Notre quinzaine : Sous le regard et dans la lumière de Dieu

Publié le 01 Avr 2022

Qui aurait pu prévoir un tel enchaînement d’événements ? Le 24 février dernier, le président de la Russie ordonnait à l’armée de son pays de déclencher une offensive contre l’Ukraine. Un mois après, le vendredi 25 mars, en la fête de l’Annonciation, le pape François consacrait au Cœur Immaculé de Marie l’Ukraine et la Russie, en union avec tous les évêques du monde.

Sans surprise, l’événement n’a pas fait la Une des quotidiens ou des journaux télévisés. Il est pourtant loin d’être anodin. Il entre en écho avec le message de Notre-Dame à Fatima, demandant que le Saint-Père consacre la Russie à son Cœur Immaculé pour que cesse la diffusion de ses erreurs et que revienne un temps de paix dans le monde.

Depuis Pie XII, les papes ont déjà procédé à un tel acte mais jamais avec une telle précision. Il n’est peut-être pas inutile de citer ici une partie des paroles prononcées par François, le vendredi 25 mars dernier : « Mère de Dieu et notre Mère, nous confions et consacrons solennellement à ton Cœur Immaculé nous-mêmes, l’Église et l’humanité tout entière, en particulier la Russie et l’Ukraine. »

La Providence est à l’œuvre

Nous laisserons les spécialistes débattre de la portée de cette consécration au regard des demandes de Notre-Dame à Fatima. Pour l’heure, je voudrais tirer deux leçons de cet événement.

La première est relativement simple : Dieu mène l’Histoire du monde. Quand l’armée russe envahit l’Ukraine, le monde occidental est saisi de stupeur et envahi par la crainte. Le confort et le matérialisme dominant de nos sociétés d’opulence se voient d’un coup bousculés, par la remise en cause d’un ordre mondial reposant essentiellement sur la défense d’intérêts financiers, la marchandisation à outrance, y compris de l’humain, et une idéologie qui s’est entièrement coupée de la loi divine et naturelle.

Un mois après l’invasion russe, l’Église rappelle donc que la véritable paix ne vient que de Dieu et qu’il convient de la demander spécialement au Cœur Immaculé de Marie. François a tenu à souligner qu’« Il ne s’agit pas d’une formule magique, mais d’un acte spirituel. » De son côté, Mgr Schneider a précisé : « L’effet de l’acte de Consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, même s’il est accompli de façon parfaite selon la demande de la Vierge, ne doit pas être compris comme s’il s’agissait d’un sacrement, dont l’effet provient de sa célébration valide (ex opere operato). L’acte de consécration, théologiquement parlant, est un sacramental. La théologie précise que les sacramentaux (sacramentalia) ne produisent pas la grâce mais la préparent. Un acte de consécration n’a pas un effet automatique, immédiat et spectaculaire ou sensationnel. Dieu, dans sa souveraine, sage et mystérieuse Providence, se réserve le droit de déterminer le moment et la manière de réaliser les effets d’une consécration. » (entretien accordé au site « Onepeteronfive.com », le 23 mars dernier).

Il y a un mois, personne n’évoquait la possibilité d’une telle consécration. En quelques jours, elle est apparue d’une évidente et véritable nécessité, remettant ainsi la marche du monde sous sa véritable lumière : Dieu.

Le sens du surnaturel

L’autre leçon concerne l’Église elle-même. Elle vit aujourd’hui une période difficile de son histoire, même s’il convient de ne pas oublier la sainteté cachée toujours à l’œuvre. Il n’en reste pas moins qu’elle traverse une véritable crise de la foi. Dans son essai consacré à saint Thomas d’Aquin, Chesterton signalait naguère l’un des effets d’une telle situation : « Si le monde en arrive à ne plus avoir d’autre horizon que terrestre, l’Église peut le lui reprocher. Si la même chose arrive à l’Église, on voit mal à quel titre le monde le lui reprocherait. »

Il y a longtemps maintenant que l’Église n’enseigne plus aux nations qu’elles doivent se dégager de leur « mondanité » parce qu’il y a longtemps que l’Église s’est elle-même mondanisée, comme si elle était absorbée par l’horizontalité de l’existence humaine. Bernanos l’a dit autrement : « Le plus sûr témoignage de la conquête du monde par Satan, ce n’est pas la bombe atomique, c’est la lâcheté des hommes d’Église en face d’une société qui, depuis des siècles, se fortifie contre Dieu. »

L’acte de consécration effectué par François et les évêques unis ramène donc au sein même de l’Église le sens du surnaturel depuis trop longtemps délaissé (et à distinguer de son erreur par excès qu’est le surnaturalisme), nous rappelant que le Christ est le vrai chef de l’Église et le fondement d’une véritablement espérance.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun