Osons être inactuel

Publié le 04 Jan 2014
Osons être inactuel L'Homme Nouveau

Depuis plusieurs semaines maintenant, L’Homme Nouveau a lancé une nouvelle version de son site Internet. À côté du blogue et de la possibilité d’accéder en ligne à la version numérique du journal (gratuitement pour les abonnés à la version papier), ce site propose une boutique sécurisée où l’on peut se procurer nos livres et l’ensemble de nos publications.

Ce n’est pas sans réticence que nous avons opéré cette reconstruction de notre site. Graphiquement, celle-ci était certes nécessaire, tant notre précédente mouture avait bien vieilli. Elle n’était plus dans le ton ou, disons-le clairement, dans la norme, imposée de l’extérieur, par on ne sait qui.

Le fruit d’un long processus d’évolution

Mais nos réserves reposent, en fait, sur bien davantage qu’une simple question de présentation ou de charte graphique. Internet est un outil technique absolument fascinant, qui n’est pas le fruit du hasard, mais a vu le jour au terme de la mise en branle de toute une philosophie qui, au fil des siècles, à travers une multitude d’aléas, a donné la priorité au « faire » sur la contemplation. Loin d’être resté embusqué dans les recoins de cerveaux brumeux, fascinés par la projection de leur utopie, cette philosophie s’est peu à peu incarnée dans des institutions et des outils.

Extraordinaire moyen de communication, Internet n’en reste pas moins le reflet actuel d’une des grandes tentations qui se présente à l’intelligence et, de ce point de vue, sa nouveauté est absolument nulle. Déjà, dans la Grèce antique, Héraclite se montrait fasciné par le mouvement dans les choses au point de ne pas voir l’être même de celles-ci : « On ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve » aurait-il dit selon les fragments qui nous sont parvenus.

Le culte de l’éphémère

Comme la télévision et la radio, mais à un degré supérieur, Internet projette des milliers d’informations qui se chassent les unes les autres au rythme de l’écoulement du temps. Il favorise l’énoncé court, le slogan de type publicitaire, l’émotion sur la réflexion, l’immédiateté sur la durée, l’éparpillement sur la contemplation. Comme l’avait bien vu Jacques Ellul dans son essai sur Le Système technicien, ce type de procédé finit par faire système et, pire, devenir un véritable mode d’être.

Économiquement, il est impossible aujourd’hui d’exister sans Internet. Même ses adversaires les plus impitoyables se chargent de le critiquer en l’utilisant. L’Homme Nouveau n’échappe pas à cette règle. Seulement, nous avons opté pour une ligne éditoriale qui favorise le texte de réflexion sur le commentaire émotionnel, la transmission des pans de notre culture sur les autorités préfabriquées de la toile contemporaine, l’invitation à la contemplation plutôt qu’à l’agitation, la recherche du sens sur la courbe des clics et des statistiques de fréquentation.

Un pari voué à l’échec sauf si…

Dans le monde moderne, un tel pari n’est pas payant. Il est même normalement voué à l’échec tant les esprits, même dans les milieux catholiques, sont touchés par la fascination de l’instantané. Il peut toutefois réussir dans une certaine mesure. Non pas à l’échelle des masses et des foules, mais à la mesure de chacun de nous. À partir du moment où nous déciderons, par exemple, de lire un article, puis plusieurs, dans son intégralité. Lorsque nous prendrons le temps de réfléchir à ce qui est écrit (et non à ce que nous croyons qui est écrit) pour y chercher la part de vérité et pour y soulever tranquillement d’éventuelles objections. En n’entrant pas dans le cercle vicieux de la dialectique moderne qui voit dans le conflit des idées, le choc des sensibilités, la matrice normale de l’accouchement de la vérité du moment. En soutenant financièrement L’Homme Nouveau également, car l’enjeu, au-delà de nous-mêmes qui ne sommes que des relais, réside dans la crise profonde et mortelle qui touche la civilisation.

L’intelligence en péril de mort

En 1969, le philosophe belge Marcel De Corte faisait paraître un ouvrage à la fois lumineux dans son analyse et tragique quant à son objet : L’Intelligence en péril de mort. Il donnait cet aperçu de la crise de l’homme contemporain :

« On y retrouve la solitude du moi coupé de ses attaches à la réalité ; l’intelligence submergée par l’imagination ; le repli de la conscience sur elle-même dans la création d’une pseudo-réalité de suppléance ; la projection de cette représentation mentale dans l’univers ; l’ivresse de la volonté de puissance transformant la fiction en une “réalité” qu’elle dirige et domine à son gré ; la conviction de remplacer Dieu et d’être le créateur des mondes ; la certitude de ne plus être ce qu’on est, de devenir toutes choses, d’être un surhomme, de changer en même temps que l’univers ; le sujet qui fait l’objet et se retrouve identifié à son œuvre, aux multiples facettes de sa création » (p. 266 dans la dernière édition de cet ouvrage, Dismas, 1987).

Rien n’a changé dans ce constat. Bien au contraire. Cessons donc de nous laisser submerger. Réagissons. Osons être inactuels ! Le serez-vous avec nous ? 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun
Éditorial

Notre quinzaine : Quand on n’a que l’amour

Éditorial du Père Danziec | Notre monde est-il plus violent qu’autrefois ? Prenons garde de répondre trop vite par l’affirmative. Le refrain qui consiste à dire, en tout et nécessairement, « c’était mieux avant » mériterait certainement nuance et contextualisation. Face aux déchaînements de violence propres à l’atmosphère postchrétienne, il s’agit – plus que jamais – de devenir lumière dans les ténèbres. Comment cela ? En prenant la résolution vigoureuse d’accueillir en nous l’amour de Dieu.

+

amour