Notre quinzaine : Sous le manteau de Notre-Dame du Rosaire

Publié le 20 Oct 2020
Notre quinzaine : Sous le manteau de Notre-Dame du Rosaire L'Homme Nouveau

« Si ton corps est menacé, sauve ton âme ! » Cette sentence pourrait être le mot d’ordre à répéter en cette période d’inquiétude liée à la menace que représenterait la ­Covid-19. Que nous annonce-t-on, en effet ? La possibilité d’un regain du virus, avec à l’horizon son cortège de malades et de morts. Pourtant, nous ne l’entendons guère, ce mot d’ordre, qui résume la vraie bataille de la vie. Sur terre, celle-ci n’est pas une fin en soi ; elle ne s’achève pas non plus dans une tombe ou en un petit tas de cendres. Nous sommes appelés à la vie éternelle et nous devons nous y préparer. Trop souvent, aujourd’hui, nous sommes dans une « autocélébration » pour reprendre les mots mêmes utilisés naguère par le cardinal Ratzinger à propos de la liturgie. En célébrant l’homme, nous en arrivons à oublier Dieu et la finalité même de l’homme. Il y a donc urgence à remettre celui-ci dans le plan de Dieu et à proposer une pastorale des fins dernières qui implique d’enseigner qui est Dieu, ce qu’est le péché, les moyens de lutter contre celui-ci (prière et sacrements) et de se préparer, dans la vertu d’espérance, à la vie éternelle.

Une fête très actuelle !

En ce mois d’octobre, nous trouverons un soutien supplémentaire dans l’invocation à Notre-Dame du Rosaire. Il s’agit d’une fête instituée à l’origine sous le vocable de Notre-Dame de la Victoire, pour célébrer la bataille remportée par la flotte chrétienne à Lépante en 1571 sur les forces musulmanes. Une fête doublement d’actualité donc, et qui, ravivant en nous le désir du Ciel, nous offre dans le Rosaire l’arme spirituelle nécessaire en période de grand vent. Le pape Léon XIII fut, peut-être plus qu’un autre, un grand apôtre de la Vierge, en lui consacrant pas moins de douze encycliques et plusieurs autres types de documents pontificaux. Dans son encyclique Magnæ Dei Matris, il écrivait à propos de Marie et du Rosaire : « invoquons avec piété son assistance par la prière qu’elle a elle-même désignée et qui lui est si agréable ; alors, nous pourrons nous reposer avec sécurité et allégresse dans la protection de la meilleure des mères. »

Unis par le Rosaire

Vous allez bientôt recevoir ou vous avez déjà reçu dans vos boîtes à lettres un courrier de L’Homme Nouveau. Nous vous demandons d’en prendre connaissance et d’y faire bon accueil. Dans cette période d’inquiétude, d’angoisse, de grandes interrogations sur l’avenir, il est primordial que nous nous soutenions les uns les autres, notamment à travers la prière. C’est pourquoi nous vous appelons notamment à la prière du Rosaire aux intentions de L’Homme Nouveau, non pas uniquement du magazine en tant que tel, mais pour tous ses lecteurs et ceux qui travaillent chaque jour à le réaliser. Nous pensons ici particulièrement à nos lecteurs isolés, confrontés à la maladie, au chômage, à la perte d’un proche, etc. C’est pour eux très particulièrement qu’il est important, qu’il est nécessaire même, de prier le Rosaire et de constituer cette union dans la prière.

Puisque j’évoque L’Homme Nouveau, permettez-moi également de vous annoncer un changement. Vous trouverez à partir de ce numéro une chronique d’Histoire de l’Église, que nous avons confiée à Philippe Roy-Lysencourt, écrivain, docteur en histoire et jeune professeur à l’Université Laval de Québec. Dans une époque qui perd ses racines et ses repères, il nous a paru important de retrouver les grands faits et les grandes figures de l’Église, pour nous réapproprier notre propre patrimoine et s’insérer dans les (bons) sillons tracés par nos anciens. Cette chronique est bien sûr particulièrement destinée aux plus jeunes (n’hésitez pas à la faire connaître), mais nous savons aussi que la jeunesse n’est pas d’abord une question d’âge, mais d’état d’esprit…

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun