Œuvrer à l’unité de l’Eglise

Publié le 08 Jan 2023
unité

Le nom même du pape émérite évoque pour moi la grâce de ma vie. En 1988-1989, le cardinal Mayer, préfet des Religieux, m’ayant chargé de représenter durant neuf mois le Saint-Siège auprès d’une communauté monastique, ce fut pour moi la première occasion de constater la place que tenait l’unité dans la Sainte Église dans l’esprit du préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi ; et avec quelle intelligence, quel cœur, avec quelle efficacité enfin dans l’action il y travaillait, en dépit de difficultés de toutes sortes. Dans les années 1994-1995 purent se rencontrer cum permissu superiorum des théologiens de la Fraternité Saint-Pie-X avec d’autres qu’ils appelaient « de l’Église conciliaire ». En guise de lineamenta aux discussions, servit le livre La Droite du Père, réunissant les réponses d’une vingtaine de personnalités sur la vingtaine de sujets alors brûlants. L’encouragement du cardinal à y participer avait été que, venant de tous horizons, ces réponses permettraient aux lecteurs de ne connaître que la thèse de leur unique champion. Une journée entière, tous les deux mois durant deux ans, chacune étant consacrée à un thème – liturgie, tradition, œcuménisme, dialogue interreligieux, liberté religieuse…– je rendais compte au cardinal Joseph Ratzinger des résultats positifs auxquels nous parvenions. Sortant un jour d’avoir visité le cardinal en charge de la commission Eccclesia Dei, je disais au bon canoniste qui m’accompagnait : « Après le droit canon, allons entendre l’Église. » La sagesse du cardinal paraissait pénétrée de pondération et d’humilité. Il aurait semblé que c’était à lui de recevoir de son interlocuteur. Entrant en son bureau à l’été 2000, je le remerciai de Dominus Jesus sur le dialogue interreligieux, publié deux jours auparavant. « Oui, c’est déjà très critiqué, en Allemagne surtout. C’est sans doute que cela vient au bon moment… » Accessoirement, le revoyant à l’abbaye du Barroux, puis à Fontgombault et plus tard au Bénin, ses réponses brèves à toutes questions m’émerveillaient. « La difficulté avec la Fraternité Saint-Pie-X n’est pas d’ordre simplement canonique comme le pense le cardinal Castrillon-Hoyos, mais doctrinal. » Devenu pape, il renouvela, au plus haut niveau cette fois, les conversations. Hélas sans le résultat que méritait son extrême générosité. Sur l’arme nucléaire. « L’équilibre de la terreur a maintenu la paix des décennies durant, la dissuasion avait donc été légitime, mais pas l’utilisation. C’est la doctrine de l’Église, mais il faut reconnaître que ce n’est guère cohérent. Il faudrait que le Magistère…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Dom Éric de Lesquen, Abbé émérite de Randol +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran