« Parcours de transition des personnes transgenres » : partialité du groupe de travail ?

Publié le 19 Août 2023
transgenres

On pourrait croire les associations de défense de l’enfance habilitées à se prononcer sur le traitement des jeunes souhaitant changer de genre. Malheureusement, la Haute Autorité de Santé assume l’opacité des travaux prévus en refusant d’emblée de préciser la composition du groupe formé pour préparer ces recommandations. Entretien avec Olivia Sarton, directrice scientifique de Juristes pour l’enfance.   Vous avez obtenu la possibilité de consulter la composition du groupe de travail mis en place par la Haute Autorité de Santé (HAS) pour rédiger les consignes concernant le « Parcours de transition des personnes transgenres ». Pour quelles raisons avez-vous formulé cette demande ? Depuis un petit nombre d’années, on voit en France et dans d’autres pays occidentaux un certain nombre de jeunes, et même d’enfants, qui se questionnent sur leur identité sexuée, et auxquels des adultes répondent qu’il est possible d’adopter une « identité de genre » différente de leur sexe biologique. Il s’agit d’enfants dont le sexe a été constaté sans aucune difficulté à la naissance, il n’y a pas d’anomalie des organes génitaux. Leur état-civil correspond à leur sexe. Mais ils expriment un mal-être et il leur est proposé par la société d’y répondre en choisissant eux-mêmes le « genre » (garçon ou fille, ou neutre, ou « mi-garçon mi-fille », etc.) qui leur paraît leur correspondre. Ainsi confortés dans l’idée que la négation de la réalité de leur sexe biologique pourrait résoudre les difficultés qu’ils rencontrent, des enfants peuvent accéder très jeunes à des interventions médicales : administration de bloqueurs de puberté dès 10 ans, administration d’hormones du sexe opposé dès 15 ans, et ablation de la poitrine pour les jeunes filles dès 14 ans. Ces interventions médicales sont par ailleurs en augmentation dans la population adulte. C’est dans ce contexte que la Haute Autorité de Santé (HAS) a été chargée par le ministère de la Santé d’élaborer des recommandations dans le but d’améliorer l’accompagnement et la prise en charge des personnes dites « transgenres ». La HAS est une autorité publique indépendante à caractère scientifique, appelée à éclairer la décision des pouvoirs publics dans le domaine médical. Les recommandations qu’elle va élaborer seront adressées à tous les professionnels susceptibles de prendre en charge des personnes en questionnement de genre. Votre demande a-t-elle été prise en compte ? Dans la « note de cadrage » formalisant le périmètre de ses travaux, la HAS a indiqué que ces recommandations s’appliqueraient à la prise en charge des mineurs de 16 et 17…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Propos recueillis par Marie Etcheverry

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement