Notre quinzaine : Plus que jamais Fides et Ratio

Publié le 21 Jan 2022

Le 15 janvier dernier, la France a fêté les quatre cents ans de la naissance de Molière. Son œuvre, étudiée à l’école, revisitée au théâtre et au cinéma, n’a rien perdu de sa pertinence, notamment en ce qui concerne l’étude des caractères et des travers des hommes. Une certaine coterie se délecte aujourd’hui des moqueries de Molière contre les dévots, oubliant que l’homme de théâtre n’était pas alors un simple spectateur mais un acteur engagé contre ses adversaires. Si son personnage du Tartufe visait principalement la Compagnie du Saint-Sacrement, celle-ci ne peut être réduite à cette caricature et les historiens – je pense notamment aux travaux d’Alain Tallon sur le sujet – ont depuis rééquilibré notre regard sur cette société d’évangélisation et d’apostolat, très exigeante vis-à-vis de la vie spirituelle de ses membres. Les tartufes, eux, sont restés. Ils ont remplacé la défense, éventuellement exagérée, de la vérité religieuse par celle du conformisme social. Pas sûr que nous ayons gagné au change…

La science, objet de foi ?

À la fin de cette année, nous célébrerons également un autre anniversaire : le bicentenaire de la naissance de Louis Pasteur. Alors que l’obligation du passe vaccinal vient d’être votée, cette célébration annoncée prend évidemment un relief particulier. Le magazine L’Histoire y consacre d’ailleurs son dernier numéro, sous un titre étonnant : « Pasteur, la foi dans la science ».

Passons sur le fait que Pasteur était habité d’une véritable foi catholique, ce que L’Histoire souligne d’ailleurs en donnant les raisons qui poussèrent sa veuve à refuser l’enterrement de son époux au Panthéon. Mais ce titre, au-delà du cas de Pasteur lui-même, révèle bien les difficultés intellectuelles de notre époque. À force de bannir le catholicisme, notre société se voit contrainte de s’offrir avec la science une religion de substitution. Ce faisant, elle nous renvoie au XIXe siècle, en plein scientisme, tentation d’une intelligence faussée qui prétend voir dans la science le seul moyen adéquat de régler l’ensemble des problèmes humains. On sait où ces divagations ont conduit l’humanité au XXe siècle…

Comme il se doit, une erreur en appelle une autre. Et là aussi, malgré des habits nouveaux, nous nous retrouvons également en plein XIXe siècle quand des croyants voulaient absolument faire concorder les données de la foi avec  les théories scientifi­ques. L’ambition était généreuse et s’appuyait sur une réalité : la vérité est une. Mais, paradoxalement, cette manière de rapprocher la foi et la science représentait surtout un péril pour cette dernière. La science moderne s’élabore principalement à partir de théories de type physico-mathématiques qu’elle vérifie ensuite. Il en meurt beaucoup plus qu’il n’en reste et, souvent, les théories d’un jour ne sont plus celles du lendemain. Mettre la foi à leur remorque, c’est tout bonnement risquer de mettre le wagon du permanent derrière la locomotive du quasi-éphémère, enfermer l’Être dans le réduit des chiffres.

Deux ordres de connaissances

Pour sa part, l’Église a toujours défendu clairement la complémentarité entre la raison et la foi. Vatican I, par exemple, enseigne dogma­tiquement que « Si quelqu’un dit que le Dieu unique et véritable, notre Créateur et Maître, ne peut être connu avec certitude par la lumière naturelle de la raison humaine, au moyen des choses qui ont été créées : qu’il soit anathème » (canon De la Révélation, I). Le même concile souligne aussi : « Si quelqu’un dit que la foi divine ne se distingue pas de la science naturelle de Dieu et des choses morales, et que par conséquent, il n’est pas requis pour la foi divine que la vérité révélée soit crue à cause de l’autorité de Dieu qui en a fait la révélation : qu’il soit anathème. » (canon De la foi, II).

En fait, l’enseignement de l’Église se tient constamment dans un véritable équilibre afin de ne tomber dans aucune des erreurs qui sollicitent l’intelligence. Là encore, il faut en revenir à Vatican I, trop oublié aujourd’hui : « Dans son enseignement qui n’a pas varié l’Église catholique a tenu et tient aussi qu’il existe deux ordres de connaissances, distincts non seulement par leur principe, mais encore par leurs objets : par leur principe, attendu que dans l’un nous connaissons par la raison naturelle, dans l’autre par la foi divine ; par leur objet, parce qu’en dehors des choses auxquelles la raison naturelle peut atteindre, il y a des mystères cachés en Dieu, proposés à notre croyance, que nous ne pouvons connaître que par la révélation divine. » (constitution dogmatique Dei Filius, chapitre IV). En un mot, ni fidéisme, ni concordisme, ni scientisme. C’est la voie à suivre !

Ce contenu pourrait vous intéresser

Éditorial

Notre quinzaine : L’espérance peut-elle être politique ?

Le Christ, notre véritable espérance, est ressuscité. Alléluia ! Nous venons à nouveau de proclamer cette bonne nouvelle qui n’est pas seulement celle d’un jour et d’une fête, fût-elle la plus grande du calendrier chrétien, mais celle qui rejaillit et irrigue constamment notre vie. Nous ne pouvons pas perdre de vue la finalité ultime d’un vrai combat politique qui est le règne du Christ sur les personnes, les familles et la société. Ne perdons pas courage ! Le but est lointain mais nous devons œuvrer à son avènement car notre espérance se fonde sur le Christ, mort et ressuscité.

+

espérance
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Avortement : il est urgent de remonter à la source

Lettre Reconstruire n°34 – Edito | Le lundi 4 mars, le droit à l’avortement est officiellement entré dans la Constitution de la République française. Votée en 1975 comme une dépénalisation et une exception, la loi libéralisant l’avortement s’est muée au fil du temps en un véritable droit positif dont la remise en cause s’est vue de plus en plus entravée. Sans aucun doute, cette défaite pour la vie et pour le militantisme anti-avortement aura des conséquences dans les mois ou les années à venir. Un examen de conscience et une remise en cause des méthodes employées et de la doctrine sur laquelle se fonde ce combat sont nécessaires.

+

constitutionnalisation avortement
ÉditorialBioéthique

Notre quinzaine : La vérité, à temps et à contretemps

Édito du Père Danziec | Dans sa fameuse lettre Que dire à un jeune de vingt ans, Hélie de Saint Marc suggère à son jeune lecteur de « ne pas s’installer dans sa vérité et de vouloir l’asséner comme une certitude »mais lui conseille plutôt de « savoir l’offrir en tremblant comme un mystère ». Permettez-moi, à l’occasion de cet éditorial, de me plier à une rapide étude de la citation d’Hélie de Saint Marc en tentant de l’appliquer au drame de la constitutionnalisation de l’avortement qui fait la couverture de ce numéro.

+

vérité
ÉditorialCarême

Notre quinzaine : La gratuité ou l’amour à l’état pur

Edito du Père Danziec | La correspondance de dates entre la Saint-Valentin le 14 février et le mercredi des Cendres permet de lever le voile sur l’un des défis majeurs de notre époque. Disons-le sans détours : notre monde crève de dureté, de froideur, d’inclémence et d’impiété. Nos contemporains suffoquent chaque jour un peu plus de manque d’amour. Et pourquoi donc ? Parce qu’il réside au fond du cœur de l’homme un immense besoin d’amour. Parce qu’à l’image de Dieu, d’un Dieu qui est amour, l’homme est constitutivement fait pour l’amour.

+

carême amour gratuité
ÉditorialBioéthiqueDoctrine socialeLettre ReconstruireMagistère

Face à l’avortement et à l’euthanasie

Lettre Reconstruire n°33 - Edito | Le thème de la constitutionnalisation de l’avortement en France et le projet de légalisation de l’euthanasie ont réactivé de manière frappante la question de la légitimité d’un État institutionnalisant ces formes de meurtres. Dans son encyclique Evangelium Vitae (25 mars 1995), le pape Jean-Paul II avait abordé ces deux thèmes en les liant justement à la moralité des lois édictées et à leur légitimité. Comme éditorial, nous proposons plusieurs extraits de cette encyclique, hélas toujours d’actualité. 

+

avortement