Notre quinzaine : nous ne sommes pas du même monde

Publié le 22 Fév 2023
monde

Nous voudrions chanter et porter beau. Publier de l’enthousiasme, toujours. Distribuer de la joie de vivre, partout. Partager un feu sacré, résolument. Nous souhaiterions clamer aux hommes combien nous sommes comblés d’être chrétiens. Heureux à ras bord de notre saint baptême. Ravis d’être réceptacle de ce Christ qui est la voie, la vérité et la vie.

Nous rêverions de distribuer des sourires angéliques aux angles des rues ou sur les quais des gares, de ces sourires qui réchauffent les âmes et adoucissent les cœurs. Nous désirerions donner le goût, l’envie, l’exemple. Nous aimerions surtout transmettre Jésus. Que notre prochain nous écoute certes, mais plus encore qu’il le suive. Que des multitudes se placent à son école et participent à leur tour à la grande communication des biens divins.

Hélas, le principe de réalité nous rattrape, à l’image de la voix sévère du Bouillon rappelant en classe – et à l’austérité de son tableau noir – le petit Nicolas évadé avec Alceste, Rufus et Clotaire dans leurs jeux de récréation. Il faut nous rendre à l’évidence : oui, le monde dans lequel nous vivons semble vouloir mettre en retenue nos âmes et leur ordonner de rester au coin. Il nous empêche de regarder par la fenêtre et d’enfouir notre regard dans le ciel.

Un monde à part

D’une part, semblables à des collés du mercredi, nous nous sentons isolés, perdus dans un univers de plus en plus hermétique à l’enseignement du Christ – quand il lui arrive encore d’en avoir cure… D’autre part, nous avons honte de le dire, il en vient aussi que ce monde nous fatigue, que sa laideur nous effraie, que ses mœurs nous lèvent le cœur, que ses figures médiatiques nous débectent, que ce qui sort de ses écrans nous apparaisse profondément méprisable.

Nous découvrons, gênés et confus, que trop souvent nous n’avons ni le goût du partage, ni celui de la diffusion. Que nous sommes bien dans nos communautés paroissiales, certes. Mais surtout, que nous voulons rester sans eux, au point de garder l’Évangile pour nous…

Dans La vie aux champs, le vers de Victor Hugo, « le poète en tout lieu/Se sent chez lui, sentant qu’il est partout chez Dieu », indique justement ce à quoi tout catholique devrait aspirer pour lui-même : se sentir partout chez Dieu ! Ah, que donnerions-nous pour vivre sous le règne de l’Évangile, bénéficier d’une harmonie d’esprit, éprouver une identité de principes, jouir d’une unité de vie, le tout dans une société où enfin nous serions compris, puisque enfin nous serions en famille !

Bien sûr, nous partageons avec Guy de Larigaudie le sentiment que le monde où nous vivons n’est pas à notre taille et, comme lui, nous avons « le cœur gros parfois de toute la nostalgie du ciel ». Évidemment qu’il nous tarde de savourer l’enchantement du Ciel.

Néanmoins, avant toute chose, notre tristesse mérite d’être remise à sa place. La Foi nous rappelle en effet que nous ne sommes pas faits pour ce monde, mais pour l’autre. Cette conviction intime, jaillissant du cœur de Dieu, doit fonder dans nos âmes une joie sereine et imperturbable.

Stimulé, plutôt que bercé, par l’enseignement du Christ, chaque baptisé se trouve donc invité à sortir de lui-même, à contribuer humblement à faire de l’atmosphère terrestre l’antichambre du Ciel. Inlassablement, l’esprit du monde pourra s’illusionner de parvenir à bâtir un énième paradis ici-bas – sans barrière, sans prière, sans frontière –, sa « sagesse » sentira quand même toujours l’arnaque et la farce. « Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ? » (1 Co, 1, 20)

Antichambre du Ciel

La doxa actuelle offre des chaussons et un devenir aseptisé, égocentré, quand le message de l’Évangile propose des bottes de saut et l’aventure de l’éternité, de l’altruisme. Le discours dominant embourgeoise et installe, quand les Béatitudes aiguillonnent et bousculent.

Déjà, en son temps, saint Paul invitait les chrétiens de Corinthe à se méfier de l’esprit du siècle « qui aveugle les intelligences et agit sur elles afin que la splendeur de l’Évangile leur reste voilée » (2 Co 4, 4). Aujourd’hui encore, la gangrène du superficiel, de l’immédiateté et de l’éphémère continue de rider les âmes et d’étouffer tout appétit de transcendance et de permanence.

Que faire alors ? Pour Chesterton, « Le plus heureux des destins humains est de trouver quelque chose à aimer ; mais le deuxième sort le plus heureux est certainement de trouver quelque chose à combattre. » Le bonheur d’aimer nettement notre bon Seigneur, l’honneur de combattre opiniâtrement le mensonge vont certainement à rebours du monde. Eux seuls permettront pourtant d’en construire un meilleur. Celui d’un homme nouveau se sachant fait pour l’éternel.

 

A écouter également : Le Père Danziec, prêtre de la génération Benoît XVI

Père Danziec +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : L’enjeu de véritables vacances

Édito du Père Danziec (n° 1812) | À l’heure où vous tiendrez ce magazine entre vos mains, les mois chauds et sympathiques des vacances se seront de nouveau installés. Voici venu le temps de nous délasser des labeurs et des fatigues de l’année académique ! Comment donc ne pas vous souhaiter, chers lecteurs de L’Homme Nouveau, de véritables semaines d’été reposantes ! Car oui, le repos est sacré !

+

vacances
ÉditorialLettre Reconstruire

Retrouver le sens de la vérité

Lettre Reconstruire n° 38 (Juillet 2024) | Éditorial | Dans les moments de trouble comme nous en vivons actuellement, dans les périodes d’accélération dans les remises en cause de tous ordres, il faut au moins, individuelle­ment et familialement, se raccrocher aux points de repère certains aux plans naturel et surnaturel. Contre le doute, il faut entretenir en soi la recherche permanente de la vérité.

+

france 4684488 1280 vérité
Éditorial

Notre quinzaine : Dieu se rit…

Éditorial de Philippe Maxence | Où va la France ? Cette question, nous sommes beaucoup à nous la poser depuis le résultat des élections européennes et la dissolution de l’Assemblée nationale. Ce choix présidentiel, prévu par la Constitution, a entraîné une accélération de l’histoire dont nous ne savons pas où elle mènera notre pays. Bossuet écrit que « Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? quand on l’approuve et qu’on y souscrit, quoique ce soit avec répugnance. »

+

dieu droite gauche
ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres