Notre quinzaine : Quand l’Église de France s’éveillera

Publié le 08 Juil 2019
Notre quinzaine : Quand l’Église de France s’éveillera L'Homme Nouveau

Réagir

Le 15 juin dernier, Mgr Michel Aupetit a célébré la messe à Notre-Dame de Paris pour la dédicace de la cathédrale. Le fait n’aurait pas été un événement si Notre-Dame n’avait pas été récemment la proie des flammes. Avec force, l’archevêque de Paris a rappelé la destination première de cet édifice dédié d’abord au culte catholique. Très justement, il a souligné qu’« une culture sans culte devient une inculture ». Et, c’est effectivement à ce stade que nous sommes parvenus aujourd’hui. 

On se souvient que Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur qui est aussi le ministre des Cultes, avait osé déclarer le 16 avril dernier : « ce que je sais, c’est que Notre-Dame n’est pas une cathédrale, c’est notre commun. » Plus récemment, faisant le point sur « l’année maçonnique », Jean-Philippe Hubsch, Grand Maître du Grand Orient de France (GODF), affirmait tranquillement, selon le quotidien L’Opinion (17 juin 2019) que « Ce monument historique national est un lieu de culture. Nous n’y voyons pas un lieu de culte ». Une fois de plus, les maçons confirmaient combien notre système politique repose sur une conception idéologique de l’existence, allant jusqu’à nier ce que le sens commun perçoit, lui, immédiatement. 

On comprend mieux dès lors la volonté de Mgr Aupetit de ne pas se laisser confisquer Notre-Dame de Paris et de réaffirmer clairement la catholicité du lieu. Il y a urgence ! Dans une société sans repères ni racines, l’offensive libérale-libertaire entend profiter de toutes les faiblesses, de tous les moments d’inattention, de la simple bonne volonté, elle-même. On l’a vu avec « l’affaire » Vincent Lambert. Sur un autre plan, on y assiste aussi avec « l’affaire » Notre-Dame de Paris.

La tête de pont du catholicisme en France

La bonne nouvelle – car il y a une bonne nouvelle – vient justement de la capacité de réaction. On le voit avec l’homélie de l’archevêque de Paris lors de cette première messe à Notre-Dame de Paris depuis l’incendie. Plus globalement, on le voit également avec la volonté d’engagement de ce que le sociologue Yann Raison du?Cleuziou appelle dans un livre récent (Une contre-révolution catholique) l’émergence des « catholiques observants », objet du dossier de ce numéro

On pourra bien évidemment discuter du qualificatif qui fleure bon le communautarisme. On pourra tout autant épiloguer sur le terme de « contre-révolution » qui, non content d’emprunter au vocabulaire politique, risque également de conduire le lecteur vers quelques désappointements. Mais au-delà de ces aspects, le sociologue démontre, à la suite d’une longue enquête, que les forces vives du catholicisme français – en bref, la minorité de la minorité – occupent désormais une place centrale dans l’univers catholique français. 

Par le nombre ? Pas d’abord et pas essentiellement ! Par son poids dans la hiérarchie épiscopale ? Pas encore, aurait-on tendance à dire ! Mais c’est une question de temps. Les jeunes prêtres d’aujourd’hui, qui pour beaucoup sont issus des « catholiques observants » ou en sont proches, n’ont pas le profil de leurs aînés, ni leurs œillères idéologiques. Non, c’est surtout pour leur adhésion décomplexée aux exigences de la foi catholique et par le souci de l’engagement pour les traduire dans la société que ces fameux « observants » constituent la tête de pont du catholicisme en France. Hasard ? Ils ont su transmettre la foi et la sociabilité catholique. Qui sont-ils ? Ils ont mille visages et différents lieux de repères. Mais, si l’on se réfère au travail de Yann Raison du Cleuziou, c’est aussi nous et vous. Nous ne le savions pas, mais nous sommes des « catholiques observants ». 

Il faudra compter avec nous

Faut-il accepter sans discuter l’étiquette ? Pas si simple, bien sûr. Comme toute étiquette, elle enferme ou ne dit qu’un aspect d’une réalité évidemment plus complexe. Son utilité est qu’elle indique une tendance et un dynamisme. À ce titre, ne la rejetons pas ! À l’avenir, l’Église de France, qui nous boude encore, devra compter sur nous et avec nous. Elle ouvrira peut-être alors les yeux sur le travail qui est mené avec ténacité pour continuer à transmettre le trésor de la foi, de la pensée et de la culture chrétienne, en se confrontant aux problématiques présentes. Comme en témoignent tous les quinze jours chacun de nos numéros, de nos hors-série, de nos livres ou nos émissions vidéos. Un énorme travail effectué pour vous et grâce à vous. Bon été !

Notre dernier numéro dans lequel est paru cet éditorial est disponible ici.

Pour aider L’Homme Nouveau à informer indépendamment, faites un don ici.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour
Éditorial

Notre quinzaine : L’espérance peut-elle être politique ?

Le Christ, notre véritable espérance, est ressuscité. Alléluia ! Nous venons à nouveau de proclamer cette bonne nouvelle qui n’est pas seulement celle d’un jour et d’une fête, fût-elle la plus grande du calendrier chrétien, mais celle qui rejaillit et irrigue constamment notre vie. Nous ne pouvons pas perdre de vue la finalité ultime d’un vrai combat politique qui est le règne du Christ sur les personnes, les familles et la société. Ne perdons pas courage ! Le but est lointain mais nous devons œuvrer à son avènement car notre espérance se fonde sur le Christ, mort et ressuscité.

+

espérance