On ne choisit jamais que la vie

Publié le 11 Mar 2023
vie

Allons-nous une fois de plus vers une défaite législative, sociale et morale ? Les avancées vers la légalisation de l’euthanasie semblent le prouver. Cependant, il est toujours possible de convaincre nos concitoyens de l’impasse que représente la mort prétendument « choisie ». En s’appuyant sur la sagesse antique comme sur les soins palliatifs, et surtout sur la certitude de la Résurrection, les catholiques ont plus que jamais une mission essentielle à remplir.

  • Ni défaitisme dans mon propos, ni volonté de démobiliser tous ceux qui tiennent bon, mais il semble qu’une victoire au Parlement pour empêcher une loi autorisant l’euthanasie et le suicide assisté soit, sauf miracle, bien peu probable. La Convention citoyenne sur la fin de vie (1) est un stratagème qui vise à la rendre inéluctable, et une manière d’officialiser l’opinion dominante en lui donnant une fausse légitimité démocratique. Car quelle est la légitimité d’un mandat confié à des citoyens tirés au hasard ?

Ayant déjà, à cinq reprises (2), dénoncé les sophismes employés depuis de nombreuses décennies pour tromper l’opinion et analysé leurs formes logiques, tentons aujourd’hui d’élargir la question en la prenant cette fois dans son fond : la nature du problème est la vie et sa fin visible, la mort. Si l’on ne peut changer l’opinion par la seule bataille des idées, ne le pourrait-on pas d’une autre manière ?

  • Disons d’abord que la logique implicite des partisans de l’euthanasie est celle d’une maîtrise de sa propre mort au nom de la liberté. Il y a là une fausse fenêtre dessinée sur l’horizon de notre existence : le choix de la mort serait une option équivalente à celle du choix de vivre. Alors que le bien éclatant que représente ce don de la vie ne saurait être mis en comparaison avec le mal obscur que représente la mort.

De plus, ce que l’on choisit, c’est d’entretenir sa vie, de la défendre éventuellement, de la mener à sa fin heureuse, mais la vie elle-même est un don gratuit qui nous dépasse, que l’on accueille sans le choisir. La mort physique, corporelle, celle que l’on expérimente chez les autres et que l’on craint pour soi-même est, à sa manière…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Bruno Couillaud

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage