Notre quinzaine : Plus que jamais, Noël !

Publié le 10 Déc 2021

Une fois de plus, une fois encore, la France va-t-elle s’enfoncer dans l’ignoble et renier sa vocation profonde ? À l’approche de Noël, on voudrait n’avoir qu’à méditer le mystère de l’Incarnation et la joie qui en découle. Mais comment se taire ? Oui, comment se taire quand la représentation nationale, qui se donne tous les droits, discute l’allongement du délai d’avortement de douze à quatorze semaines ?

Bien sûr, dès les premiers instants, l’avortement constitue un infanticide. De ce point de vue là, cet allongement ne change rien. Pourtant celui-ci va accroître le nombre des victimes innocentes, d’autant que l’ossification du fœtus rend l’opération plus insoutenable encore. Mais peu importe : il reste l’ennemi à abattre. Au scandale du crime, le possible allongement du délai ajoute la barbarie. « À Rama, s’écrie le prophète Jérémie, on entend une plainte, une amère lamentation : c’est Rachel qui pleure ses fils. » Grand mystère : nous revivons la tragédie des saints Innocents avant même que luise Noël.

Joyeux Noël ou bonnes fêtes ?

Noël ? Parlons-en ! Allez-vous encore employer ce mot ? Dans un monde normal, c’est-à-dire qui ne serait pas soumis à la pression permanente de l’idéologie, la question semblerait incongrue. Malheureusement, elle ne l’est pas. Sous le titre Inclusive Communication Manuel (manuel de la communication inclusive), la Commission européenne a publié (uniquement en anglais) un document constituant une sorte de dictionnaire des mots tabous et des expressions à remplacer, destiné aux étudiants du programme international Erasmus.

Ce glossaire, d’un nouveau genre, préconise notamment de remplacer « joyeux Noël » (Merry Christmas) par « bonnes fêtes » (Happy Holidays). L’information a été révélée par le quotidien italien Il Giornale, le 28 novembre dernier, et le cardinal Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, s’en est ému, au point de publier une vidéo affirmant que ce document s’inscrivait dans le cadre de « l’annulation des racines chrétiennes » de l’Europe. Plus récemment encore, sur la chaîne d’information LCI, Abnousse Shalmani, iranienne d’origine, a vigoureusement mis en cause Helena Dalli, la commissaire européenne à l’Égalité à l’origine de ces consignes, pour sa complicité avec les Frères musulmans… Comme il se doit, la Commission européenne a fait machine arrière, en affirmant que cet étrange dictionnaire n’avait nul caractère obligatoire avant d’annoncer son retrait afin d’en préparer une nouvelle version.

À vrai dire, une telle information n’a pas de quoi surprendre les Français. Depuis plusieurs décennies, les « vacances de Pâques », par exemple, ont pris le chemin de l’école buissonnière. Sous des prétextes divers, le laïcisme d’État n’a jamais cessé de vouloir effacer de notre vie sociale les traces du christianisme. Puisant aux mêmes sources idéologiques, la Commission européenne continue simplement sur cette voie.

Le grand bienfait de l’Incarnation

Paradoxalement, Noël résiste, peut-être parce qu’il habite encore l’imaginaire des enfants et qu’il est devenu aussi une fête commerciale. Ce n’est certainement pas une raison pour abandonner ce terme si important puisqu’il est celui qui résume le mystère de l’Incarnation. Comme l’écrivait le Père Faber dans le livre que les Éditions de L’Homme Nouveau viennent de rééditer : « la présence du Verbe éternel fait homme résidant au sein de sa propre Création, y prenant une part et une place, c’était le plus grand bienfait que Dieu pût conférer au monde » (1). Nous ne sommes donc pas disposés à oublier ou à renoncer à ce bienfait, sens même de notre vie et de nos existences. Nous sommes plutôt portés à crier, comme nos ancêtres exprimant la joie et la victoire : « Noël, Noël, Noël ! »

75 ans au service de l’Église et des lecteurs

Le 8 décembre dernier, L’Homme Nouveau a célébré ses 75 ans d’existence. Toutes ces années furent constamment orientées au service de l’Église et de nos patries charnelles, dans le grand dessein d’unité autour du Christ Roi, cet humble Enfant de la Crèche devant lequel tous les pouvoirs temporels, à l’image des Mages, doivent baisser la tête en signe d’adoration du vrai Dieu. Les générations passent, les combats évoluent, mais l’Enfant de Bethléem reste celui que nous entendons servir, à temps et contretemps. Bon anniversaire donc à tous nos lecteurs. Et, surtout, saint et joyeux Noël.

1. Père F.W. Faber, Beauté de l’Incarnation, Éd. de L’Homme Nouveau, 174 p., 13 €.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun