Notre quinzaine : Sous le soleil catholique…

Publié le 28 Sep 2020
Notre quinzaine : Sous le soleil catholique... L'Homme Nouveau

La ligue vertueuse des nouveaux refus

À peine élus, les nouveaux maires écologistes de Lyon et de Bordeaux ont réussi à faire parler d’eux dans une sorte de tir groupé. Le premier, le maire de Lyon, Grégory Doucet, a refusé de participer à la traditionnelle cérémonie du renouvellement du vœu des Échevins à Fourvière. Depuis 1643, les édiles de la cité remettaient, en effet, un (faux) écu d’or à l’archevêque en souvenir des grandes épidémies de peste et de la protection accordée par la Vierge Marie. Pour Doucet, c’était trop : « le maire de Lyon n’a pas à participer ou à se soumettre à une cérémonie religieuse. » Le motif invoqué était bien sûr le respect de la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État. Visiblement, personne n’a expliqué au maire qu’il s’agissait de la commémoration d’un événement historique, à la limite du folklore, et non d’un acte strictement religieux.

Mais dont acte ! Sauf que le 9 septembre, le même Grégory Doucet a posé la première pierre de la nouvelle mosquée de Gerland. Cette fois-ci, au nom de la liberté de conscience, le maire de Lyon arguant du motif que « l’autorité publique a le devoir de protéger les fidèles qui veulent pratiquer leur religion, comme elle doit protéger ceux qui ne veulent pas pratiquer. Ou qui ne veulent pas croire ». Au moins, les choses sont claires.

À Bordeaux, le nouveau maire, Pierre Hurmic, s’en est pris, lui, au sapin de Noël qu’il ne fera pas dresser cette année pour des questions de coût et parce qu’il s’agit d’un « arbre mort ». Tout à son agenda d’écologisme politique, il a visiblement oublié que la mort, dont celle des arbres, est un fait de nature et que les traditions sociales et culturelles, pour ne pas parler des traditions religieuses, relèvent de la nature de cet étrange animal qu’on appelle l’homme.

Le cœur atomique de la modernité politique

État révélateur du processus de sécularisation, la disparition du sapin de Noël bordelais a déclenché beaucoup plus de réactions que le refus lyonnais de participer au vœu des Échevins. Dans les deux cas, les zélotes de l’écologisme politique s’attaquent pourtant à nos traditions nationales et religieuses, faisant fi du patrimoine transmis et perpétué.

Faut-il s’en étonner ? Pour notre part, il est clair que nous préférerions que les autorités politiques du pays, jusqu’au sommet de l’État, reconnaissent explicitement la royauté sociale du Christ et celle de la Vierge Marie. Il est évident que nous aimerions plutôt voir dresser dans nos villes et villages « l’arbre de vie » et nos édiles à genoux devant ­l’Enfant-Jésus à Noël. Nous en sommes évidemment très loin.

La société écologique prend le pas aujourd’hui sur la société de consommation, non sur ses ruines ou sur le vide laissé par sa disparition, mais sur la nécessité de trouver un autre paradigme idéologique qui donne du sens, là où la consommation était d’un horizontalisme plat et désespérant. Mais la matrice est toujours idéologique, c’est-à-dire profondément moderne, égalitaire et matérialiste. Et comme sous la Révolution, ceux qui ne marchent pas au pas sont considérés comme des inciviques, non plus ennemis du genre humain, mais de la planète. Comme l’écrivait Jean Baudrillard, cette matrice idéologique toujours à l’œuvre s’appuie « sur les principes individualistes, fortifiés par la Table des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui reconnaissent explicitement à chacun (à chaque individu) le droit au Bonheur »1. Plus que sur la suppression du sapin de Noël ou le refus du vœu des Échevins, c’est contre le cœur atomique de la modernité politique qu’il conviendrait d’agir.

Vive le vieux vin de vigne…

À la grisaille de l’idéologie, nous préférons décidément la joie réelle du catholicisme, fondé pourtant sur le sacrifice. Dans son célèbre poème, The Catholic Sun, l’écrivain et historien franco-anglais Hilaire Belloc écrivait très justement : « Partout où brille le soleil du catholicisme, on trouve l’amour, les rires et le bon vin. » Cette mention du vin n’a rien d’arbitraire de la part de ce grand amateur de la dive bouteille qu’était par ailleurs cet ami de Chesterton. Comme le montre le dossier de ce numéro, le vin est effectivement au cœur du christianisme et de la civilisation qui en est issue. Dans un livre qui vient de paraître, La Planète catholique2, Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques, réaffirme le lien du vin avec l’orthodoxie doctrinale (la transsubstantiation) aussi bien qu’avec la réjouissance devant les biens de la Création. C’est aussi une autre façon, plus ancienne et plus traditionnelle, de relier le Ciel à la terre, sans passer par la case idéologie. N’hésitons donc pas en cette période de vendanges.

1. Jean Baudrillard, La Société de consommation, Folio/essais, 320 p., 9,10?€, p. 60.
2. Jean-Robert Pitte, La Planète catholique, Tallandier, 476 p., 25,90 €.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour