas diviniser le marché

Publié le 17 Mar 2017
Notre quinzaine : Ne pas diviniser le marché L'Homme Nouveau

Pour peu qu’on lui accorde quelque crédit, l’élection du Président de la République devrait être l’occasion d’une réflexion profonde sur la réforme de l’État en temps de crise. Il y a, en effet, deux choses qui sont évidentes aujourd’hui, sans recourir à de longues démonstrations : l’État ne remplit plus son rôle et nous sommes englués dans une crise (spirituelle, morale, politique, économique et sociale) dont on ne voit pas l’issue. 

Dans ce contexte vient de paraître un livre qui porte sur les relations économiques, et qui en propose aussi une vision juste, entre deux défauts de l’économisme contemporain. Son auteur, Geneviève Gavignaud-Fontaine, n’en est pas à son coup d’essai. Professeur émérite de l’Université Montpellier III, ses recherches ont porté sur la propriété des terres, les sociétés rurales, les marchés et les prix mais aussi sur les rapports entre les associations professionnelles et l’État. Au fil du temps, elle a bâti une œuvre dont on ne comprend pas bien qu’elle ne soit pas davantage diffusée, notamment dans les milieux catholiques. Citons par exemple, Considérations économiques chrétiennes de saint Paul aux temps actuels (La Boutique de l’Histoire éditions), Les catholiques et l’économie sociale en France (Les Indes Savantes) ou encore, Marchés sans justice, ruines sociales. Refonder les libertés économiques sur la justice (Les Indes Savantes).

Son nouvel ouvrage, Justice dans les relations économiques et justice sociale (1) approfondit son étude sur le lien, ou plutôt l’absence générale de lien, entre l’économie de marché et la justice. Après un passionnant et très pédagogique rappel de ce que sont la justice et ses différentes composantes, rappel réalisé à l’aune de la philosophie classique, aristotélicienne et thomiste, l’auteur dresse un historique très éclairant sur la progressive mise à l’écart de la justice dans les rapports économiques.

À l’origine du mal

Hasard ? Geneviève Gavignaud-Fontaine met bien en exergue l’origine historique de cet abandon : « Il importe de comprendre comment, de la Réforme à la Révolution, entre les quinzième et dix-huitième siècles, une nouvelle philosophie, la philosophie moderne, s’est émancipée de la théologie, pour se substituer aux préoccupations morales des Pères de l’Église et des maîtres scolastiques. Relativisée, la morale religieuse se laisserait réduire à une convention sociale, elle-même susceptible d’être rejetée. Refusant l’espérance de voir les souffrances d’ici-bas nourrir la gloire dans l’au-delà, et dégagés de toute pitié et compassion, des esprits ramèneraient au seul intérêt individuel le mobile de l’action. »

Tout est dit dans cette magnifique synthèse ! Face à cette situation, ne restait plus, pour régler les conséquences pratiques qui allaient en découler, qu’à osciller sans cesse entre le libéralisme et l’étatisme, les deux puisant aux mêmes sources. La solution, évidemment, se trouve dans le retour à une exacte notion de la justice qui ne consiste pas, comme le démontre également l’auteur, à accroître les prélèvements fiscaux pour répondre aux urgences sociales.

Le problème du marché

L’actualité forte de cet ouvrage apparaît au regard de la crise économique et financière que nous vivons dans le cadre de la mondialisation. Elle n’est pas à démontrer non plus en cette période électorale, qui fait montre d’une incapacité à aborder les vrais problèmes et à poser les principes de solutions durables. Aujourd’hui, le libéralisme économique, qui a sa source dans le libéralisme philosophique, et au-delà, dans la coupure radicale qui a été opérée avec la sagesse antique et chrétienne, habite la plupart des esprits. On n’offre comme alternative qu’un étatisme, plus ou moins jacobin, tout aussi négateur des libertés réelles et de la vraie justice.

Geneviève Gavignaud-Fontaine veut croire pourtant que toute « économie de marché » n’est pas forcément immorale. Si on assimile l’économie de marché à la liberté d’entreprendre dans le respect de la morale et dans le cadre de rapports sociaux qui lui sont soumis, pourquoi pas ? Mais l’auteur sait très bien ce qu’est en réalité l’économie de marché et d’où elle est issue. Outre la mise à l’écart permanente de la vertu de justice, et plus généralement de la morale, l’économie de marché s’est complètement autonomisée, même au regard du reste de la société. « Au lieu que l’économie soit encastrée dans les relations sociales, écrivait ainsi Karl Polanyi, ce sont les relations sociales qui sont encastrées dans le système économique. » Le résultat ? Là encore, citons Polanyi : « C’est, en fin de compte, la raison spécifique, pour laquelle la maîtrise du système économique par le marché a des effets irrésistibles sur l’organisation tout entière de la société : elle signifie tout bonnement que la société est gérée en tant qu’auxiliaire du marché. » (La Grande Transformation, p. 104)

Cet effet, pervers et logique, est aussi l’une des raisons de ne pas « diviniser le marché », comme le rappelle le Pape François, judicieusement cité par Geneviève Gavignaud-Fontaine dont le dernier livre offre un formidable plaidoyer historique et doctrinal en faveur de la sagesse chrétienne face à l’injustice de l’économie moderne.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun