Notre quinzaine : retrouver la paix intérieure pour servir le Christ-Roi

Publié le 11 Juin 2019
Notre quinzaine : retrouver la paix intérieure pour servir le Christ-Roi L'Homme Nouveau

Est-ce un des aspects de l’accélération de l’histoire dont parlait déjà Daniel Halévy dans un essai célèbre paru en 1948 ? Dans tous les cas, certainement une accélération de la communication, qui a bien évidemment une incidence sur notre rapport au temps et donc à notre compréhension de celui-ci. Informé, surinformé, déformé, aucun de nous n’échappe ainsi au flux constant de données qui se déversent dans nos cerveaux et notre sensibilité. Les mots eux-mêmes perdent de leur clarté et nous nous enfonçons dans le nominalisme, repeignant le réel au rythme de nos idées. Le résultat ? Toute réflexion profonde, toute interrogation et jusqu’à une certaine prise de distance critique, semblent désormais impossibles. Nous en aurions pourtant bien besoin aujourd’hui.

Le providentialisme politique

À l’heure où j’écris ces lignes, nous venons d’apprendre les résultats des élections européennes. Pendant plusieurs semaines, elles ont suscité la mobilisation de toute la classe politique. Emmanuel Macron a clairement donné le sens de ce rendez-vous électoral en désignant officiellement le Rassemblement national, aujourd’hui vainqueur, comme son adversaire désigné. Les sondages avaient annoncé une remontée du candidat des Républicains, le brillant François-Xavier Bellamy, qui finalement a subi une sévère défaite pendant que les écologistes se placent en troisième position.

On peut évidemment se contenter d’analyser les résultats en fonction de l’avenir électoral. En bref, de la survie du système ! Mais, nous pourrions aussi tenter de nous dégager de l’immédiateté et porter notre attention au-delà, en ne nous interdisant pas certaines questions. Par exemple, pourquoi avons-nous, nous Français, et singulièrement nous catholiques français, le réflexe constant et, au fond quasi désespéré, de tout attendre d’un homme (ou, une femme) providentiel(le) ? Hier, il s’agissait du maréchal Pétain ou du général De Gaulle. Aujourd’hui, de François-Xavier Bellamy ou, pour une autre portion de la droite, de Marion Maréchal. ­N’aurions-nous pas besoin de passer au préalable par quelques étapes nécessaires comme l’analyse des ressorts du système démocratique, l’interrogation de l’histoire des rapports des catholiques avec le pouvoir et singulièrement avec ce que Léon XIII dénonçait comme le « droit nouveau » afin de déterminer ensuite les voies d’action concrètes ?

La montée en puissance en Europe des écologistes le montre aussi en creux. Yannick Jadot n’a rien d’un homme providentiel. En revanche, l’idéologie écolo-mondialiste campe dans les mentalités et ce, à coup d’annonces fracassantes sur la fin de la planète et la disparition de l’espèce humaine (cf. le dossier de ce numéro). 

Quels sont les fondements, les ressorts, les porte-voix de cette idéologie qui fait système au point de toucher tous les milieux, y compris le monde catholique ? Y a-t-il possibilité de distinguer un bon grain de l’ivraie ? Sommes-nous face à une sorte de « peur de l’an mil » médiatique qui n’accepterait comme limite que les dogmes de la nouvelle doxa que sont l’avortement, le droit des minorités sexuelles et l’euthanasie (cf. l’affaire Vincent Lambert) ?

L’honneur de servir

C’était au début du mois de mai dernier. Autant dire, il y a un siècle à l’aune de l’information en continu. Deux commandos marine se sacrifiaient pour libérer quatre otages. Le 14 mai, un hommage national leur a été rendu. L’émotion, compréhensible, a été vive dans l’ensemble du pays. Mais qu’en reste-t-il aujourd’hui que d’autres événements ont chassé le souvenir de ces deux marins ?

Certes, depuis que la France connaît la menace terroriste sur son sol, l’image de l’armée n’a jamais été aussi positive auprès des Français. S’il faut saluer cet aspect, il convient également de s’interroger. Ceux qui meurent ainsi appartiennent à une institution qui est l’une des dernières à ne pas être investie par l’esprit démocratique obligatoire. Les vertus qui y sont cultivées sont celles des sociétés traditionnelles, surélevées et équilibrées par le christianisme : le service, l’honneur, le sacrifice, l’effort, la discipline, l’obéissance, etc., le tout, ordonné au bien commun. Pourtant, force est de constater que ces vertus traditionnelles et leur mise en œuvre servent aujourd’hui à la survie d’un système issu de la modernité, bâti exactement sur leurs opposés.

Il ne s’agit là que de questions et de constats. De simples questions. Mais la réponse que nous leur apporterons peut constituer le premier pas pour sortir de la servitude volontaire afin de retrouver notre paix intérieure et travailler à l’extension du royaume du Christ. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour