Notre quinzaine : Novembre, le mois que tous préfèrent là-haut

Publié le 31 Oct 2023
purgatoire novembre défunts

Le rappel à Dieu de quelqu’un qui nous est proche, l’entrée dans son éternité d’un membre de notre famille ou la disparition d’un ami très cher secoue toujours notre nature qui est faite pour la vie. Faite pour la donner dans la joie. Pour la recevoir dans l’espérance. Pour la partager aussi. Et surtout, pour lui offrir la possibilité de grandir.

La mort – qui est un châtiment, une conséquence immédiate de la dégustation du fruit défendu par nos premiers parents – signe le mal-être de notre condition blessée par le péché originel. La fin d’une vie, d’autant plus lorsqu’elle surgit de façon brutale, porte toujours en elle la frustration mordante du clap de fin d’un concert qu’on aurait voulu éternel. Une mauvaise note jetée dans une harmonie divine.

Inévitablement, face au trépas, les questions existentielles résonnent en écho dans l’âme humaine assoiffée d’absolu. Que se passe-t-il au-delà de notre vie sur la terre ? Qui le sait ? Qui ne désirerait le savoir ? Dom Chauveau, auteur du merveilleux petit ouvrage Le Ciel sera si beau (Traditions monastiques) le concède : « Laissés à nous-mêmes, nous éprouvons beaucoup de difficultés à établir des certitudes, stables et fermes, sur ce qui nous attend… La mort reste mystérieuse. »

 

Brandir notre foi

La lèpre de la Foi, c’est quand on vient à la subir. À force de cesser de la nourrir, on finit par la supporter comme on supporte un voisin inopportun. Maladroitement. On a beau baigner dans une atmosphère toute chrétienne, il arrive que ce ne soit pas au point que toutes les fibres de son être soient imprégnées de Jésus. Le témoignage de notre vie finit par devenir piètre et un sentiment désagréable nous gagne, celui d’être des « voix qui crient dans le désert », un désert semblable à notre propre vide intérieur…

Tout l’enseignement du Christ nous invite à sortir de nous-mêmes, à brandir notre Foi comme une bannière de délivrance et à l’offrir tel un océan de chaleur et de lumière à ceux qui nous entourent… À l’école du mois de novembre, mois consacré aux défunts, il est bon de nous rappeler que notre vie terrestre consiste à redresser notre cœur vers le Ciel et à prêter notamment notre aide à ceux qui nous ont précédés dans l’éternité. L’enseignement de l’Église nous rappelle que, dans une attente suppliante, les âmes du Purgatoire demandent continuellement l’aumône de nos prières.

« Le vrai tombeau des morts, c’est le cœur des vivants. » Cette formule ciselée par Jean Cocteau, et que l’on trouve parfois inscrite sur le marbre des cimetières, pourrait venir de façon opportune interroger nos âmes. Et nous, en effet, quel tombeau offrons-nous à ceux qui nous ont précédés dans l’éternité ? En ouvrant nos cœurs le plus largement possible au bénéfice des défunts, nous leur constituons un espace de vie, chaud et protecteur comme le sein d’une mère au bénéfice de l’enfant qu’elle porte. Admirable don de la Providence que celui de la communion entre l’Église militante de la terre et l’Église souffrante du Purgatoire !

À cet égard, nous aurions tout à fait tort de nous représenter le Purgatoire à l’image d’une salle d’attente d’hôpital où l’on tue le temps avec des magazines usagés, en plus ou moins bonne compagnie… Les tourments du Purgatoire sont autrement plus pénibles. Les âmes y souffrent une purgation radicale et nécessaire en vue de leur entrée au Ciel. Ah, si nous savions combien les défunts attendent nos marques de soutien et notre sollicitude spirituelle !

Pour autant, soulager les morts ne saurait déterminer le seul objectif spirituel du mois de novembre. La puissance de la gratitude des âmes saintes du Purgatoire vient aussi en aide aux vivants. Ce « retour gracieux sur investissement » est hélas trop peu connu et donc insuffisamment apprécié.

De grands théologiens comme saint Alphonse de Liguori ou saint Robert Bellarmin enseignaient pourtant que l’on invoque légitimement et très utilement les âmes du Purgatoire pour obtenir de Dieu les grâces et les faveurs dont nous avons besoin. Sainte Thérèse d’Avila confiait que toutes ses demandes adressées à Dieu par l’intercession des fidèles trépassés étaient exaucées.

Connaître les âmes du Purgatoire, les prier, les soulager, les délivrer et obtenir d’elles des grâces insignes : voilà en somme le grand propos du dernier mois de l’année liturgique. Certes, il est permis d’apprécier le charme printanier du mois de mai, les joies familiales vécues autour d’une cheminée en décembre ou encore le farniente au creux d’un hamac au mois d’août. Croyons-le cependant, dans notre éternité, il n’y aura aucune concurrence possible. Un seul et unique mois aura notre préférence. Vous aurez compris lequel.

 

>> à lire également : Toussaint (1/3) : La sainteté attend-elle le nombre des années ?

Père Danziec

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour